Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 03:37

QUE POUVONS-NOUS FAIRE ?

Il y a quantité de solutions envisageables face à cette situation. Certaits aimeraient qu'on

élimine une partie des Illuminati, ce qui, à mon avis, ne servirait pas à grand-chose, car il

seraient vite remplacés.

Je vais vous raconter une petite histoire : Imaginez que vous êtes en voiture et que le

voyant d'huile se mette à clignoter. Vous vous rendez chez un garagiste qui vous déclare :

"Aucun problème, je vais vous arranger ça." Le voilà qui dévisse l'ampoule. Certes, le

voyant d'huile ne clignote plus mais, vous le savez bien, la cause du problème n'est pas

pour autant éliminée. Et vous n'êtes, évidemment, pas d'accord avec la façon de procéder

du garagiste. Mais quand votre corps est malade ou quand vous avez certaines difficultés,

réalisez-vous que, la plupart du temps, vous ne vous opposez pas à cette façon de faire ?

Il est bien connu qu'en médecine officielle, on supprime l'organe malade ou la partie

cancéreuse mais ce faisant, on ne traite pas pour autant la cause. On soigne simplement

les symptômes, ce qui est nettement insuffisant. Un traitement de fond est nécessaire.

Vouloir supprimer ce qui gêne, cela équivaut à ne dévisser que l'ampoule qui clignote et à

ignorer le problème qui est toujours là.

Pour en revenir au sujet qui nous préoccupe, les Illuminati ne sont que le symptôme d'un

problème qui, en fait, se situe ailleurs. Ils ont autant de pouvoir parce qu'lis se servent de

nous, ce qui es facile puisque nous n'assumons pas nos responsabilités et que nous nous

satisfaisons de notre indolence. Le coeur du problème est donc au plus profond de chacun

de nous. Si nous ne nous changeons pas et si nous ne transmuons pas nos faiblesses, il

ne sert à rien d'éliminer ces êtres, car il y en aurait aussitôt d'autres qui se chargeraient de

nous puisque nous acceptons d'être manipulés.

Peut-être y a-t-il parmi vous des petits futés qui se disent qu'ils pourraient bien contacter la

Société Thulé ou ceux qui ont écrit des livres sur les ovnis pour se procurer les plans de

soucoupes volantes ? Ils pourraient donc quitter la Terre, mais qui sait ce qui les attendrait

sur les autres planètes ?

Ou bien certains d'entre vous sont passionnés par ce qui se passe à l'intérieur de la Terre

et voudraient, sur les traces d'Hitler, rechercher le royaume d'Agartha ?

D'autres encore aimeraient se retirer dans les montagnes pour y vivre en autosubsistance

afin de pouvoir, de là-haut, embrasser du regard tout ce drame.

Certains même désireraient rechercher, peut-être, de l'aide dans la prière ?

En tant qu'auteur de ce livre, remédier à ce problème m'occupe depuis longtemps. J'ai

parcouru jusqu'à aujourd'hui les cinq continents à la recherche de solutions possibles ; j'ai

échangé avec quantité d'êtres humains sur tous les domaines de la vie touchant à ce suiet

et me suis mis aussi fortement en quête de moi-même. Ma propre expérience et mes

preuves personnelles m'ont conduit à cett vision que j'ai condensé dans le dernier chapitre.

Cette vision m'est propre et ne doit être reprise par personne. Lisez ces lignes d'un oeil

critique, je vous en prie, comme nous devrions le faire constamment. Si vous n'êtes, certes,

pas d'accord avec toutes mes conclusions, vous pourriez, peut-être, en retenir au moins

quelques-unes qui vous paraissent bonnes !

Que pouvons nous entreprendre de positif pour rectifier ce qui a mal tourné dans le passé

et pour empêcher que cela se reproduise dans Avenir ?

Pour y répondre, il nous faut nous poser la question primordiale sur le sens de la vie.

Il est difficile de trouver un sens à notre vie simplement dans la nourriture, la boisson, le

sommeil, le sexe et la possession. Beaucoup parmi nous en sont déjà bien conscients.

Il est capital d'être conscients qu'à la fin de notre vie nous abandonnerons toutes ces

choses extérieures, y compins notre corps. Nus, nous sommes arrivés, nus nous

repartiront. Cela signifie que même des soucoupes votantes et l'énergie libre ne peuvent

nous rendre que partiellement heureux, car les voyages dans une autre galaxie, s'ils nous

permettent de changer d'endroit, ne nous permettent pas pour autant de changer de corps.

Il est relativement peu important que des membres de la Société Vril aient pu visiter

d'autres planètes avec des soucoupes ou que les Etats-Unis aient pu construire, gràce à

leur technologie, leur première base sur Mars, il y a déjà plus de trente ans. Ces hommes

sont rivés à la matière, ils sont, pour ainsi dire, prisonniers d'eux-mêmes et ne peuvent pas

"quitter leur peau".

Une technologie avancée ne rendra pas plus aimable un homme qui ne pense qu'à

détruire, c'est même plutôt le contraire qui risque de se produire. En considérant la

situation telle qu'elle est sur Terre aujourd'hui, et les événements prédits par maints

prophètes pour l'entrée dans le nouveau millénaire, il serait, certes, judicieux soit de quitter

tout simplement ce "futur lieu de terreur", soit de voyager avec une machine vers le futur.

Mais ces voyages sont entrepris depuis plus longtemps qu'on ne se l'imagine et ne

modifient nullement l'intérieur de l'être humain. Un être à l'esprit destructeur le restera

même s'il voyage dans le temps et il gardera les mêmes pensées, les mêmes sentiments,

les mêmes motivations qu'auparavant. Il sera de plus, dépendant de la machine. Si on la lui

confisque, il se retrouvera avec ses mêmes points faibles qu'auparavant et à la prochaine

difficulté qui se présentera, soit il se précipitera vers une autre machine, soit il se décidcra

à vaincre, enfin, sa peur et à regarder son problème en face. Nous sommes venus sans

machine en ce monde et nous en repartirons de la même façon. Tirons-en la conclusion

que l'homme doit atteindre à la perfection et à son plein épanouissement sans aucune

machine. C'est le chemin qui permet d'accéder à la conscience : recueillir des

connaissances en devenant responsables, en ne dépendant de personne et en ne nous

servant d'aucun artifice matériel. C'est ainsi que nous évoluons.

Un sage l'exprima ainsi :

"Il faut apprendre aux hommes à pécher

et non leur donner du poisson".

Donner à une personne la solution à un problème - même si elle s'en réjouit - la laisse dans

son ignorance.

En quittant son corps physique, tout être humain n'emportera pas autre chose que les

expériences et le savoir qu'il a accumulés tout au long de sa vie, expériences qui sont

enregistrées dans son champ énergétique, son aura. Tout médium ou clairvoyant qui peut

voir l' "aura" d'une personne ou tout au moins y décrypter des informations, peut y lire les

expériences qu'elle a faites, l'état de ses sentiments et de ses pensées. Le clairvoyant ne

voit pas la voiture qu'une personne conduit, l'argent qu'elle a ou le nombre de fois ou elle a

couché avec telle autte personne, mais il voit ce que cette personne a senti, ce qu'elle a

pensé et comment elle en est arrivée à être ce qu'elle est. Celui qui lit l'aura peut connaitre

l'état d'esprit de la personne et ses intentions, il peut savoir si elle met son potentiel au

service des autres ou si elle se le garde pour elle.

Expériences et connaissances sont les seules choses que nous emmenons en quittant

notre corps. Si nous n'avons plus de corps, qu'importe d'avoir eu une grande maison ou de

beaux vêtements ? Ce qui compte, c'est ce que nous avons ressenti et les motifs qui nous

ont poussé à agir comme nous l'avons fait.

Beaucoup d'entre nous s'en sont déjà rendu compte, mais ils se trouvent toujours aussi

désemparés face à la vie parce qu'ils ne sont pas conscients de ses lois, de ses causes et

de ses effets.

Imaginons par exemple, qu'un extra-terrestre arrive pour la première fois dans une de nos

grandes villes en voilure et qu'il heurte une voiture au premier feu rouge. Les feux rouges

ne sont pour lui qu'un jeu de lumière sans importance au milieu des panneaux publicitaires.

Nouveau choc au second feu rouge : expliquons-lui sans plus tarder, la signification de ces

feux et précisons-lui qu'il doit doit s'arrêter aux feux rouges, car c'est une règle du code de

la route. Il ne provoquera, désormais, plus d'accident puisqu'il saura reconnaitre les feux

rouges. Auparavant, il ne le pouvait pas, il était dans l'ignorance.

Il se passe la même chose pour celui qui ne sait pas et qui constate, par ex., qu'il est

malade. "J'ai mal à la tête, je prends donc un cachet et la douleur disparaît." C'est la même

histoire qu'avec l'automobiliste et son voyant d'huile. Le malade ne voit pas le rapport qui

existe entre lui et sa maladie, il élimine simplement le signal transmis par son corps en

avalant un cachet. Celui qui a des meaux de tête passera par le même processus que

l'extra-terrestre jusqu'à ce qu'il devienne attentif aux lois de la vie".

De quelles lois s'agit-il ?

Tout astronome ou physicien peut confirmer que nous vivons dans un COSMOS, que nous

sommes une parie de ce cosmos. Vous allez objecter : "Oui, bien sûr, n'importe quel enfant

sait cela". Bien, mais êtes-vous conscients de ce que vous venez de dire ? KOSMOS, mot

grec, signifie ORDRE. Nous vivons donc dans un ORDRE et nous en faisons partie. Tout

ordre est soumis à des lois, sinon ce ne serait pas un ordre. Ce serait un CHAOS, mot grec

signifiant DESORDRE. Si je connais les lois spirituelles de la vie, je peux en tenir compte et

reconnaître les indications et les messages que la vie me donne et agir en conséquence.

LES LOIS

1. La loi de la Causalité

Vous avez certainement entendu parler de cette loi contenue dans tous les récits spirituels

de toutes les religions de la Terre : la loi de "cause à effet" ou

bien celle de l'adagege "on récolte ce qu'on sème" ou bien encore pour les matérialistes et

les athées "Qui sème le vent récolte la tempête". Si on sème la destuction, on récoltera la

destruction. Si on sème la colère et la haine, on récoltera colère et haine. Si on sème du

blé, on récoltera 100% de ce blé en retour et non pas de l'orge. Le soin et l'attention portés

lors de l'ensemencement se retrouveront dans la qualité de la récolte, quelle que soit la

semence.

Venons-en à la partie, à mon avis, la plus importante de notre sujet. Il est capital de savoir

que le cosmos aussi bien que notre inconscient sont absolument sans préjugés (rien n'est

bon ou mauvais, positif ou négatif, beau ou laid, de valeur ou sans valeur...). Ces

désignations ne sont valables que pour nous. Ce qui est beau ou positif pour certains ne

l'est pas forcément pour d'autres.

Citons, par exemple, ces exploitants agricoles qui, dans notre société, appartiennent au

bas niveau de l'échelle sociale. Peu le disent, beaucoup le pensent. Avons-nous déjà

pensé d'où nous tirerions notre subsistance s'il n'y avait que des bureaucrates sur notre

Terre et plus de paysans ? Prenons un conducteur de Ferrari qui regarde d'un air

méprisant les ouvriers à la chaine qui travaillent en équipes de nuit. Les Ferrari, ce sont

bien eux qui les fabriquent et qui permettent à d'autres de les conduire ! Et quant au travail

du ménage, il y a tant de femmes qui ne veulent pas s'abaisser à faire ce travail

désagréable chez elles et qui sien déchargent sur la "femme de ménage" ! Dans quel état

seraient nos maisons si personne n'assumait un minimum de ménage ?

Qui peut dire que ce dont l'un se régale ne fera pas le dégoût de l'autre ? Une plante, elle

aussi, peut être considérée soit comme un médicament pour l'homéopathe ou l'herboriste

soit comme une mauvaise herbe pour le jardinier qui s'empresse de l'arracher. Et les

araignées sont bien pour certains d'entre nous des "animaux effrayants" : ils les écrasent

aussitôt mais ce sont eux qui se plaignent ensuite que les mouches les génent... Certes,

elles ne peuvent évidemment plus être attrapées dans les toiles d'araignées puisque les

araignées ne sont plus là pour les tisser !

Il est clair que les appréciations de bon ou mauvais, de précieux ou de sans valeur sont, à

vrai dire, injustifiables et sont, tout au plus, l'expression de notre subjectivité.

Cela devient plus évident quand en pense en énergie. L'énergie est sans valeur. Il dépend

de nous qu'elle devienne positive ou négative, c'est-à-dire que nous l'utilisions à des fins

constructives ou destructrices. Ce qui signifie que ce que nous souhaitons, nous

l'obtiendrons, ce qui est légitime. La création nous a donné le libre arbitre pour que nous

puisions expérimenter la vie dans toute sa plénitude. La vie ne nous ordonne pas

d'expérimenter seulement ce qui est agréable ou beau. Nous sommes absolument libres

d'expérimenter ce que nous désirons. Reste à prouver que nous désirons toujours ce que

nous avons souhaité une fois que nous l'avons... Au moins, nous avons le libre choix

(Merlin : "Pense bien à ce que tu demandes, cela pourrait t'être accordé" ou Goethe "Il ne

peut se débarrasser des esprits qu'il a appelés".)

Un exemple : vous avez une certaine pensée, et plus vous la tournez dans votre tête, plus

vous la renforcez. Une conséquence va en résulter : quelle que soit cette penséz, elle se

réalisera un jour dans votre vie.

Je m'explique : vous avez des peurs, celle d'être, par exemple, un jour violé ou celle que la

police vous arrête quand vous êtes un peu éméché. Ou bien vous vous réveillez un matin

en pensant à un projet et en vous disant : "Oh là là, c'est sûr, ça ne va pas marcher !"

L'énergie générée par cette pensée est un ordre, aussi bien pour votre inconscient que

pour le cosmos, et elle va être prise en compte à l00%. On peut comparer le cosmos à un

grand ordinateur qui fonctionne selon des lois parfaites. Vous le programmez avec vos

pensées (INPUT), et il va imprimer ce qui est programmé (OUTPUT). Votre inconscient ne

sait pas ce qu'est la peur. il ne fait pas la différence entre ce qui est positif ou négatif. Vous

lui donnez une énergie, un ordre, et il travaille avec ce qu'il reçoit. Vous recevez alors, à

votre tour, ce que vous redoutiez. Votre projet va échouer. De même, si vous jouez

longtemps et avec assez d'intensité avec une pensée de violence, vous allez être violé. Ne

dites pas, après coup : "Vois-tu, je le savais que ça

allait mal tourner !" Oui, vous le savez ou plus exactement, vous étiez le seul à le savoir !

Et selon le dicton : "A chacun selon sa croyance", vous êtes les auteurs de vos pensées et

de vos sentiments et c'est vous qui leur donnez la vie. Ce que vous pensez et sentez ne

dépend donc que de vous et se manifestera tôt ou tard dans votre vie.

2. La loi d'analogie (ce qui est en bas est comme ce qui est en haut)

Hermes Trismegiste (Hermes le trois fois grand) est le nom grec pour le Dieu égyptien Toth

qui rédigea les "écrits hermétiques" contenant une doctrine gnostique de la naissance du

monde et de la Rédemption. Il passa un temps pour le plus grand magicien qui pouvait

rendre aux autres inaccessible l'accès aux trésors et aux récipients (d'où l'expression de

fermeture hermétique). Il enseignait la loi hermétique : "ce qui est en bas est comme ce qui

est en haut. Et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour accomplir les

merveilles d'une seule chose."

Certains connaissent la sentence : "Sur la Terre comme au ciel". Les mêmes lois régissent

la macrocosme aussi bien que le microcosme.

Un exemple : L'élément constitutif le plus petit qui nous soit connu dans la matière phyique

est l'atome. L'atome se compose principalement de protons, de neutrons et d'élections.

Protons et neutrons forment ensemble le nucleus (le noyau) de l'atome. C'est la vitesse

incroyablement rapide des électrons autour du noyau qui crée l'enveloppe. Le tout est

maintenu par une force électromagnétique.

La différence entre les atomes naît du nombre d'électrons et de protons. Il y a 105 éléments

fondamentaux et chacun d'eux n'existe que parce qu'il offre un chiffre différent d'électrons

et de protons. Prenons un nucleus à un atome d'eau et agrandissons-le de la grosseur

d'une bille, son unique électron sera alors éloigné d'environ 400m. Cela démontre que

l'atome est constitué presque seulement d'un vide et que la matière en soi est très volatile.

Vu de cette façon, un bloc de plomb n'est constitué presque que d'intervalles autour

desquelles tournent des particules atomiques. Toutes proportions gardées, l'éloignement

entre les petites particules solides correspond à l'éloignement des planètes entre elles

dans notre système solaire. De même, les intervalles entre les astres correspondent aux

intervalles dans les gammes. (141)

Une photographie du noyau de l'atome (qui mesure 1 picomètre) correspond à la

photographie de la Terre à 1 million de kilomètres, et à celle de la voie lactée prise à

10.000.000 d'années-lumière.

Le champ magnétique humain tournant sur lui-même a exactement l'aspect de notre

Galaxie tournant sur elle-même (Geo-Wissen, édition N° 2, 1990, "Chaos und Kreativität"

montre de très helles photos des exemples cités ci-dessus.).

Adnsi que vous le constatez, tout est construit selon un système parfait qui n'est pas

forcément reconnaissible au premier coup d'oeil mais qui devient évident si l'on regarde de

plus près. La vie elle-même est soumise comme le microcosme et le macrocosme à des lois

parfaites.

Ces lois, nous les trouvons partout dans notre système solaire, dans les cellules du sang,

dans l'électricité et dans le magnétisme. Et puisque la matière est maintenue et déterminée

par des forces électromagnétiques, nous les hommes, qui sommes aussi matière, sommes

soumis à ces lois, comme celles, par ex., de l'attraction et de la répulsion.

Dans "Schicksal als Chance" 'le destin, c'est une chance à saisir) de Thorwald Dethlefsen,

on peut lire :

"La loi d'analogie ("ce qui est en bas est comme ce qui est en haut") n'est fondée que si

nous sommes prêts à resonnaître l'Univers comme un cosmos (en grec = ordre). Ce sont

les lois qui déterminent un cosmos, il n'y a pas de place pour les hasards. Le hasard en

tant qu'évènement imprévisible et non conforme à la loi transformerait tout cosmos (ordre)

en un chaos (en grec = désordre). Quand nous construisons un ordinateur, celui-ci

représente en soi un petit cosmos. Il est construit d'après des lois, son fonctionnement

dépend de l'application de ces lois. Si l'on soudait volontairement dans ses connexions

quelques transistors, condensateurs ou résistances qui ne font pas partie du shéma de

connexion conçu d'après une loi précise, ces éléments représentatifs du "hasard"

transformeraient tout le cosmos en chaos et l'ordinateur ne fonctionnerait plus comme il le

doit. Il en va de même pour notre monde qui cesserait au premier évènement qui surgirait

par hasard.

"Pour exemple : quand on laisse tomber une pierre d'une certaine hauteur, elle ne tombe

pas vers le bas par hasard mais selon une loi. Si dans sa chute, elle tombe sur la tête de

Monsieur X, ce n'est pas par hasard mais en obéissant à une loi que la pierre va le heurter.

Rien n'est dû au hasard, ni le fait que Monsieur X soit heurté par cette pierre ni le moment

où cela est arrivé..." (142)

Cela ne vous a-t-il pas frappé qu'une étoile ne quitte jamais "par hasard" son orbite, qu'une

cellule sanguine n'aille pas à contre-courant de la circulation sanguine ou qu'une fleur d'été

ne fleurisse jamais, par hasard, en hiver ? Avez-vous déjà entendu dire qu'un électron

quitte, par hasard, l'orbite qu'il décrit autour du noyau de l'atome ? Toute matière est

composée de 105 élànents fondamentaux formés, eux aussi, de neutrons, de protons et

d'électrons dont les mouvements sont absolument parfaits et rythmiques. Pourquoi donc

seul l'homme devrait-il être exposé aux "hasards" alors que toute vie en nous et autour de

nous est soumise à un rythme régulier ?

Le hasard n'existe pas ! Il y a une loi pour chaque événement. Certes, nous ne

reconnaissons pas toujours cette loi du premier coup d'oeil. Mais cela ne nous autorise pas

à nier son existence. Les pierres tombaient déjà bien avant que nous soit connue la loi de

la pesanteur. (143)

L'homme est la copie fidèle de l'Univers macrocosmique. C'est pourquoi il est écrit

au-dessus de l'oracle de Delphes :

"Homme, connais-toi toi-même, alors tu connaîtras Dieu"

3. La loi de résonance

L'homme est soumis a la loi de résonance comme le diapason ou le récepteur radio. Un

récepteur réglé sur les ondes courtes ne peut recevoir ni les moyennes ni les grandes

ondes. Pour l'homme, c'est pareil. Une personne agressive on pleine de haine n'est pas

réceptive à l'amour. Chacun ne peut percevoir de tous les aspects de la réalité que ceux

avec lesquels il est en résonance : "Chacun ne voit que ce qu'il veut voir"

Un exemple : Vous lisez un livre. Cinq ans plus tard, vous le relisez et vous y découvrez

d'autres choses. Pourquoi ? Parce que vous avez évolué ! Votre horizon, votre façon de

voir ont changé. Vous avez un regard différent maintenant.

Les hommes ressentent aussi l'aspiration à être avec des personnes qui leur sont

semblables. Qui se ressemble s'assemble. Et vous constatez que si vous êtes mal luné ou

même contrarié, votre entourage va vous être prétexte à vous énerver.

Prenons quelqu'un qui rouspète constamment sur tout. Il trouvera toujours motif à être

contrarié. Par contre, la vie ne fait rencontrer que des gens aimables à tous ceux qui son

heureux de vivre et trouvent les autres intéressants et beaux.

Encore un exemple : Un homme qui trouve toujours à redire en s'exclamant "Celui-la est un

idiot, celui-ci est un raté, c'est à vous dégoûter de tout !" et qui voit tout en noir, vous le

montrera par son regard méchant et la moue de sa bouche. Personne ne dira de lui qu'il est

aimable ou qu'il a du coeur. Ce n'est pas un plaisir d'être en sa compagnie, les personnes

avenantes et sensibles s'esquivent vite. Cependant, il trouvera quand même des gens qui

pensent comme lui, qui le renforceront dans sa conviction. Qui se ressemble s'assemble.

Par conte une personne dévouée qui sait plaisanter, où qu'elle soit, crée une bonne

atmosphère la où elle est. De plus, elle sait sourire et partager ce qu'elle a. Elle aura autour

d'elle des gens gai, agréables et sera souvent invitée puisqu'elle sait donner. Qui se

ressemble s'assemble.

Cette phrase ne comporte aucun jugement de valeur. Ce n'est ni bien ni mal. Le rouspéteur

et le jovial reçoivent en retour ce qu'ils donnent. Cela peut les entraîner très loin tous les

deux, chacun sur un chemin différent. La situation du rouspéteur, pris dans un cercle

infernal, va empirer ; par contre tout se passera au mieux pour le jovial qui va continuer à

s'épanouir. La bonté qui imprègne son être et qui n'est pas feinte, attirera à lui des êtres qui

lui ressemblent, qui lui témoignent cette bonté qu'il a su partager. Et s'il lui arrive un jour de

perdre le sourire, ses amis adouciront sa peine et lui communiqueront un peu de cette joie

qu'il leur a souvent donnée.

Quant à celui qui rouspète, son avenir ne se présente pas sous d'aussi bons auspices ! A

force de rendre sa femme ou son patron responsables de la vie difficile qu'il mène, il ne voit

plus que la cause de son problème, c'est lui et non les autres. Personne ne l'oblige à

garder un mauvais emploi. L'époque de l'esclavage est heureusement terminée. Personne

ne l'oblige a rester avec sa femme, et se disputer avec elle, à vivre un enfer. Parmi les six

milliards d'êtres humains sur notre Terre, il a des chances d'en trouver une avec laquelle il

pourrait être heureux ! Mais s'il veut vivre en bonne entente avec elle, il faudra qu'il ait

compris ce qui causait son problème et qu'il agisse en conséquence. A partir du moment où

il changera intérieurement, son entourage changera aussitôt. On a coutume de dire :

"Notre entourage nous renvoie notre propre reflet".

Notre entourage nous offre toujours ce que nous rayonnons. Si je mens, on me mentira. Si

j'ai peur, je serai confronté à mes peurs. Si je suis un bagarreur, je serai constamment mêlé

à des bagarres. Si je suis tout amour, j'attirerai l'amour. Si je vis dans la joie, je trouverai

toujours motif à me réjouir. Si je change ma façon de voir, mon entourage me le renverra

aussi comme un miroir.

Soyez conscients que regarder journellement des films de violence ou d'horreur (ou les

actualités) à la télévision influe fortement sur votre vie. Pendant des millénaires, la violence

de nos actes et la force destructrice de nos pensées ont libéré d'énormes énergies que

nous continuons à alimenter et qui sont attirées aussi par les suggestions négatives que

nous faisons nôtres (les films de violence par exemple, en font partie). Ce ne sont pas les

grands actes politiques mais bien les petits manquements à l'amour de la vie quotidienne

qui ont leur importance. De la qualité de nos lectures, de nos paroles, de nos actes dépend

la qualité de notre vie, ce que nous y générons, car la loi de résonance fonctionne de façon

irréprochable. C'est ce à quoi Umberto Ecco fait allusion dans un passage de son livre que

j'ai cité dans l'introduction. Si je crois à Satan, je suis en contact avec cette énergie qui

devient importante pour moi, et je vais me trouver conforté dans mon système de

croyances. Si je m'en moque, cette énergie n'exercera aucune action sur moi et ne pourra

pas m'influencer si je ne le veux pas. Elle n'obéit qu'à la loi de résonance. A chacun selon

sa foi.

C'est ici que l'on peut appliquer l'analogie :

"Au dehors comme en dedans."

Le corps est le reflet de l'àme, La dysharmorie règne-t-elle tout au fond de moi, elle sera

alors visible aussi dans mon corps. Si je suis irrité, mon corps s'en ressentira et il me le fera

savoir par la maladie. Si je ne suis pas centré, cela se verra à l'extérieur, si je manque

d'allant, cela se reconnaîtra à ma poignée de main. etc.

Tous les hommes ont pris cette habitude d'accuser le monde extérieur pour tout ce qui

arrive et qui ne devrait pas arriver, c'est-à-dire pour tout ce qui ne leur convient pas ! Nous

y trouvons toute la gamme des coupables, des membres de la famille jusqu'au

gouvernement, en prétextant les circonstances actuelles, la société, même les Illuminati et

Satan que nous accusons de tous les maux puisque nous leur faisons porter la

responsabilité de notre destin. Et certains choisissent même d'accuser Dieu. (144)

Cette répartition des fautes n'est plus possible à partir du moment où nous croyons aux lois

cosmiques et spirituelles que nous venons d'étudier. Ces lois prouvent que tout ce qui

existe et la façon dont cela existe n'est que la manifestation de causes que l'homme a

lui-même provoquées. Peu importe que cela concerne un état extérieur ou intérieur, une

maladie, un accident ou la situation de notre Terre avec ses habitants. C'est nous qui en

sommes la cause et avons a en répondre. Maintes personnes vont rétroquer: "Mais en quoi

suis-je concerné ? Je ne vis sur cette planète que depuis 30 ans !"

Une autre question que d'autres pourraient se poser: "Pourquoi ai-je été maltraité ou violé

quand j'étais enfant ? Qu'ai-je fait pour cela ? En quoi l'ai-je mérité ?"

Une partie de la réponse est contenue dans la question. Vous l'avez mérité. C'est vous qui

avez contribué à ce que vous nommez le coup du sort, c'est-à-dire que c'est vous qui avez

provoqué un jour cette cause dont vous ne vous souvenez plus. Cette cause peut remonter

à la prime enfance, à la phase prénatale ou à une vie antérieure. Ce n'est pas parce que

vous ne vous en souvenez pas que vous n'avez pas eu d'autres vies. La Terre était déjà

ronde bien avant que nous en ayons les preuves ! A l'époque, il y avait déjà des

scientifiques et des spécialistes qui affirmaient que la Terre était plate et punissaient même

ceux dont les opinions étaient divergentes.

La difficulté réside dans le fait que la plupart des hommes ne se souviennent plus de leurs

vies antérieures où ils ont accompli des actes dont ils subissent maintenant les effets.

L'IGNORANCE, CEPENDANT, NE NOUS MET PAS A L'ABRI DES CONSEQUENCES DE

NOS ACTES PASSES!

IL EST TEMPS DE S'EN RENDRE COMPTE!


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Découvrir et apprendre
  • Découvrir et apprendre
  • : Vidéos et articles sur l' islam, les musulmans, le Portugal, l' histoire, le Pouvoir, les secrets...et un peu d' humour. Ps: aidez moi en me signalant des vidéos qui ne sont plus visibles. Salam
  • Contact

Une ambiance pour lire...

 

Recherche

Pages