Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 02:13


Par : Madouh abdel Ghafour Hassan

« Nous avons effectivement envoyé Nos Messagers avec des preuves évidentes et fait descendre avec eux le Livre et la balance a fin que les gens établissent la justice et Nous avons fait descendre le fer dans lequel il y’a une force redoutable aussi bien que des utilités pour les gens et pour qu’Allah reconnaît qui dans l’invisible défendra Sa cause et celle de Ses Messagers. Certes Allah est Fort et Puissant »

La méditation profonde de ce verset révèle que le fer a été bel et bien descendu sur terre et non pas y formé, et la preuve en est la parole divine. D’où provient le fer donc ? C’est effectivement le thème de la recherche qui suit.

L’univers actuel, ainsi  décident Les astronomes, tel qu'on le voit et explore ses mystères à l’aide des technologies et instruments modernes, s’est largement développé d’un état purement primitif dominé par la seule existence de l’hydrogène et l’hélium sous forme d’immenses nuages occupant le vide universel depuis une période estimée à presque 10 à 20 billions d’années. Puis ces nuages commencèrent à se condenser pour former des étoiles, lesquelles s’organisent dans des assemblées énormes nommées galaxies.

En fait les étoiles, outre des fours universels servant à cuir la matière première de l’univers, en l’occurrence l’hydrogène, pour produire les autres éléments de l’univers, elles sont également à l’origine des radiations dans ce cosmos. Et dés l’apparition de l’étoile  mieux encore, sa naissance, elle passe par un cycle de vie dont la mort demeure son ultime stade quel que soit l’étendu  de sa vie.

Ce cycle commence avec la naissance de l’étoile à partir d’une nébuleuse gazeuse pour s’achever avec sa mort et sa transformation en un débris  adoptant l’aspect d’un corps étranger dispersé dans l’espace. Et entre la naissance et la mort, les étoiles traversent un cycle dont les détails différent selon leur masse, à savoir la quantité de la matière concentrée dedans. Et le cycle peut avoir une durée courte dans la limite d’un million d’année ou bien longue jusqu’à atteindre des billions ou des milliers de billions d’années. L’étrange c’est que plus l’étoile est massive moins elle vivra longtemps, et les événements marquants sa vie deviennent de plus en plus violent, et vice versa, une étoile de petite masse vit longtemps et les évènements de sa vie sont moins violent.

L’étude de ce cycle était permise à travers l’étude du soleil et  quelques étoiles que nos télescopes ont en découvert les détails.

Partant, l’opération de la naissance des étoiles est une perpétuelle opération depuis que Dieu avait créé l’univers jusqu'à nos jours, c’est pour cela que l’univers contient des étoiles de différents masses et ages, à travers lesquels il est possible de connaître les étapes successives du développement des étoiles; Et le soleil est considéré une étoile moyenne de par sa masse, car la masse des étoiles détectées par nos télescopes varient entre 1/5 de la masse du soleil jusqu'à sa 50 fois plus grande , aussi faut-il mentionner que le soleil est à mi-age, et cet age est estime à 10 billions d’années dont presque 5 billions écoulées pour lui en rester 5 autres à vivre.

En effet la 1 ère initiative de naissance d’une étoile commence par le rassemblement d’un certain nombre d’atomes d’hydrogène suite à leur collision instantanée les unes contre les autres, et les calculs astronomiques démontrent qu’un tel événement est très fréquent dans tous les coins de l’univers suite au perpétuel mouvement des atomes dans les nuages interstellaires , et dés qu'un tel rassemblement a lieu, il se voit doté d’un champ de gravite qui commence à attirer plus d'atomes ce qui augmente d'avantage son intensité lui permettant  d'attirer encore plus d'atomes, ainsi se développe continuellement ce rassemblement et sa masse s'accroît graduellement jusqu'à atteindre une gigantesque quantité pour devenir une étoile néoformée.

A ce propos, les astronomes estiment que cette naissance nécessite le regroupement d'un nombre estimable d'atomes d'environ 10 57,un nombre que rien sur terre ne peut lui être comparable, et si l'on ose estimer le nombre de grains de sable existant sur toute la terre, il ne dépassera pas 10 25, de même si on compte le nombre de neutrons et protons existant sur la terre entière, il ne dépassera pas lui non plus 10 51 ,et la masse de ce nombre est à peu près 10 33 g , à savoir presque la moitie de la masse solaire. En d'autres termes, assurément le rassemblement atomique ne serait considère étoile néoformée sauf si sa masse arrive à atteindre la limite de celle des étoiles. De plus les lois physiques imposent à l'étoile néoformée de faire une rotation sur elle-même, et de se rétrécir le volume suite au bousculement des atomes et leur chute vers le centre, qui  constitue le point le plus fort  de gravite, ce qui engendre une hausse graduelle de température dans ce centre, et au fur et à mesure que s'intensifie le bousculement des atomes vers le centre et leur compression dedans, s'élèvent et sa force de gravite et son degrés de température jusqu'à atteindre 10 millions degrés Celsius, et c'est justement l'instant de transition d'une étoile néoformée en une vraie étoile ou bien étoile mure et commence à produire de l'énergie dans le centre, car une fois le degrés de température atteint 10 millions, se libèrent les noyaux de l'hydrogène de leurs électrons, et leur collision acquit une force de façon à ce que chaque 4 protons se fusionnent et chassent 2 électrons parmi ceux libérés pour devenir ou former un noyau d'hélium constitué de 2 protons (le nombre atomique de l'hélium est 2) et 2 neutrons, ainsi s'amorce l'énergie du fusionnement thermonucléaire, autrement dit : l'hydrogène commence à brûler pour se convertir en hélium et c'est effectivement là où commence la phase de la vraie étoile, cela signifie que la condensation gazeuse ne peut être appelée étoile avant l'amorçage de la réaction thermonucléaire fusionnelle qui produit l'énergie et cuit les éléments comme on va le voir -d’où l'appellation de la condensation gazeuse "étoile néoformée"-. Dés cet instant l'étoile vit un équilibre entre la force gravitationnelle qui agit sur son rétrécissement et le bousculement de sa matière vers le centre d'une part et entre l'intense pression née au centre suite à la réaction thermonucléaire qui contrebalance la force de gravite vers le centre. En d'autre terme lorsque l'intensité des réactions thermonucléaires à l'intérieur de l'étoile diminue, la force de gravite vains la pression intérieure ce qui engendre l'effondrement de l'étoile sur elle-même et un accroissement massif du bousculement des atomes vers le centre qui connaît une hausse sensible de sa température jusqu'à ce que la réaction fusionnelle reprenne son intensité et crée la pression qui compense la force gravitationnelle, mais si par contre la réaction thermonucléaire s'intensifie, la pression générée dépasse la force de gravité ce qui provoque une dilatation de l'étoile et donc une croissance de son volume. Ainsi de suite, jusqu'à ce que l'étoile arrive au terme de sa vie ; car inévitablement, après épuisement du carburant nucléaire et l'arrêt des réactions thermonucléaires à son intérieur, triomphe finalement la force de gravite qui agit sévèrement et d’une manière indescriptible sur son rétrécissement jusqu'à sa disparition absolue de l'existence ou bien sa transformation en un astre faible et froid dispersé dans les coins du vaste univers.

Comme précité, la masse d'une étoile à sa naissance est un paramètre déterminant de la longueur de sa vie et l'ampleur de la violence des événements que subisse l'étoile. Sur cette base, on repartit les étoiles en petites, moyennes et grandes, dont le processus de naissance est identique néanmoins elles se distinguent de par leur vie et leur mort tout à fait à l'instar des humains.

  1. Petites étoiles : ce sont celles dont la masse est presque inférieure à la moitie de la masse solaire, pour celles ci quand la température du centre atteint les 10 millions de degré, commence alors la formation de l'hélium par fusionnement des noyaux de l'hydrogène, cette réaction continue à produire l'énergie (chaleur), ainsi l'étoile connaît le long de la séquence de maturité un équilibre entre la force gravitationnelle qui provoque son rétrécissement et la force de pression intérieure née dans le cœur de l'étoile comme conséquence de la réaction thermonucléaire fusionnelle, ce qui maintient la stabilité de l'étoile aussi bien au niveau du volume que celui de son rayonnement pendant des billions d'années, mais une fois l'hydrogène existant au cœur, épuisé, la réaction thermonucléaire s'arrête et la pression intérieure qui lutte contre la gravité diminue pour que triomphe cette dernière provoquant l’effondrement de l’étoile sur elle-même et donc le début de la fin ; ainsi le volume de l'étoile se rétrécit jusqu'à atteindre celui du globe terrestre voire même moins, et sa densité augmente énormément au point qu'un cm3 de sa matière équivaut au poids de 50 tonnes sur terre , Alors là ! l’étoile entre dans la phase de l'agonie ;son volume reste désormais stable, et seul la réserve d‘énergie accumulée depuis la période de maturité, rayonne pour apparaître à travers les télescopes sous l’aspect d’un petit astre  qui brille d’une lumière blanche baptisée dans ce cas : Naine blanche, mais à la fin avec l’épuisement de l’énergie, elle se ternit  progressivement pour devenir une naine froide et brune qui disparaîtra des vues.

  2. Les moyennes étoiles : Ce sont celles dont la masse varie approximativement entre la moitie de la masse solaire et son triple.

En effet l’acheminement des événements au début est pareil à celui des petites étoiles, seulement là ,après l’épuisement de l’hydrogène dans le cœur et sa conversion en hélium, la température de la couche adjacente au  cœur se voit déjà atteindre 10 millions de degrés, l’hydrogène commence alors à brûler de l’intérieur vers l’extérieur contribuant à une  dilatation gigantesque de cette sphère jusqu'à ce que son diamètre dépasse de plusieurs milliers de fois celui réel de l’étoile, la transformant ainsi d’une étoile ordinaire en une étoile géante nommée parfois le ‘géant rouge’ de par la couleur rouge de son rayonnement. Et comme prévision, le soleil est censé franchir cette phase après 5 billions d’années. Son élargissement  atteindra dés lors plus loin que pluton,  la plus lointaine de ses planètes (la distances moyenne entre pluton et le soleil est de 5900 millions km, et le diamètre du soleil est de 1.392 millions km ) réduisant ainsi toutes ses planètes en gaz brûlés. Et pendant l’élargissement de l’étoile ,la température du cœur , constitué désormais de l’hélium, s’élève progressivement jusqu’à 100 millions ,un niveau idéal pour que se fusionnent les noyaux de l’hélium formant ainsi le carbone et l’oxygène ,ce qui agit encore plus sur l’élargissement du volume jusqu’à s’approcher de celui des nébuleuses, s’appelant dans ce cas « nébuleuse planétaire » à savoir la nébuleuse résultante de l’élargissement d ‘une étoile dans les derniers stades de la séquence de maturité. Parfois ,dans cet état, l’étoile peut subir une violente explosion ,éjectant sa matière brûlée dans l’espace qui l’entoure et apparaître sous nos télescopes comme une brillance accrue de l’étoile appelée « nova » ,qui jaillit brusquement pendant une courte durée ,avant que l’étoile ne reprenne sa luminosité  précédente.

L’étoile stagne dans cet état de géant  jusqu’à la fin du fusionnement de tout l’hélium du cœur pour que finisse la phase de maturité cédant place au vieillissement puis au sort final qui n’est rien d’autre que la mort ; Car après l’épuisement du combustible nucléaire au fond de l’étoile ,rien ne peut empêcher la gravite d’attirer la matière de l’étoile vers le cœur, la soumettant ainsi au rétrécissement et à la condensation de sa matière, faisant d’elle une naine blanche qui finit naine brune et froide à l’instar des petites étoiles.

       c- Les grandes étoiles : ce sont celles dont la masse dépasse le triple de la masse solaire.

Toujours fidèles aux même étapes que traversent les moyennes étoilent, la différence commence avec la phase du géant rouge, car après la conversion de tout l’hélium du cœur en carbone et oxygène, il se contracte sous l’influence de sa gravite ce qui permet d’augmenter la température du cœur de plus en plus jusqu'à atteindre approximativement 600 millions, et c’est tout à fait la température idéale qui permet le fusionnement des atomes du carbone qui commence à brûler « nucléairement » pour donner d’autres éléments plus lourds comme le manganèse et le silicone. Une fois tout le carburant du cœur de l’étoile est converti, le cœur continue à s’effondrer et sa température augmente suffisamment pour atteindre le degrés nécessaires à la formation d’autres éléments plus lourds par fusion nucléaire, et c’est ainsi que l’étoile continue à produire et brûler  les éléments l’un après l’autre en passant par la séquence du géant rouge plusieurs fois et à chaque fois transite la fusion d’un élément à un autre jusqu’au fer qui détermine le début de la fin de l’étoile ,car le fer de par sa nature différente des autres éléments ne peut être brûlé, du moment que la réaction du fusionnement des noyaux du fer nécessite plus d’énergie qu’elle n’en crée, par conséquent l’apparition du fer au cœur de l’étoile est considérée comme une alerte à l’épuisement du carburant nucléaire et annonce l’éventuelle fin. Ainsi avec une structure de cœur en fer et l’arrêt du processus de génération d’énergie, l’étoile subit une explosion énorme qui fait expulser  la matière qui entoure le cœur dans l’espace, émettant des radiations énormes supérieures des billions de fois à celles émises normalement par l’étoile ou presque comparable à celles d’une galaxie toute entière. Une explosion qui engendre une nébuleuse formée de la matière éjectée et contenant au fond le cœur en fer dans lequel se déroulent de grands événements. cette explosion est baptisée « super nova ». A noter que la nébuleuse du cancer n’est que le résultat d’une supernova d’une  grande étoile de notre galaxie en 1054.

                        

A la lumière de ces faits, on conclue donc que le fer existant sur terre est le résultat d’une explosion d’une grande étoile dont les étincelles ont atteint notre terre sous formes de météorites qui y ont atterri et qui s’y sont stabilisées aussi bien sur le sol qu’au centre.

Et qui est plus véridique que Dieu lorsqu’il dit « et Nous avons fait descendre le fer dans lequel il y’a une force redoutable aussi bien que des utilités pour les gens »


Traduit par: Souad Jib

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Découvrir et apprendre
  • Découvrir et apprendre
  • : Vidéos et articles sur l' islam, les musulmans, le Portugal, l' histoire, le Pouvoir, les secrets...et un peu d' humour. Ps: aidez moi en me signalant des vidéos qui ne sont plus visibles. Salam
  • Contact

Une ambiance pour lire...

 

Recherche

Pages