Mercredi 13 janvier 2010 3 13 /01 /Jan /2010 03:39

1/Les chameaux

2/Les phoques

3/La vie dans le froid



1/ Les vaisseaux du désert
 

« Ne considèrent-ils donc pas les chameaux, comment ils ont été créés ? »  [ Sourate 88 - Versets 17 ]

Les chameaux et les dromadaires sont des créatures incroyables, magnifiquement adaptées pour la vie dans le désert! Ce sont des animaux complètement indifférents à la brûlure du soleil et aux tempêtes de sable. Comment ?

 

Un réservoir naturel

Ils peuvent se passer d'eau pendant 6 jours d’affilée alors qu’un homme ne pourrait résister plus de 2 ou 3 jours. Comment cela est-ce possible ? Ces animaux ont la particularité de limiter leur perte d’eau : d’une part car ils transpirent à peine et d’autre part parce qu’ils produisent des excréments secs et une urine plus concentrée ne contenant que très peu d’eau !

Un dromadaire peut perdre jusqu’à un tiers de son poids lors d’une traversée du désert, perte qui serait fatale à un organisme humain ! Mais dès qu’il arrive à un point d’eau, le dromadaire peut boire 100 litres d’eau en une seule fois ! D’un point de vue physiologique, c’est quelque chose absolument inconcevable. Effectivement, si le dromadaire était un animal comme les autres, une telle arrivée d’eau dans le sang devrait provoquer l’explosion de tous ses globules rouges.

Mais l’analyse microscopique de ses globules montre qu’elles sont constituées de manière unique pour pouvoir résister à l'éclatement. Incroyable ! Le 2ème avantage que présentent ces animaux est qu’ils constituent des grandes réserves de graisse dans leur bosse. En cas de manque de nourriture, ils utilisent ces réserves au fur et à mesure de leurs besoins. Quand la graisse est épuisée, la bosse rétrécit !

 

Inventions thermiques

La nuit, il fait très froid dans le désert et la température peut avoisiner 0° C. Le dromadaire a alors trouvé une stratégie remarquable : sa température interne va baisser de 6° C au cours de la nuit ! A la montée du jour, dès que le soleil apparaît, la chaleur s’installe pour atteindre 50° voire plus. Le dromadaire étant nettement en dessous de sa température normale va lentement se réchauffer.
Le temps que son corps reprenne les 6° qu’il avait perdu la nuit, la journée est presque terminée.
Il va même emmagasiner un peu plus de chaleur pour pouvoir résister au froid de la nuit.

C’est le seul mammifère capable de faire varier sa température interne pour s’adapter au climat désertique ! De plus, perché sur ses longues pattes, le dromadaire échappe à la chaleur écrasante. Là-haut, il fait parfois 10° de moins qu’au niveau du sol !

 

Véhicule tout terrain

Les pattes de ces animaux n’ont pas de sabot mais 2 gros orteils terminés par un ongle. Sous la plante de leurs pieds, ils possèdent une peau très épaisse et dure pour leur permettre de supporter la chaleur du sol. De plus, leurs pieds sont larges et plats : ils avancent ainsi dans le sable sans s’enfoncer ! Le dromadaire est vraiment une monture performante puisqu’il peut parcourir plus de 160 kilomètres en une journée et peut transporter jusqu‘à 260 kg de marchandises !

 

Barrage contre le sable 

Les principaux ennemis naturels dans le désert sont la chaleur et le sable. Comme nous l’avons vu précédemment le problème de la chaleur est réglé.

Reste maintenant à savoir comment le dromadaire va résister aux
terribles assauts du sable lorsqu’il est transporté par le vent ?

Chameaux et dromadaires ont été conçus à merveille et ils possèdent toutes les adaptations pour vivre dans ce milieu très hostile à la vie.

Pour éviter que le sable ne les aveugle dans leur avancée, ces animaux possèdent de longs cils qui protègent leurs yeux !

Au cours des tempêtes de sable, lorsque les rafales sont trop violentes et qu’il leur est impossible d’ouvrir les yeux, ils avancent alors les yeux fermés :
leurs paupières étant très fines, ils voient au travers pour se diriger !

Ils ont aussi la faculté de rétracter (fermer) leurs narines pour éviter que le sable ne bouche leurs voies respiratoires! De plus, ils possèdent des poils dans les oreilles pour les protéger efficacement contre le sable !

Chameaux et dromadaires : miracle de la nature ou signe de Dieu ?

 

2/ Le mystère de la plongée des phoques
 

En général, les mammifères ne peuvent rester sans respirer sous l’eau plus de quelques minutes. Le phoque fait très fort puisqu’il est capable de plonger en apnée pendant plus d’une heure ! Ceci est un premier exploit. Le deuxième est qu’il a été prouvé que le phoque pouvait descendre jusqu’à des profondeurs de 500 mètres !

Pour comparaison, un humain dépasse à peine les 20 mètres en plongée sous-marine.  Pour cause, plus on s’enfonce dans l’eau, plus la pression augmente. A quoi s’expose-t-on si on défie la pression des profondeurs ? On risque des convulsions, la perte de conscience, la rupture de ses vaisseaux sanguins, la détérioration du cerveau, voire la mort !

Toutes ces complications naissent à cause de l’air qui subsiste dans notre corps lorsqu’on plonge.

Alors comment fait le phoque pour accomplir ces exploits de plongeur ?
Son temps record d’apnée sous l’eau est possible grâce à
3 adaptations :

 

Un stockeur d'oxygène

Le phoque est capable de stocker de l’oxygène dans son sang. Les organes qui vont recevoir cet oxygène sont limités. Il s’agit du cerveau, des yeux et du placenta chez les femelles. Comme « par hasard », ce sont les organes essentiels à la nage qui vont recevoir en priorité l’oxygène. En ce qui concerne le placenta, c’est évident : cet organe est vital pour le fœtus.
 

Un organe réservoir de globules rouges

La rate du phoque est un réservoir de globules rouges !
Dès que l’animal plonge, la rate libère des globules rouges pendant la durée de l’immersion puis dès qu’il remonte en surface, la rate récupère les globules rouges supplémentaires inutiles à l’air libre !

Comme les globules rouges sont les transporteurs d’oxygène dans notre corps, leur plus grand nombre va permettre de concentrer plus d’oxygène dans le phoque.
 

La souplesse de sa cage thoracique

Pour résister aux effets néfastes de la pression, le phoque a une cage thoracique très souple. Ainsi dès que l’animal atteint des profondeurs de 50 à 70 mètres, cette souplesse permet aux poumons de se vider complètement d’air sous l’effet de la pression. Cette vidange des poumons évite ainsi les troubles de la pression !

Tout est calculé, n’est ce pas ?  Trop parfait.
Il suffit d’ouvrir les yeux :
le Créateur a signé son œuvre !

 

 

3/ La vie dans le froid
 

Antigel -30°C

Dans l’océan antarctique, au pôle sud, il fait tellement froid que très peu de poissons vivent dans de telles conditions. Pourquoi ? Dès que la température descend en dessous de 0° C, les liquides présents dans le corps des poissons commencent à geler : les cristaux de glace qui se forment à l’intérieur de leur organisme détruisent leurs organes et c’est la mort pour ces animaux. C’est ce qui a causé la disparition de la plupart des poissons qui y vivaient mais une espèce particulière, les Notothénioidei, ont survécu. Les biologistes s’y sont alors intéressés et ils ont découvert d’étonnantes adaptations.

La solution adoptée par ces poissons pour ne pas geler dans ces eaux glacées est de produire des molécules antigel ! Exactement comme les liquides de refroidissement que l’on met dans les radiateurs d’automobiles : ils peuvent résister à des températures pouvant descendre à – 30° C ! Comment agissent ces molécules ?

Elles ont le pouvoir d’abaisser le point de congélation des fluides présents dans leur corps ! Ainsi à une température où normalement le poisson devrait geler, ces molécules permettent à son sang et aux autres liquides du corps de ne pas se transformer en glace ! Mais un fait étrange a été observé ici.

Pour étudier ces antigels, les biologistes ont essayé de les recueillir dans l’urine de ces poissons, mais les tests ont révélé l’absence totale de ces molécules dans les urines ! En observant de près les reins de ces animaux, ils ont constaté qu’ils étaient adaptés de manière unique pour ne pas filtrer ces antigels. Pourquoi ?

La fabrication de ces molécules par le corps nécessite beaucoup d’énergie, les rejeter dans l’urine serait un gâchis. Ainsi le fait que leurs reins sélectionnent ces antigels pour les conserver dans le sang permet une économie. Ce phénomène est unique dans le monde animal ! Une solution vitale pour résister à un milieu hostile !

 Une 2ème adaptation a été découverte chez ces poissons du pôle sud : ils ont développé une flottabilité naturelle. Il s’agit d’une sorte d’état d’apesanteur qui permet au poisson d’économiser l’énergie qu’il devait normalement déployer pour flotter !

Je m’explique : pour qu’un poisson puisse flotter dans l’eau, il doit remuer ses nageoires sinon il tombe au fond. Ces battements incessants de nageoires nécessitent une dépense d’énergie régulière, dangereuse pour des animaux qui vivent dans des conditions aussi extrêmes. Alors comment font donc ces étonnants poissons pour flotter sans nager ?

En faisant des coupes de leur corps, les biologistes ont découvert que la majeure partie de leur squelette est constitué de cartilage qui présente l’avantage d’être plus légers que l’os !

Deuxième observation : lorsque certaines parties du squelette sont bien faites d’os, ces parties sont creuses donc plus légères !

Troisième phénomène : ces poissons possèdent des sacs de graisse situés exactement au niveau du centre de gravité de l’animal. Ces dépôts de graisse confèrent ainsi à l’animal une plus faible densité !

Etonnantes stratégies, n’est-ce pas ! Ces découvertes montrent combien sont ingénieuses les adaptations dont le Créateur a doté certains animaux. Dans des milieux hostiles à la vie et contre toute logique, Allâh nous montre des signes de Sa grandeur pour nous prouver que Lui seul permet la vie.

 

Gelé mais pas mort !

L’étude de la résistance des animaux au froid aérien est encore plus intéressante quand on sait que les températures peuvent avoisiner les – 50° C !

A des températures aussi froides, les biologistes ont pu observer des animaux littéralement gelés !

Les tortues, les salamandres, les grenouilles, des insectes … ne présentent plus aucun signe de vie ils ne bougent plus, ils ne respirent plus, leur coeur cesse de battre et leur sang ne circule plus !

Mais pourtant, fait incroyable, ils ne sont pas morts ! Ils résistent au froid !

Comment ?

Ces animaux ont inventé 4 adaptations biochimiques pour survivre à l’état gelé : Ils vont fabriquer 2 types de protéines :

Des protéines de nucléation qui vont permettre la formation de petits cristaux de glace uniquement autour des cellules et pas dans les cellules ! Effectivement, tant que les cristaux ne se forment pas à l’intérieur des cellules, il n’y a pas de risque de les endommager.

Des protéines antigel qui limitent la taille de ces cristaux de glace pour éviter qu’ils ne prennent des proportions trop importantes. Ils restent ainsi inoffensifs !

La 2ème adaptation est pleine de génie : l’animal va fabriquer deux substances, le tréhalose et la proline, qui vont se fixer sur toutes ses cellules. Pourquoi ?  Ces 2 molécules ont pour effet de protéger les membranes cellulaires contre les déchirures qui pourraient se produire.

Laissez-moi vous citer les explications de Kenneth Storey, biologiste canadien :  
« Ces molécules évitent les dangers de l’osmose en stabilisant la bicouche lipidique membranaire et permettent ainsi de minimiser la contraction cellulaire provoquée par la congélation de leur fluide extra-cellulaire »

Avez-vous compris quelque chose ? Alors comment une simple chenille pourrait-elle faire
quelque chose que vous, un esprit pensant, vous n’arrivez pas à comprendre !

Cela signifie que ces molécules bouchent les petits trous par lesquels la cellule opère des échanges avec l’extérieur, de façon à l'isoler contre le froid qui glace le liquide dans lequel elle baigne.

Derrière ces apparences, se cache le pouvoir du Créateur !

Pour permettre le retour à la vie, il faut absolument éviter que le séjour de ces animaux dans le froid ne détériore leurs enzymes ; les enzymes sont les éléments qui permettent les réactions biochimiques, donc la vie de l’organisme. Pas de problèmes, il y a toujours une solution !

Ces animaux ont pour ordre de fabriquer 2 molécules, le glycérol et le sorbitol. Mais ici rien que la présence de ces substances est un fait étonnant ! Normalement, aucune enzyme ne peut fonctionner à basse température mais "comme par hasard", l’enzyme glycogène phosphorylase, qui forme ces 2 molécules est active à des températures froides ! Ainsi le glycérol et le sorbitol vont stabiliser et protéger toutes les enzymes du corps pour leur permettre de rester fonctionnelles au retour des températures douces ! Un conservateur, pour ne pas pourrir et se décomposer. Il fallait y penser ! Vous l’auriez fait, vous ?

Une 4ème solution a « été trouvée » par les grenouilles...

Pendant les périodes d’hiver, les grenouilles accumulent du glucose (sucre) dans leur sang à des taux pouvant atteindre les 45 grammes par litre ! Cette valeur est exceptionnelle et relève du miracle quand on sait qu’au-dessus de 3 grammes par litre, le glucide produit des acides et peut mener à la mort de l’organisme ! Comment expliquer que ce taux en apparence mortel, est en réalité vital pour les grenouilles ?

En période de grand froid, dès que la peau des grenouilles commence à geler, la glace déclenche une réaction qui active le foie pour lui ordonner de libérer beaucoup de glucose dans le sang.

Il a été prouvé que le coeur ne peut récupérer sa capacité de contraction que s’il a été congelé en présence de concentrations élevées de glucose !

Comment pouvait-elle le savoir ? De plus, le glucose présente l’avantage de permettre aux cellules de produire de l’énergie sans oxygène et de prolonger la survie des organes congelés !

Récapitulons : des protéines pour qu’il ne gèle pas dans les cellules mais dehors ; d’autres protéines pour que les cristaux de glace restent petits ; de l’isolation pour toutes les cellules pour qu’elles ne gèlent pas quand tous les liquides du corps sont gelés ; des conservateurs pour que les enzymes, démarreurs de la vie, restent fonctionnels ; du sucre dans le sang pour que le cœur se congèle dans du sucre sinon il ne pourrait pas battre à nouveau. Est ce vraiment la grenouille qui est à l’origine de cette étonnante stratégie de survie ?

 
Certains animaux comme les ours blancs possèdent des adaptations dignes de Celui qui les conçues : d'une part, sous leur peau, on trouve
une épaisse couche de graisse qui protège leurs organes du froid et d’autre part, la surface de leur corps est recouverte de poils.

Mais ce qui est incroyable, c’est la structure de ces poils blancs .Chaque poil est un tube creux conçu pour capter les rayons ultraviolets du soleil !


Ces milliers de tube conduisent ainsi ces rayons jusque dans la peau.
Celle-ci étant noire, elle va transformer ces rayonnements en chaleur ! L’animal est ainsi réchauffé malgré le froid glacial du pôle nord ! Le Tout Puissant ne fait rien au hasard : Il a lié ici l’utile à l’esthétique !

 Ces quelques exemples que je vous ai cités ne sont qu’une infime partie des étonnants miracles dont sont dotés la plupart des animaux. La complexité, la minutie et la perfection que l’on découvre chez tous les êtres vivants viennent renforcer l’idée qu’ils ont été conçus par un Créateur.

Par Nassim - Publié dans : LES MIRACLES DES ANIMAUX
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Une ambiance pour lire...

 

Diaporama photos

  • Tinghir14_JPG.jpg
  • 672.jpg
  • 723
  • ruelles-lisbonne-portugal-3770410419-865650

Recherche

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Créer un Blog

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés