Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 03:29

QU'EN EST-IL DES SERBES ?

La campagne de conquête entreprise par les Serbes n'aurait pas été possible si ces

derniers n'avaient pas été. couverts par Moscou et par l'administration Bush. LAWRENCE

EAGLEBURGER, à l'époque adjoint au ministre des Affaires étrangères et partenaire

éminent de l'entreprise consultante des "Kissinger Associates", veilla, récemment, avec un

autre partenaire Kiss-Ass, LORD CARRINGTON, à ce que Belgrade ait les mains libres

pour accomplir les nettoyages ethniques et le génocide actuel. Afin de financer cette

campagne, ils créèrent les structures pour faciliter illégalement une arrivée massive

d'argent à Belgrade, ce qui devait permettre aux Serbes de faire face aux frais

d'importations d'armes, de pétrole et d'autres marchandises.

Dans les derniers dix-huit mois, des banques privées de Belgrade proposèrent, à

l'étonnement de tous, un taux d'intérêt mensuel de 15% sur le dépôt de devises et 200%

sur le dépôt de dinars eu égard au taux d'inflation annuel de 25,000%. Etant donné le

chômage important et le grand nombre de personne sans revenus, ces prestations

d'intérêts furent une manoeuvre politique pour contrecarrer l'insatisfaction croissante du

peuple causée par les conditions économiques difficiles entraînées par la guerre. Un

obsavateur déclarait à ce sujet : "Cette tactique sert à financer discrètement un système

d'aide sociale."

On découvrit des aspeus de ces stratagèmes lorsque le banquier de Belgrade Jesdomir

Vasiljevic, de la "JUGO-SKANDIE-BANK", se retira, en mars 1993, en Israël. Cettc banque

avait, selon les communiqués de la presse, jusqu'à 4 millions de comptes avec des dépôts

d'épargne en devises qui s'élevaient à presque 2 milliards de dollar. D'où sortait cet argent

? Certes la Yougoslavie disposait avant-guerre d'une branche de tourisme florissante et

d'une industrie d'armement qui produisait surtout des armes légères pour l'exportation mais

après avoir remboursé rapidement 14 milliards de dollars de dettes à l'étranger, il ne restait

pas grand-chose. Entre-temps, le tourisme a cessé et la production d'armes a été affectée

principalement à la guerre.

Le gouvernement serbe bénéficie, de surcroît, du butin de guerre pris aux régions

conquises mais c'est peu en égard aux besoins actuels du pays. Des livraisons d'armes et

de pétrole se font, en règle générale, contre un paiement comptant. Sur le marché noir les

prix du pétrole occidental, comme celui de la "Mobil-Oil-Raffinerie" à Thessalonique en

Grèce, s'élèvent jusqu'à 400% du prix courant.

La source d'argent est à rechercher à Belgrade qui joue un rôle dans le traffic de drogue

passant par les Balkans, ce qui lui donne accès au système international du blanchiment

de l'argent. Les activités croisantes en Europe de l'Ouest de la "MAFIA SERBE" dirigée par

Belgrade sont,sûrement, une des sources d'argent. Il y a une école à Belgrade pour vols

avec effraction qui jouit, manifestement, de la protection des services de renseignements :

ses anciens élèves sont affectés dans toute l'Europe où il transmettent les biens volés à

des réseaux de receleurs bien organisés. Malgrès cela, il est difficile de concevoir que ces

ressources soient suffisantes pour couvrir les frais de la guerre serbe, même si la mafia

serbe prend de plus en plus d'importance sur le marché occidental de la drogue. Des

commentateurs simplets on comparé à maintes reprises les stratagèmes de la

"JUGOSKANDIC" et de son plus important institut de concurrence, la "DAFIMENT BANK",

avec les opérations véreuses de certaines entreprises d'investissement qui soutirent de

l'argent à leurs clients en leur promettant qu'ils vont toucher régulièrement des instérêts

élevés gràce à des placements dans l'immobilier ou ailleurs.

Cela se passe, en fait, autrement, Ce n'est pas la petite Serbie qui a soutiré le capital aux

grands joueurs sur les marchés financiers "chauds". Ce sont les mêmes puissances qui

donnèrent le feu vert à la Serbie pour déclencher la guerre et qui la financèrent. Ce n'est

pas la Serbie qui règle ce flot d'argent, elle n'en est que le bénéficiaire. Il y a, entre autres,

des arangements où certaines banques de Belgrade ou des filières étrangères servies pour

blanchir chaque mois, contre paiement de taxes correspondantes, une partie des revenus

en liquide issus du marché international de la drogue. Belgrade n'y était pas perdante. Les

intérêts courants pour blanchir l'argent se situent entre 3% et 7% mais en considérant les

gains gigantesques réalisés sur le marché mondial des stupéfiants, les trafiquants peuvent

payer jusqu'à 30% sans en pâtir.

Defina Milanovic est directeur de la "DAFIMENT BANK" à Belgrade. Israel Kelman de Tel

Aviv détient 25% des actions. Vasiljevic de la Jugoskandie s'est retiré à Tel Aviv, ce qui

laisse supposer qu'il a joué un rôle clé dans la technique de financernent de guerre

inspirée par les intérêts anglo-américains.

C'est en employant la même tactique que certaines banques des Etats-Unis ont échappé à

la banqueroute lors de la crise causée par les dettes des pays de l'Amérique laine en 1983

: gràce à de puissantes injections d'argent procuré par la drogue. Cela n'a pas grand-chose

à voir avec l'économie libre de marché, selon les dires de la police allemande, celle-ci s'est

rendu compte en enquêtant sur des mafiosi serbes que la police de Belgrade n'est pas

prête à collaborer au niveau international et qu'a Belgrade, l'argent est donc probablement

encore plus facilement blanchi qu'en Suisse. C'est à Chypre, centre bancaire très

développé, que les banquiers de Belgrade font la plupart de leurs opérations.

Le succès évident du financement de la guerre, qui fut effectué par EAGLEBURGER et

CARRINGTON (Comité des 300) par intérêt financier, n'est pas la conséquence d'un secret

bien gardé mais d'une inertie de l'Europe de l'Ouest. Après avoir observé un an et demi les

stratsagèmes des banques de Belgrade, chacun savait bien, y compris les diplomates, que

quelque chose clochait. On savait aussi qu'il y avait des représentants des banques à

Chypre. Rien ne fut entrepris, pourtant les sanctions des Nations unies auraient dû

S'appliquer aussi au transport des finances vers la Serbie tant qu'il n'était pas destiné à des

buts médicaux ou humanitaires. Ce n'est qu'en avril 1993 que la commission des sanctions

des Nations unies reconnut qu'on avait oublié de consulter les autorités chypriotes sur les

relations bancaires des Serbes. Il y aurait eu "trop peu d'informations concrètes".

Le banquier Vasiljevic a vécu 15 à 20 ans à l'étranger, surtout en Australie où il fut connu

pour ses transactions dans les "pays en guerre d'Extrème-Orient" ainsi que le rapporte

l'Observer britannique. Peut-être est-il un ancien ami de "Theodore Shackley" ? (122)

LA SOITUATION ACTUELLE

Les Illuminati tiennent le monde dans leur filet par l'intermédiaire des banqiers

internationaux qui sont en liaison avec les sociétés d'élite déjà mentionnées et par les

empires qu'ils ont construits. Ils sont sur le point de renforcer encore plus leur mainmise sur

cette planète. Leur contrôle principal s'exerce gràce aux dettes nationales des pays. En

outre, il existe une force de police internationale qui maintient "dans les rangs" les Etats

indépendants, tels que la Libye et l'Iran : ce sont les troupes de l'ONU. La Libye qui

manifeste son indépendance par rapport au contrôle international représente un défi pour

le Nouvel Ordre Mondial. Mu'ammar al Kadhafi est présenté dans les médias comme un

terroriste, ce qui permet de justifier les agressions contre son pays. Voilà encore ce qui

s'appelle un bel exemple de lavage de cerveau.

GEORGE BUSH fut un des meilleurs partenaires que les Illuminati aient jamais eu, et il

devra le rester jusqu'à son dernier souffle, car il est fortement impliqué dans le trafic illégal

de la drogue (§8 des Protocoles). (123)

George Bush est un ex-chef de la CIA, un exN-chef du CFR, membre de l'ordre "Skull &

Bones", membre de la "Commision trilatérale" et membre du "Comité des 300".

Son concurrent aux dernières élections présidentielles, Bill Clinton, le président actuel, est

membre du CFR, des "Bilderberger" et membre à vie de l' "ordre De Molay"

franc-maçonnique. Il est membre aussi de la "Commission trilatérale" depuis le début des

années quatre-vingts. Les plus proches collaborateurs de Clinton qui ont les meilleures

chances d'accéder à des postes avancés dans le gouvernement font aussi partie de la

"Commission trilatérale", parmi eux son principal conseiller en économie Felix Rohatyn de

la banque new-yorkaise "Lazard Brothers", Paul Volcker, ex-chef de la banque d'émission

sous Carter, Robert Hormats de la banque new-yorkaise "Goldman Sachs", sa conseillère

pour les questions commerciales Paula Stern ainsi que son conseiller en politique

extérieure Warren Christopher. L'équipe la plus restreinte de Clinton compte, en outre, des

personnes en vue du "Council on Foreign Relations" (CFR) et du "Brookings Institute" dont

les plus importantes sont les banquiers Peter Petersen, Robert Rubin et Roger Altinan.

(124)

Ce qui signifie donc que les deux candidats aux élections étaient des partenaires à 100%

des Illuminati et que les citoyens des Etats-Unis n'avaient le choix qu'entre eux deux. Cela

rappelle beaucoup les élections du Parti socialiste unifié d'Allemagne, le SED, dans

l'ex-RDA.

Il se passe la même chose en Allemagne avec ses chanceliers. Brandt était membre du

"Cmuité des 300" et des "Bilderberger". Schmidt et Kohl appartenaient aussi aux

"Bilderberger". Engholm qui se retira entre-temps et qui aurait été, cependant le rival de

Kohl aux életions suivantes, fait parti aussi des "Bilderberger" et du "DGAP".

Le gouvernement des Etats-Unis reconnaît désormais la constituition des Nabun unis

comme étant la "loi mondiale". Nous sommes très proches de la création d'un

"gouvernement supra-mondial" que toutes les nations de la Terre vont reconnaître (voir § 9

des Protocoles).

En Russie aussi, nous avons assisté à un coup d maître. Boris Yeltzin a repris la charge de

Gorbatchev. La prétendue dissolution du régime ne correspond, en fait, qu'à un

changement de nom. L'appareil militaire est non seulement le même, mais il est plus

puissant que jamais. Un des derniers actes posés par Bush fut une injection de 12 milliards

de £ pour renforcer cet appareil militaire. N'avez-vous pas déjà remarqué que malgré ces

sommes énormes que Clinton envoi en Russie, les Russes meurent de faim ? Savez-vous

tout ce qu'on pourrait améliorer gràce à ces sommes d'argent ? Tout l'argent passe, en fait,

dans la production d'armes et dans l'appareil des services secrets. D'après les

"Vertrauliche Mitteilungen" (Communications confidentielles) du 12 octobre 1993,

l'exportation d'armes de la Russie n'a baissé en 1992 que de 1,8 millards de dollars.Cela

ne correspond environ qu'à environ 6% des exportations d'armes de 1986, année de pointe

ou les exportations s'élevaient à 26 milliards de dollars.

Quand la CEI (Communauté des Etats indépendants) va se joindre à l'armée américaine

dans les troupes de l'ONU, les hommes vont croire à une alliance de deux superpuissances

qui furent ennemies pendant des décennies (ce qui, en vérité, n'a jamais été le cas).

D'autres nations s'y associeront librement ou seront contraintes d'y adhérer sous la

pression de la future armée mondiale.

Eduard Shewardnatse, ex-ministre des Affaires internationales de la Georgie et général de

division du KGB, mêlé à la torture et à la répression politique, devient soudain un ami

proche du secrétaire d'Etat américain George Baker et se voit proposé le poste de

secrétaire général des Nations unies par des mass médias tels que le New Yoak Times

(c'en est trop).

le FMI devient de plus en plus la force dominante dans les économies locales des Etats du

Commonwealth. C'est sous sa direction que le prix de l'essence passa de 4 à 30 roubles

par gallon en avril 1992. Le congrès des délégués du peuple russe est sur le point de se

révolter contre les exigeances du FMI, ce qui est compréhensible puisque la Russie est

dans un état déplorable.

La guerre de Yougoslavie, nous l'avons vu, fait aussi partie du scénario des Illuminati qui

désirent créer un "deuxième Proche-Orient" au sud de l'Europe pour empêcher un éventuel

nouvel ordre eurasien. Si jamais l'Allemagne essayait de sortir des griffes des llluminati,

ceux-ci pourraient facilement l'enempêcher en provoquant une attaque de la part des

Serbes ce qui serait d'autant plus facile que l'Allemagne a déjà été désignée comme

ennemie n°1 dans la propagande de la Grande Serbie. (125)

Voici une citation d'un rapport des "Vertraulichen Mitteilungen" (Communications

confidentielles) du 20 juillet 1993 pour étayer mes propos :

"Dans l'ex-village olympique des sports d'hiver Pale, non loin de Sarajevo, une personnalité

britannique très remarquée s'est vue attribuer un des plus beaux appartements situé porte

à porte avec le bureau du chef serbe bosniaque KARADZCIC. Son nom : SIR ALFRED

SHERMAN.

"Sherman a la réputation en Grande-Bretagne d'avoir "déniché" Margaret Tatcher". Lorsque

le Parti des conservateurs entra en crise à cause du départ d'Edward Heath, ce fut

Sherman qui proposa alors comme chef du parti Madame le premier ministre, qui allait se

montrer si brillante par la suite. Tous deux fondèrent le "Centre for Policy Studies".

Madame Thatcher anoblit Sherman, en témoignage, dit-on, de sa reconnaissance.

"Celui-ci est présenté à Pale comme le conseiller des relations publiques de Karadzcic.

Mais en réalité, le chef des Serbes synchroniserait chacun de ses pas politiques avec

Sherman. Des observateurs locaux confirment qu'aucun jour ne se passe sans que les

deux hommes n'aient de profonds échanges."

Les BILDERBERGER sont une des plus puissantes organisations internationales qui visent

à un "Gouvernement mondial unique". Leurs activités sont tenues si secrètes que maints

députés du Bundestag prétendent toujours que cette organisation n'existe pas. Elle dû à

une ignorance qui va jusqu'à rentêtement ou à une volonté de disimuler son existence ?

En mai 1973, 84 membres des Bilderberger se réunirent à Saltsjöbaden, en Suède, (dans

une propriété de la famille des banquiers Wallenberg) avec le but de consolider

l'hégémonie défaillante des financiers anglo-américains afin que ceux-ci reprennent le

contrôle mondial des opérations financières. C'est pour cette raison que les Bilderberger

eurent recours, de nouveau, à cette arme providentielle qu'est le pétrole et qui a déjà si

souvent fait ses preuves. Ils décidèrent d'augmenter de 400% le prix du pétrole afin de

soutenir la monnaie américaine à l'aide des pétrodollars, ce qui s'est effectivement produit

(d'après le journal Spotlight).

Il est intéressant de souligner que c'était ROBERT D. MURPHY qui organisa cette

rencontre à Saltsjöbaden. Mentionnons son parcours digne dintérêt : il rencontra Adolf

Hitler la première fois en 1922 alors qu'il était consul général aux Etats-Unis. Il envoya à

Washington un rapport des plus favorables sur sa rencontre avec Hitler et sur les capacités

de ce dernier. Murphy fut en 1944 le "conseiller politique dans le gouvernement américain

pour l'Allemagne" et en 1945 le "conseiller politique du gouvernement militaire américain en

Allemagne".

En 1988, la rencontre des Bilderberger à laquelle participa aussi le chancelier Khol, eut lieu

à Telfz, près d'Innsbruck, en Autriche.

Une autre rencontre eut lieu à Baden Baden du 6 au 9 juin 1990. Un des sujets abordés fut

le plan Marshall qui prévoyait 100 milliards de $ pour soutenir la CIE qui exigeait, en

compensation, que les Etats de la CIE adoptent l'économie de marché. Lors de cette

réunion, il fut décidé aussi que Saddam Hussein entrerait au Koweït.

La dernière rencontre dont j'ai eu connaissance fut celle d'Evian à l'hôtel Ermitage le 20

mai 1992 en France. Son principal contenu, dénommé l' "agenda

2000", concernait le gouvernement mondial tel qu'il était prévu jusqu'à l'an 2000. (125A)

Comme vous le voyez, ce gouvernement mondial est plus actuel que jamais, même s'il n'en

paraît rien.

Willy Brandt, mort entre-temps, (et qui était membre des "Bilderberger" et du "Comité des

300") avait écrit un livre intitulé "Nord-Süd, ein Überlebensprogramm (Nord-Sud, un

programme de survie) ou il décrit un gouvernement mondial mis en place par les Nations

unies (d'ici l'an 2000).

La "ANTI-DEFAMATION LEAGUE" (ADL) de la B'NAI B'RITH est une agence d'espionnage

non-officielle à l'étranger qui travaille pour Israël et qui a porté ces dernières années

beaucoup d'accusations contre des enquêteurs, spécialement contre le journal "SpotIight".

Elle collabore avec le "RITE ECOSSAIS DES FRANCS-MACONS", ce qui pourrait

expliquer pourquoi elle opte si nettement pour le maintien du monument d'Albert Pike et

s'oppose à l'économiste LYNDON LAROUCHE qui fur plusieurs fois candidat aux élections

présidentielles. LaRouche se trouve incarcéré depuis le 29 janvier 1989 dans l'Etat du

Minnesota en tant que prisonnier politique après avoir été condamné à 15 ans

d'emprisonnement suite à un scandale judiciaire mis en place par l'establishment

américain.

LaRouche était devenu aux yeux des Illuminati un opposant très gênant, car il avait

découvert les enchevêtrements entre l'establisment, le Ku Klux Klan, l 'ADL, la B'nai B'rith,

le Rite écossais, le CFR, la Commission trilatérale, etc. et eut le tort d'en parler

publiquement. Suite à la propagande largement mise en oeuvre par l'ADL, il passa pour

être un extrémiste de droite alors qu'il s'était battu avec acharnement pour que la statue

d'Albert Pike soit supprimée à Washington. (126)

Gary Allen écrit à ce sujet :

"Une raison fondamentale pour laquelle on a rayé de l'histoire le rôle joué par les banquiers

internationaux dans la politique s'explique par le fait que les Rothschild étaient juifs. Les

antisémites se sont livrés aux mains des conspirateurs en faisant croire que la conspiration

n'émanait que de juifs. Rien ne peut être plus éloigné de la vérité. Les institutions bancaires

traditionnelles anglo-saxonnes de J. P. Morgan et Rockefekker ont eu, elles aussi, un rôle

primordial dans la conspiration. Néanmoins, on ne peut nir le rôle important que les

Rothschild et leurs satellites y ont joué.

Il est cependant tout aussi injuste et absurde de faire porter la faute à tous les juifs de ce

dont les Rothschild sont coupables. C'est comme si nous rendions responsables tous les

baptistes des actes criminels des Rockefeller. Les juifs parmi les conspirateurs utilisent une

organisation qui s'appelle "Ligue anti-diffamatoire" (Andi-Defamation League, ADL) ; cette

organisation leur sert d'instrument pour convaincre tout un chacun que le seul fait de parler

négativement des Rothschild et de leurs alliés est une attaque contre les juifs. C'est de

cette façon qu'ils ont pu étouffer presque toutes les informations authentiques sur les

banquiers internationaux et en faire un sujet tabou dans nos universités. Tout individu ou

tout livre qui cherche à en savoir plus est aussitôt attaqué par des centaines de comités de

l'ADL qui se trouvent dans tout le pays. L'ADL ne se laisse jamais détourner ni par la vérité

ni par la logique de sa tactique parfaite de diffamation. (...) En vérité, personne n'est plus

en droit d'en vouloir aux Rothschild si ce n'est les juifs eux-mêmes. Les Warburg, une

partie de l'empire Rothschild, ont aidé à financer Hitler. (...)" ("Die Insider", p.51)

Il nous faut, à présent, parler du Japon. Le Japon est pour beaucoup de spécialistes le

pays le mieux préparé aux changements globaux qui vont être apportés par la technologie

au siècle prochain. Qu'il y ait des Japonais éminents dans la COMMISSION TRILATERALE

ne signifie pas que le Japon est infiltré à 100%. L'élite japonaie est, en effet, englobée si

puissamment dans un réseau de loges secrètes nationales que les multinationales

anglo-américaines n'ont pu avoir, jusqu'à présent, qu'une moindre influence sur la

puissance économique du Japon. C'est ce que montre très bien le livre écrit par AKIO

MORITA, chef de SONY et par SHINTARO ISHIHARA, politicien en vue au Japon, intitulé

"Le Japon qui sait dire non". Le livre qui était, au départ, seulement destiné aux Japonais,

fait l'effet d'une bombe ! Il traite les Etats-Unis d'ami indésirable, de pays raciste et laisse à

penser que le Japon pense lui rendre la monnaie de la pièce suite aux conditions de

capitulation qui lui furent imposées. Les auteurs décrivent les Etats-Unis vus du côté des

Japonais comme un colosse vacillant pourri du dedans, sur le point de succomber - après

un coup mortel - sous sa bannière étoilée flottant tel un linceul. Selon eux, le Japon a

obligé le système économique américain à capituler de facto. Ces mêmes auteurs disent

sans détour ce que jusqu'alors les hommes d'affaires influents au Japon n'osaient exprimer

que dans des cercles privés et en catimini :

"L'armée américaine a bombardé pendant la Deuxième Guerre des cibles civiles en

Allemagne mais ce n'est que sur le Japon, qui était, pourtant, prêt à capituler, qu'elle a

lancé des bombes atomiques pour faire des tests. ça, c'est une preuve abominable de

racisme."

Ceci renforce les dires de quelques personnalités éminentes au Japon qui ne cachent pas

que les Japonais visent la destruction de l'économie américaine pour venger Hiroshima et

Nagasaki. On les entend dire, par exemple :

"Le Japon est en guerre avec les Etats-Unis. Nous vaincrons économiquement l'Amérique

et nous userons de représailles pour nous venger des humiliations que nous ont imposées

les Etats-Unis dans le Pacifique." (CODE Nr.2, février 1990)

D'après un article du "Wall Street Journal" de septembre 1991, presque un tiers des cent

plus grandes banques mondiales et quatre sociétés d'assurance parmi les cinq premières

du monde sont japonais. Une grande partie des propriétés foncières de Nouvelle-Zélande,

la majeure partie des hôtels et des konzerns de la côte Est australienne et une grande

partie des forêts canadiennes appartiennent à des Japonais.

L'avenir nous dira dans quelle mesure les Japonais sont vraiment contrôlés et manipulés

par les Illuminatis.

L' "agence des Etats-Unis pour le développement international" (USAID) est encore une

autre organisation qui n'est pas ce qu'on croit. D'après le livre "Strategie der Spannung" (La

stratégie de la tension) d'Anton Chaitkin et Jessica Primack, elle sert à camoufler les

opérations accomplis par les espions de la CIA et c'est à elle aussi qu'incombe la principale

responsabilité des interventions anglo-américaines dans toutes les parties du monde. Il

existe, par exemple, un programme USAID d'un montant de 300 millions de dollars pour

contrôler les naissances dans les pays du tiers monde dont la mission principale est de

stériliser les populations de couleur.

L. RON UUBBARD, décédé, fondateur de la scientologie, est une autre personalité au

passé interressant. Puisque nous nous intéressons dans ce livre aux dessous de l'histoire,

regardons de plus près ce qui se rapporte à la vie de Ron Hubbard, dont l'organisation a

été minutieusement et publiquement décortiquée.

Dans les premiers jours du MK ULTRA, du programme de contrôle de la conscience des

Etats-Unis, l'ex-officier de marine Hubbard, au courant de ce que la marine faisait en

secret, se mit alors à étudier les mécanismes de la pensée humaine. Après avoir refusé de

se joindre aux recherches gouvernementales ainsi qu'aux groupes de psychiatres, il publia

le livre "LA DIANETIQUE - la science moderne de la santé mentale". Le livre proclamait

que la liberté et l'intégrité de l'esprit étaient le droit de naissance de l'humanité. Le livre fut

un best-seller et les techniques d' "auditing" d'Hubbard eurent de très bons résultats. Dans

le but d'asservir les hommes, le gouvernement se servit, en secret, de quelques-unes des

méthodes qu'Hubbard avait proposées dans la scientologie pour que les êtres humains

accèdent à la liberté de l'esprit. D'autres techniques décrites par Hubbard étaient, en fait,

un antidote aux méthodes MK ULTRA du contrôle de la conscience.

Le gouvernement américain entama alors contre Hubbard une campagne de diffamation

diabolique qui fut menée par la section de contrôle de la pensée de la CIA. Cet auteur, à

l'époque encore jeune, avait révélé, vraisemblablement involontairement, la clé du secret le

mieux gardé de la guerre froide. Son bureau fut fracturé et on lui vola un protocole qui

décrivait les mécanismes de contrôle de la pensée désignés aujourd'hui sous le nom de

"PSYCHOTRONICS". Hubbard et ses collègues furent agressés physiquement et

échappèrent de peu à une tentative d'enlèvement. Hubbard, cependant, n'est pas un

agneau innocent, comme nous le montre bien l'influence énorme exercée par l'Eglise de

scientologie. Il était, certainement, au courant de maints faits essentiels se rapportant à des

événements mondiaux, il ne se contenta pas de passer ses "années de magicien" dans l'

"Eglise Thelema" d'Aleister Crowley en Californie mais se débrouilla pour se hisser

jusqu'au 33ème degré du Rite écossais franc-maçonnique (peut-étre même jusqu'à celui

des Illuminati). Sa formation l'ayant familiarisé aux principes du pouvoir, il utilisa des

techniques - dont le gouvernement se servait à la même période contre le peuple - pour

intégrer aussi ses scientologues dans un système hiérarchique. (127)

Une autre personne à l'influence internationale est l'ex-président français FRANÇOIS

MITTERAND, grand maître du "Grand Orient", loge franc-maçonnique la plus importante en

France, et membre du "Comité des 300".

Signalons que chez les francs-maçons et aussi chez les chrétiens, 90% des membres sont

utilisés par l'élite et qu'ils n'ont, pour la majorité, pas la moindre idée de ce qui se trame au

sommet. C'est exactement pareil pour le "Lions Club", le "Rotary", etc... (L'éminent

franc-maçon Paul Harris fonda le Rotary International sur l'ordre de la loge B'nai B'rith en

1905 à Chicago ; cette même loge créa le Lions International, également à Chicago, en

1917. (CODE 1/88 p.47)

Ces organisations sont très actives au niveau social aux bas degrés de la hiérarchie, et

leurs programmes sont excellents. En général, les francs-maçons ou les chrétiens

s'efforcent, par leur présence, de contribuer de façon constructive à la vie quotidienne. La

plupart, au moins, ont à coeur de donner cette image (nous en avons un exemple frappant

chez les chrétiens en Irlande qui s'entre-tuent). Une longue étude de l'homme est souvent

nécessaire pour comprendre ce qui se passe en son for intérieur.

"On les reconnaîtra à leurs fruits."

On peut dire, en principe, que plus on monte dans la "pyramide", (dans la hiérarchie) où les

vrais secrets sont gardés, plus l'état d'esprit s'inverse si on le compare à celui des premiers

degrés.

Jacob Schiff fut, par exemple, un membre élevé de la "B'nai B'rith" et fut aussi celui qui

manigançait dans l'ombre la révolution bolchevique.

Franklin D. Roosevelt, grand maître des francs-maçons, a engagé beaucoup de réformes

sociales pendant sa présidence mais il fut aussi celui qui a plongé les Etats-Unis dans la

guerre et lancé l'attaque sur Pearl Harbour. Ce fut également lui qui complota lors des

"trois grandes rencontres" avec Churchill et Staline pour vendre l'Europe de l'Est aux

communistes.

Comme on le voit, il s'avère qu'il est d'une grande efficacité de conserver un secret et que

cette méthode est souvent employée.

Die Dollar-Pyramide aufgeschlüsselt

 

APERÇU DES PRINCIPALES ORGANISATIONS CONNUES DES

ILLUMINATI

JOHN TODD, ex-membre du "conseil des 13", décrit ainsi la pyramide :

"Le sceau fut créé sur l'ordre de la famille Rothschild à Londres (d'après le livre d'Ayn Raud

"Atlas shrugged", il s'agissait de Philippe Rothschild, note de l'auteur). C'est une

organisation luciférienne avec, à sa tête, les Rothschild. On y trouve des francs-maçons,

des communistes et des membres d'autres associations. Cette organisation est très

répandue. On y traite de politique et de finances et on y projerte l'instauration d'un

gouvernement mondial unifié. Cette organisation fera tout ce qui est en son pouvoir pour

instituer ce gouvernement mondial même si cela exige une troisième guerre mondiale.

Cette organisation s'appelle les "Illuminati", mot qui signifie les "porteurs de lumière".

(Helmut Finkenstädt : "Eine Generation im Banne Satans" - Une génération ensorcelée par

Satan)

Todd ainsi que Coralf ("Maitreya, der kommende Weltlehrer" - Maitreya, le futur maître du

monde) décrivent les différents degrés comme suit :

L' "oeil qui voit tout"

"C'est l'oeil de Lucifer. C'est l'esprit qui guide, l'instance dirigeante intérieure."

RT

"C'est la famille Rothschild, le tribunal Rothschild. Les Illuminati les considèrent comme

dieux incarnés et leur parole fait office de loi." (On dit qu'ils seraient en contact direct avec

Lucifer. Qui sait ?)

Le conseil des 13

"C'est le grand conseil des druides - les 13 grands druides qui forment la prêtrise privée

des Rothschild."

Le conseil des 33

"Y sont représentés les francs-maçons des rangs les plus élevés du monde de la politique,

de l'économie et de l'Eglise. Ils sont l'élite du "Comité des 300"." (D'après Todd et Coralf)

Le comité des 300

Créé en 1729 par la BEIMC (British East India Merchant Company) pour s'occuper des

affaires bancaires et commerciales internationales et soutenir le trafic d'opium, le Comité

des 300 est dirigé par la Couronne britannique. Il représente le système bancaire mondial

dans sa globalité et compte en plus, les représentants les plus importants des nations

occidentales. Toutes les banques sont reliées aux Rothschild par le "Comité des 300".

(128)

Le Dr John Coleman publie dans son livre "Conspirators Hierarchy : The Committee of 300"

(La hiérarchie des conspirateurs : Le Comité des 300) les noms de 290 organisations, 125

banques ainsi que ceux de 341 membres actuels ou anciens du Comité des 300 ; je vous

communique quelques noms :

Balfour, Arthur

Brandt, Willy

Bulwer-Lytton, Edward (auteur de "The Coming Race")

Bundy, McGeorge

Bush, George

Carrington, lord

Chamberlain, Huston Stewart

Constanti, maison d'Orange

Delano, famille, Frederic Delano fut membre du comité directeur de la Federal Reserve

Drake, Sir Francis

Du Pont, famille

Forbes, John M.

Frédéric IX, foi du Danemark

George, Lloyd

Grey, Sir Edward

Haig, Sir Douglas

Harriman, Averill

Hohenzollern, maison des

House, Colonel Mandel

Incheape, lord

Kissinger, Henry

Lever, Sir Harold

Lippmarm, Walter

Lockheart, Bruce

Loudon, Sir John

Mazzini, Guiseppe

Mellon, Andrew

Milner, lord Alfred

Mitterand, François

Morgan, J. P.

Norman, Montague

Oppenheimer, Sir Harry

Palme, Olof

Princesse Beatrix

Rainier, prince

Reine Elisabeth II

Reine Juliana

Retinger, Joseph (Ratzinger ?)

Rhodes, Cecil

Rockefeller, David

Rothmere, lord

Rothschild, baron Edmond de

Shultz, George

Spellman, cardinal

Thyssen-Bornemisza, baron Hans Heinrich

Vanderbilt, famille

von Finck, baron August

von Habsburg, Otto

von Thum und Taxis, Max

Warburg, S. G.

Warren, comte

Young, 0wen

Les autres loges des Illuminés de Bavière ont déjà été citées dans le livre.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Découvrir et apprendre
  • Découvrir et apprendre
  • : Vidéos et articles sur l' islam, les musulmans, le Portugal, l' histoire, le Pouvoir, les secrets...et un peu d' humour. Ps: aidez moi en me signalant des vidéos qui ne sont plus visibles. Salam
  • Contact

Une ambiance pour lire...

 

Recherche

Pages