Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 03:10

UN PLAN POUR UN GOUVERNEMENT MONDIAL

Weishaupt mourut en 1830 à l'age de 82 ans. En 1834, GIUSEPPE MAZZINI prit en charge

la direction de l'ordre des Illuminés de Bavière jusqu'à sa mort en 1872.

Pendant sa présidence à cet ordre, il correspondit avec le sataniste ALBERT PIKE,

"GRAND MAÎTRE SOUVERAIN DE L'ANCIEN ET HONORABLE RITE ÉCOSSAIS DES

FRANCS-MAÇONS" dans la juridiction du sud des Etats-Unis et futur fondateur du "KU

KLUX KLAN".

Pike avait été nommé par Mazzini dirigeant des opérations pour les Illuminés de Bavière

aux Etats-Unis. Tous deux collaborèrent en tant qu'Illuminés de haut niveau. Pike se

chargea des aspects théosophiques des opérations, Mazzini de ceux qui avaient trait à la

politique. Lorsque les loges franc-maçonniques du Grand Orient furent driscréditées à la

suite des activités révolutionnaires de Mazzini en Europe, celuici présenta un plan génial à

Pike.

Voici un extrait de la lettre que Mazzini écrivit à Pike le 22 janvier 1870 :

"Nous devons permettre à tous les groupements de continuer à exercer comme ils l'ont fait

juqu'à présent, avec leurs systèmes à eux, leurs organisations centrales, leur façon de

correspondre entre les degrés élevés du même rituel, en gardant leur forme d'organisation

actuelle. Mais il nous faut créer un super-rituel qui doit rester inconnu et ne sera constitué

que par les maçons de haut degré que nous aurons nous-mêmes choisis. Ces hommes, par

égard à nos frères, doivent être mis au secret le plus absolu. Ce rite suprême nous

permettra de régir la franc-maçonnerie dans son ensemble qui deviendra d'autant plus

puissante qu'on ignorera qui en est la tête (Lady Queensborough : "Occult Theocracy",

p.208, 209 et Gary Allen : "Die Insider").

Il s'agit probablement de l'élite du 33ème degré du Rite écossais. L'idéologie de ce grade

est traitée au chapitre suivant.

Dans une lettre du 15 août 1871, Pike présenta à Mazzini, dirigeant des Illuminés, un plan

grossièrement tracé en vue de conquérir le monde par trois guerres mondiales pour ériger

le "NOUVEL ORDRE MONDIAL".

La PREMIERE GUERRE MONDIALE devait être mise en scène pour que les Illuminés de

Bavière aient un contrôle direct sur la Russie des tsars. A la suite de quoi la Russie pourrait

être utilisée comme la "bête noire" qui servirait les desseins des Illuminés de Bavière à

l'échelle mondiale.

La DEUXIEME GUERRE MONDIALE serait créée de toutes pièces en manipulant les

divergences d'opinions régnant entre les nationalistes allemands et les sionistes

politiquement engagés. Cela amènerait la Russie à étendre sa zone d'influence et

entraînerait la création d'un Etat d'Israël en Palestine.

Le plan de la TROISIEME GUERRE MONDIALE serait basée sur les divergences

d'opinions que les Illuminés auraient créées entre les sionistes et les Arabes. On

programmerait une extension du conflit à l'échelle mondiale.

Une parie de la Troisième Guerre consisterait à confronter nihilistes et athées pour

provoquer un renversement social qui verrait le Jour après des affrontements d'une

brutalité et d'une bestialité jamais vues. Le christianisme et l'athéisme une fois réduits à

néant, on présenterait aux hommes la vraie "doctrine luciférienne", ce qui permettrait de

faire d'une pierre deux coups. (43)

Remarque sur la situation actuelle :

En leur présentant la Russie comme "la bête noire", on obligea les nations de l'Ouest à

approuver des alliances supranationales qu'elles n'auraient jamais conclues d'elles-mêmes

(OTAN, ONU). De plus, l'empire russe tenu pour l'ennemi du monde fit fleurir le commerce

international des armes, ce qui profita de nouveau aux banquiers internationaux.

De toute évidence, nous avons affaire à un tout autre scénario pour la Deuxième Guerre

mondiale que celui qui nous est enseigné dans les livres scolaies.

ALBERT PIKE ET LES CHEVALIERS DU "KU KLUX KLAN"

Penchons-nous à présent sur ALBERT PIKE et sur le "Rite écossais des francs-maçons".

Officiellement c'est en 1801 que se forma l'ordre franc-maçonnique du "RITE ECOSSAIS"

aux Etats-Unis, a partir d'un groupe d'adeptes de Tory. Ces derniers avaient déjà

auparavant des pratiques antichrétiennes et sataniques.

Depuis environ 1840, l'organisation des francs-maçons américains est sous le contrôle

strict du "Rite écossais", qui dispense des degrés d'initiation jusqu'au 33ème grade et qui

est divisé en deux juridictions, au Sud celle d'Arkansas et au Nord celle de Boston.

Au milieu du siècle dernier, le Rite écossais, instrument stratégique de la "COURONNE

BRITANNIQUE" (expliquée au chapitre suivant), lança une longue offensive contre les

Etats-Unis et les Etats voisins, en provoquant des meurtres et des actes de violence de

nature raciste. L'occupation américaine du Mexique pendant la guerre mexicaine (1846-48),

la rébellion des esclavagistes (1801-65), c.-à-d. la guerre civile américaine et la campagne

du Ku Klux Klan contre la reconstruction des Etats du Sud (1807-79), en furent les

événements les plus importants. (43A)

Les "CHEVALIERS DU CERCLE D'OR" fondés par George Bickley apparurent ici pour la

première fois à Cincinnati sous la conduite de KILLIAN VAN RENSSELAERS. Le "Cercle

d'or" devait ériger un nouvel empire d'esclaves en prenant Cuba pour centre. Leur but : en

finir avec les espagnols catholiques qu'ils haïssaient pour les remplacer par les esclaves

noirs qui devaient arriver d'Afrique. Ce fut le premier "accord de libre-échange de

l'Amérique du Nord". Le sceau des "CHEVALIERS DU CERCLE D'OR" était le même que

celui des "CHEVALIERS DE MALTE", la "croix de Malte". Les "Chevaliers du cercle d'or"

finirent par disparaître.

Albert Pike fonda en 1867 à Nashville l'"ORDRE DES CHEVALIERS DU KU KLUX KLAN",

il fut le "grand dragon" et, par conséquent, le chef du Ku Klux Klan (en grec : kyklos = le

cercle). Et voilà donc que réapparaissaient les "Chevaliers du cercle d'or".

Le KKK utilise aussi la croix de Malte comme emblème, on trouve à sa tête d'éminents

francs-maçons.

Quand on sait combien les buts poursuivis par le KKK sont racistes et méprisants pour

l'homme, on se pose la question sur la nature véritable de ses fondateurs et de ses

membres. On ne peut s'empécher alors de se demander s'il s'agit de congénères humains.

Les objectifs qu'ils poursuivent avec violence consistent à soustraire aux citoyens noirs leur

droit de vote, à leur supprimer le droit de posséder des armes, à désavantager les écoles

pour enfants nois et à rabaisser leur niveau de vie à celui d'esclaves.

L'annéc 1843 fut celle dc la création de l'ordre indépendant "B'INAI B'RITH" dans la

communauté juive. Cette loge secrète sionniste est comptée parmi celles des

francs-maçons. "B'nai B'rith" signifie en fait "les fils de l'alliance". Elle revendique la

suprématie sur le judaïsme mondial.

Bien que la Plupart des loges de cet ordre aient été dans le nord des Elats-Unis, le "B'INAI

B'RITH" se déclara ouvertement aux côtés des confédérés. Beaucoup de porte-parole de

cet ordre dans le Nord soutenaient avec force l'esclavage et continuèrent, même après la

guerre civile, à oeuvrer avec les confédérés dont ils partageaient les buts. (44)

Remarque sur la situation actuelle :

L' "ANTI-DEFAMATION LEAGUE" (ADL), reliée à l'ordre "B'INAI B'RITH", commença

récemment une campagne pour calomnier des politiciens noirs américains très en vue en

les traitant d'antisémites. C'est une façon d'attiser les conflits de race et d'exercer une

influence négative sur les Américains juifs bien intentionnés qui, jusque-là, soutenaient les

Noirs. L'ADL affirme aussi être opposée au KKK mais défend avec force la statue d'Albert

Pike (fondateur du KKK) qui se trouve être aujourd'hui encore, à Washington. L'ADL est

ouvertement reliée au "Rite écossais". (45)

J'aimerais vous faire part d'un extrait du discours de PIKE du 4 juillet 1889, destiné aux

membres du 32ème degré du "Rite écossais" :

"Nous vénérons un Dieu qui est, en fait, un Dieu qu'on prie sans superstition. Nous tous,

initiés de haut grade, devons continuer à vivre notre religion dans la pureté de

l'enseignement de Lucifer. Si Lucifer n'était pas Dieu, serait-il calomnié par Adonaï (le

Christ) dont les actes témoignent de cruauté, de haine envers son prochain (...) et de rejet

de la science ?

Oui, Lucifer est Dieu et Adonaï est aussi, hélas, Dieu.

La loi éternelle qit qu'il n'y a pas de lumière sans ombre, de beauté sans laideur, de

blancheur sans noirceur, car l'absolu ne peut exister que dans deux Dieux. (...) C'est pour

cela que l'enseignement du satanisme est de l'hérésie. La vraie religion philosophique,

c'est la foi en Lucifer, le Dieu de la lumière mis au même rang qu'Adonaï. Mais Lucifer, Dieu

de la lumière et du bien, se bat pour les hommes contre Adonaï, Dieu de l'obscurité et du

mal". (45A)

On peut lire, d'ailleurs, cette citation, en anglais et en français, dans le dossier de Pike qui

se trouve à la bibliothèque du Rite écossais à Washington D.C.

Pike était, selon ses propres dires, sataniste et agent de la "COURONNE BRITANNIQUE"

donc de la "CITY". Pike conféra, en 1867, tous les degrés du 4ième au 32ème du Rite

écossais au président des Etats-Unis ANDREW JOHNSON. Trente-neuf jours après que le

président THEODORE ROOSEVELT, également raciste anglophile et franc-maçon, eut

accédé à sa charge, le monument d'Albert Pike fut installé à Washington, il s'y trouve

encore. (46)

Remarque sur la situation actuelle :

Nous constatons que dans un ordre hiérarchique personne n'a de libre arbitre sauf le

"dirigeant" ou le "supérieur". Pour accéder à un degré supérieur, la personne concernée

doit exécuter les épreuves qui lui sont imposées par ce grade.

Un exemple :

Je montre au postulant d'un degré supérieur un livre blanc mais je lui dis qu'il est noir.

Ensuite, je lui demande quelle est sa couleur. S'il répond blanc il a échoué, s'il répond noir

il est admis au grade supérieur et reçoit de nouvelles épreuves qu'il devra exécuter

docilement en faisant abstraction de sa volonté propre.

Vous rendez-vous compte que toutes les hiérarchies du monde sont construites selon ce

principe ? Que tous les systèmes scolaires, presque toutes les religions, y compris la

religion chrétienne, islamique, hindoue, bouddhique, les mormons, les témoins de Jehovah,

les scientologues, etc. sont calqués sur ce même principe ? Il n'est pas permis d'avoir sa

propre oprinion, son propre système de pensée, d'évoluer librement, il faut suivre les

indications que l'on reçoit d'en haut.

Qu'il s'agisse, comme dans l'exemple de Pike cité ci-dessus, de la doctrine luciférienne

pour le 33ème degré ou bien des dogmes de l'Eglise catholique ou islamique imposés à

leurs croyants, cela revient au même.

LES CONTEMPORAINS QUI RENONCENT "EN TOUTE CONSCIENCE" À LEUR

PROPRE VOLONTÉ ET À LEUR PROPRE RESPONSABILITÉ, QUI S'EN REMETTENT À

UNE AUTRE PERSONNE, À UNE AUTRE ORGANISATION OU À UN CHEF NE SONT

PAS DIGNES D'ÊTRE MIEUX TRAITÉS PUISQUE AUJOURD'HUI PERSONNE' NE NOUS

"CONTRAIINT" RÉÉLLEMENT À ADHÉRER QUELQUE ORGANISATION RELIGIEUSE

QUE CE SOIT.

Analole France proclamait à ce sujet :

"UNE BETISE DITE PAR CINQ MILLIONS D'HOMMES RESTE ENVERS ET MALGRE

TOUT UNE BETISE !"

Remarque sur la situation actuelle :

Concernant le président BILL CLINTON (ex-gouverneur d'Arkansas) : Le journal "Neue

Solidarität" nous informe dans son article sur le Ku Klux Klan que "le prêtre W.0. VAUGHT

était un franc-maçon du 32ème degré du Rite écossais (c.-à-d. "maître du secret royal")". Il

fut le maître spirituel et le père adoptif de BILL CLINTON et coopéra avec lui. En tant que

gouverneur d'Arkansas, un Etat où est fortement enracinée la tradition spirituelle d'Albert

Pike, Clinton soutint la peine de mort et la fit appliquer plusieurs fois : Dans la pratique,

cela signifie l'exécution de Noirs et de pauvres. Ainsi que le fils de Vaught le déclarait

récemment, Clinton et Vaught ont la même conception religieuse qui permet de tuer des

prisonniers et des foetus (spécialement d'enfants noirs).

Clinton est aussi membre du "Council On Foreign Relations", de la "Commission

trilatérale", des "Bilderberger" (dont le rôle est expliqué plus loin) et membre à vie de l'ordre

des francs-maçons de "De Molay". (47)

Jacques de Molay était le grand maître des templiers qui fut brûlé le 11 mars 1314 à Paris.

D'après les écris de l'ordre, "l'ordre De Molay" est sous la conduite de francs-maçons

éminents et se compose de jeunes de 14 à 21 ans qui ont été élevés dans l'apprentissage

des sept vertus suivantes : l'amour des parents, le respect, la politesse, l'esprit de

camaraderie, la rectitude des pensées, des paroles et des actes, la fidélité et l'amour de la

patrie. Il reste à savoir si cela correspond à la vérité. (48)

 

LE TRAFIC D'OPIUM DE LA FAMILLE ROYALE ANGLAISE AU 18EME

SIECLE

Avant d'entamer ce sujet sur l'Angleterre, clarifions, d'abord, quelques concepts.

La "REINE" est le chef de la famille royale anglaise et de l'Empire colonial britannique,

avec Londres comme capitale, régi par un Premier ministre et un cabinet d'étroits

collaborateurs.

A Londres se trouve, cependant, comme à Rome avec le Valican, un Etat séparé,

indépendant, la "CITY". La "CITY", qualifiée comme le "mile carré" le plus riche du monde,

occupe au coeur de Londres 2,7 kilomètres carrés. Elle passe pour avoir 4.600 habitants et

500.000 emplois. Le gouvernement de la "CITY" c'est la "COURONNE", composée de 13

hommes régis par le roi de la "CITY", le "LORD MAYOR". C'est là que se trouvent les plus

riches et les plus puissantes institutions économiques d'Angleterre, comme la Banque

d'Angleterre contrôlée par Rothshild, la Lloyd's of London, la Bourse de Londres, les

bureaux de konzerns commerciaux à la renommée internationale ainsi que la "Fleet Street",

le coeur du monde de la presse et de l'édition. La "City" ne fait pas partie de l'Angleterre.

Elle n'est ni sous le contrôle de la monarchie ni sous celui du Parlement britannique. La

"City" est le véritable gouvernement de l'Angleterre puisque la reine comme le Premier

ministre relèvent du "Lord Mayor" et lui obéissent : le Premier ministre et le cabinet font

croire qu'ils dirigent le jeu alors qu'ils ne sont, en réalité, que les pures marionettes de la

"City".

Quand la REINE rend visite au LORD MAYOR, celui-ci vient l'accueillir au "Temple Bar",

porte symbolique de la ville. Elle s'incline et demande la permission d'entrer dans son Etat

privé souverain. Il lui accorde l'entrée en lui présentant l'épée de l'Etat. Lors de telles

visites d'Etat, LORD MAYOR est d'autant plus rayonnant dans sa robe d'apparat que la

tenue "de service" de la suite royale est modeste. Lorsqu'il accompagne ensuite la reine à

travers la ville, celle-ci marche à deux pas derrière lui.

C'est à William Paterson qui était un "agent de la City" que nous devons la fondation de la

"Banque d'Angleterre", comme nous l'avons déjà vu. D'après les explications de Des Griffin,

la CITY est contrôlée par l'empire Rothschild.

Pour éviter des malentendus, il nous faut savoir qu'il existait en Grandc-Bretagne deux

empires qui agissaient séparément. L'un fut l'Empire colonial britannique sous la direction

de la famille royale, l'autre l'Empire de la Couronne. Toutes les colonies peuplées de

blancs (l'Afrique du Sud, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada) étaient sous

l'autorité du gouvernement anglais. Toutes les autres colonies(l'Inde, l'Egypte, les

Bermudes, Malte, Singapour, Hong Kong, Gibraltar et les colonies d'Afrique centrale)

étaient la propriété privée de la Couronne, désignées comme les colonies de la couronne.

(49)

Cela ne synifie pas, cependant, qu'il n'y avait pas de coopération. En agrandissant ses

colonies anglaises, la compagnie britannique EAST INDIA MERCHANT COMPANY

(BEIMC) accumula une fortune géante grâce au trafic d'opium. La BEIMC fonda l' "Inland

Mission" dont la tâche principale était de rendre dépendants de l'opium des travailleurs

chinois pauvrement payés et de créer ainsi un marché pour écouler leur marchandise. La

famille royale britannique se félicita tant et si bien de ces immenses profits qu'elle se mit à

coopérer avec la BEIMC. La maison royale se mit à imposer les producteurs d'opium en

Inde. Des quantités colossales d'opium furent embarquées en partance des Indes sur les

"China Tea Clippers" et 13% environ du revenu économique de l'inde, qui était sous la

domination de la Couronne, étaient obtenus par la vente du pur opium Bengali en Chine, là

aussi sous contrôle de la Couronne.

Certes, la maison royale ne voulait pas que ce "coin d'ombre" apparaisse au grand jour.

C'est pourquoi ils y impliquèrent les services secrets britanniques, le "BRITISH MILITARY

INTELLIGENCE DEPARTEMENT (MI6) et le "SECRET INTELLIGENCE SERVICE" (SIS).

L'existence du MI6 remonte à la reine Elisabeth 1re lorsque Sir Francis Walsingham devint

trésorier du département "Dirty Tricks" du MI6. Après des siècles d'expériences, le MI6

compte parmi les meilleurs services secrets du monde.

La BEIMC dirigea, pendant un siècle la course au marché de l'opim jusqu'en 1829, date où

le gouvernement chinois défendit de fumer l'opium.

De 1791 à 1894, le nombre de plantations d'opium concédées passa de 87 à 663 sous la

surveillance de La Couronne britannique. Cela conduisit finalement aux guerres d'opium en

Chine.

En 1729. la BEIMC fonda le "COMITE IDES 300" ("Commitee of 300") qui traita d'affaires

commerciales et bancaires internationales (le "Comité des 300 appelé aussi l'élire de la

City, est aujourd'hui une des organisations secrètes les plus puissantes et vide à un

"Gouvernement mondial unique"). Ce Comité des 300 mit au point, plus tard, des tactiques

pour passer outre la loi chinoise anti-drogues.

LORS INCHAPE fonda la "Société de navigation à vapeur P&O", il fut, en fait, le fondateur

de la "Banque de Hong Kong et de Shanghai" qui fut une couverture pour le trafic d'opium.

D'autres banques britanniques mêlées au trafic de drogues étaient : The British Bank of the

Middle East, Midland Bank, National Westminster Bank, Barclays Bank, The Royal Bank of

Canada et Baring Brothers Bank. Toutes ces banques sont reliées par le "Comité des 300"

aux banques Rothschild".

Lors de la contruction du chemin de fer Harriman qui devait relier la Californie à l'Est des

Etats-Unis, on embarqua pour ces travaux des milliers de travailleurs chinois à bon marché.

Beaucoup parmi eux étaient des opiomanes, c'est ainsi que s'étendit le marché de la

drogue aux Etats-Unis. HARRIMAN fonda son empire du chemin de fer grâce aux prêts de

la "N.M. Rothschild & Sons Bank" à Londres. Il y a de bonnes raisons d'en conclure que

ces opiomanes chinois ont été embauchés dans le but d'étendre précisément aux

Etats-Unis le marché des stupéfiants. (50)

Remarque sur la situation actuelle :

Le journal "Neue Solidarität" écrivait dans l'édition du 8 septembre 1993 au chapitre "La

reine et les srupéfiants" :

"Voilà un fait bien rare, une surprise assez extraordinaire et agréable que de trouver, pour

une fois, dans la presse britannique des nouvelles assez proches de la vérité à propos de

la famille royale. La semaine dernière, c'est une nouvelle de ce style qui rivalisait dans les

manchettes avec les événements politiques mondiaux en première page du sacro-saint

"Times" londonien du 27 août 1993. Le titre "La famille royale était "high" dans les

Highlands". L'article qui se référait à un rapport soigneusement étudié du magazine

écossais "Leopard" dévoilait que drogues et stupéfiants faisaient partie se la panoplie de la

famille royale brilannique. Le "Leopard" prouva, documents originaux à l'appui, que la reine

Victoria et son entourage (par ex. les familles Churchill et Rothschild) commandaient

régulièrement d'assez gros paquets de cocaïne, d'héroïne et d'autres stupéfiants dans une

pharmacie des Highlands. Le "Times" fit la même affirmation. Il formula avec délectation :

"La reine Victoria, monarque au visage sévère, connue pour cette phrase "ça ne nous

amuse pas du tout", paraît avoir commandé pour la maisonnée royale dans sa résidence

Balmoral (en Ecosse) assez de cocaïne et d'héroïne pour maintenir dans les hauteurs toute

une vallée écossaise des Highlands". Les pièces justificatives de la pharmacie montrent

que les personnages royaux et leurs invités fournis régulièrement et en grosse quantité en

solutions de cocaïne et d'héroïne".

LA REVOLUTION BOLCHEVIQUE ET SES DESSOUS

Beaucoup de Juifs qui ne possédaient pas de terres se virent contraints de voyager dans

tous les pays à cause des nombreuses lois antisémites en Europe. Quel que fût le pays où

ils séjournaient. ils se heurtèrent, la plupart du temps, à un rejet unanime. A la fin du 19ème

siècle, le seul obstacle réel qui empêchait les Illuminati de contrôler le monde fut la Russie

tsariste.

En 1881, Theodor Herzl fonda le "MOUVEMENT SIONISTE" à Odessa, en Russie, dans le

but de créer une patrie pour les Juifs en Palestine.

En 1916, Jacob Schiff, président de la "Khun Loeb & Co. Bank", fut choisi lors d'un

rassemblement du "B'NAI B'RITH" à New York comme président du "Mouvement sioniste

(révolutionnaire) en Russie". (51)

Le 13 janvier 1917, le juif LEON TROTSKI (alias Bronstein) arriva aux Etats-Unis et reçut

un passeport américain. On le vit occasionnellement pénétrer dans la résidence très

luxueuse de JACOB SCHIFF.

Schiff et Trotski échangèrent alors sur les troubles sionistes en Russie ainsi que sur les

leçons qu'on avait tirées de l'échec du renversement du tsar. Jacob Schiff finança

l'entraînement des "rebelles trotskistes", composés principalement de Juifs des quarriers ce

de New-Jersey. Leur entraînement eut lieu dans la propriété de la "STANDARD OIL

COMPANY" de ROCKEFELLER au New Jersey. Lorsqu'ils se furent assez entraîné pour

mener des guérillas, les rebelles trotskistes quittèrent les Etats-Unis munis d'une somme de

20 millions de dollars en or que Jacob Schiff leur avait remis. Le bateau "S.S.

Kristianiafjord" les emmena en Russie pour préparer l'avènement de la "révolution

bolchévique" (suite ci-après).

Trotski et Lénine étaient tous deux de mèche, par l'intermédiaire de Bruce Lockheart, avec

le "Comité des 300". (52)

SKULL & BONES

Tournons notre regard maintenant vers une organisation puissante des Illuminati aux

Etats-Unis, l' "ORDRE SKULL & BONES".

Ses propres membres l'appellent "The Order" (l'ordre). Il est connu depuis plus de 150 ans

comme groupe local 322 d'une société secrète allemande ; d'autres lui donnent le nom de

"Brotherhood of Death" (Fraternité de la mort). L'ordre secret "SKULL & BONES" (crâne et

os) fut introduit à l'Université Yale par WILLIAM HUNTINGTON RUSSEL et ALPHONS0

TAFT en 1833. C'est Russel qui le ramena, après ses études en 1832, d'Allemagne à Yale.

L'ordre fut incorporé dans le "Russel Trust" en 1856.

WILLIAM RUSSEL devint, en 1846, membre de l'Assemblée d'Etat du Connecticut et en

1862, il fut nommé général de la garde nationale.

ALPHONS0 TAFT devint ministre de la guerre en 1876, puis vice-général et ambassadeur

des Etats-Unis en Russie en 1884. Son fils devint, plus tard, premier magistrat, puis

président des Etats-Unis.

Une vieille tradition veut qu'on représente sur les pierres tombales des francs--maçons au

grade de maître un crâne et des ossements disposés en forme de croix. Cela remonte aussi

à un rite des templiers à 1127 apr. J.-C. Le nom de l'ordre vient probablement d'une de ces

traditions.

Yale et l'unique université avec des sociétés secrètes où sont admis seulement des

seniors, c'est-à-dire des anciens. Les deux autres sociétés secrètes sont les "SCROLL &

KEY" (rouleau et clef) et "WOLF'S HEAD" (tête de loup).

Les candidats sont exclusivement des Blancs, des hommes, des protestants et sont

originaires habituellement de très riches familles. Souvent, leurs pères étaient déjà

membres du même ordre. Pendant la dernière année d'étude, on les appelle chevaliers,

plus tard, ils deviennent pairiarches à vie.

Les patriarches se retrouvent pour des rencontres au "DEER ISLAND CLUB" à New York.

Ce club doit son existence, depuis 1907, au patriarche Georges Douglas. Le "Deer Island

Club" de même que le "RUSSEL TRUST" ne sont administrés et dirigés que par des

patriarches.

Il est étonnant de constater que les membres les plus éminents de l' "EASTERN LIBERAL

ESTABLISHMENT" (l'establishment de la côte est) ont toujours été membres d'une de ces

sociétés (Selon Gary Allen, l'establishment de la côte est est la périphrase de la mafia

financière, politique, académique et médiatique contrôlée par les Rockefeller).

A ce propos, une banque digne d'être mentionnée est la "W. A. HARRIMAN COMPANY".

Son fondateur William Averall Harriman fut inité à l'ordre "SKULL & BONES" en 1913. Dans

les années vingt, W. A. Harriman fut celui qui soutint le plus les Russes avec de l'argent et

des aides diplomatiques. Son soutien financier venait de la "RUSKOMBANK", la première

banque commerciale soviétique. MAX MAY, vice-président de la "Guaranty Trust" et

membre de "Skull & Bones", devint le premier vice-président de la "Ruskombank". La

"Guaranty Trust" était sous le contrôle de la banque "j. P. MORGAN & Co" (banque

associée avec la banque N~ M. Rothschild) et quelques-uns des associés de J. R Morgan

étaient membres de "SKULL & BONES". Y furent initiés : Harold Stanley en 1908 et

Thomas Cochran en 1904. Le capital initial pour la "Guaranty Trust" venait de Whitney,

Rockefeller, Vanderbilt et Harriman : toutes ces familles avaient des membres dans l'ordre

"SKULL & BONES".

PERCY ROCKEFELLER fût le seul de sa famille à y être admis. Il représentait les

investissements Rockefeller dans la "Guaranty Trust" et en fut le directeur de 1915 à 1930.

(53)

Résumé sur les banques citées ci-dessus :

La "N. M. Rothschild & Sons Bank" avait ses succursales à Londres, Paris, Vienne et

Berlin, Les Rothschild contrôlaient, pendant cette période de l'histoire, la City de Londres

et, de ce fait, aussi les colonies de la Couronne britannique et le gouvernement anglais

ainsi que le gouvernement français, le "Comité des 300", les Illuminés de Bavière et, par

conséquent, toutes les loges secrètes d'Europe et des Etats-Unis infiltrés par les Illuminati.

Avec l'aide de leurs représentants, la "Khun Loeb Bank" dont le directeur était Jacob Schiff,

la "August Belmont & Co. Bank" et la "J. P. Morgan & Co. Bank" aux Etats-Unis ainsi que la

"M. M. Warburg Gesellschaft" à Hambourg et Amsterdam, les Rothschild avaient érigé,

entre autres, le "Standard Oil-Imperium" de Rockefeller, les chemins de fer Harriman et les

aciéries Carnegie, et ils contrôlaient, ainsi, la majeure partie du l'économie &mériocaine.

Les banques citées ci-dessus comptaient parmi les plus puissantes du monde et étaient

toutes sous le contrôle des Rothschild. Ainsi que nous allons le constater, nous n'en

sommes qu'aux modestes débuts de l'empire Rothschild. (54)

 

...FINIE LA LIBERTE EN AMERIQUE

Vers la fin du 19èmz siècle, les banques dépendant des Rothschild entamèrent une grande

campagne pour mettre sous leur contrôle la riche économie des Etats-Unis. Les Rothschild

d'Europe financèrent la banque citée ci-dessus de J. P. Morgan & Co., la banque de Khun

Loeb & Co., la Standard Oil Co. de John D. Rockefeller, les chemins de fer Edward

Harriman et les aciéries Andrew Carnegie. Ce lien signifiait sûrement plus que d'avoir

seulement un pied dans l'économie américaine. Vers 1900, les Rothschild envoyèrent un

autre agent aux Etats-Unis, PAUL WARBURG, pour collaborer avec la "Khun Loeb & Co.

Bank". Retenez bien le nom de cet "agent des Rothschild" qui tissera un réseau entre de

nombreuses organisations ! JACOB SCHIFF et PAUL WARBURG entamèrent une

campagne pour ériger la "FEDERAL RESERVE BANK" et en faire une banque centrale

privée solidement implantée en Amérique.

Jacob Schiff fit, en 1907, à la chambre de commerce de New York, le discours suivant :

"Si nous n'avons aucune banque centrale qui surveille suffisament les fonds de crédit, ce

pays connaîtra la plus sévère et la plus profonde crise monétaire de son histoire".

(Des Griffin :"Die Absteiger")

Aussitôt dit, aussitôt fait, ils plongèrent alors les Etats-Unis dans une crise monétaire : la

panique qui en résulta sur le marché du capital ruina la vie de dizaines de milliers

d'hommes dans tout le pays. La panique à la bourse de New York rapporta aux Rothschild,

outre plusieurs milliards de dollars, le succès souhaité : C'était astucieusement pensé, on

se servit de la panique comme argument pour créer enfin une banque centrale afin d'éviter

des incidents de ce genre. Paul Warburg déclara au Comité de la banque et du fonds

monétaire :

"La première chose qui me vint à l'esprit suite à cette panique a été la nécessité d'avoir une

banque centrale nationale (Clearing-Bank). (...)"

(Gary Allen "Die Insider")

La version définitive de l'accord introduisant le "FEDERAL RESERVE SYSTEM" (la banque

centrale privée d'Amérique) a vu le jour dans une propriété de J. P. Morgan sur Jekyll

Island en Georgie. Les personnes présentes etaient les suivantes selon les recherches de

Herbert G. Dorsey : A. Piatt Andrew, le sénateur Nelson Aldrich, Frank Vanderlip (président

de la banque "Khun Loeb & Co."), Henry Davidson (associé de la J. P. Morgan Bank"),

Charles Norton (président de la "First National Bank" de Morgan), Paul Warburg et

Benjamin Strong (président du "Bankers Trust Co." de Morgan).

La création de la "Federal Reserve" en 1913 permit alors aux banquiers internationaux de

consolider leur puissance financière aux Etats-Unis. PAUL WARBURG devint le premier

président de la "New York Federal Reserve Bank".

Le décret du "Federal Reserve" était suivi de l'introduction du 16ème article

complémentaire de la Constitution américaine qui donnait, désormais, la possibilité au

Congrès d'imposer le revenu personnel des citoyens américains. Cela découlait du fait que

le gouvernement américain n'avait plus le droit d'imprimer son propre argent pour financer

ses opérations.

Ce fut la première fois dans l'histoire depuis la création des Etats-Unis que le peuple devait

payer des impôts sur le revenu.

Les actionnaires les plus importants de la "FEDERAL RESERVE" (de la Fed) étaient :

1 les banques de Rothsaid de Londres et de Paris

2. la "Lazard Brothers Bank" de Paris

3. la "Israel Moses Seif Bank" d'ltalie

4. la "Warburg Bank" d'Amsterdam et de Hambourg

5. la "Lehmann Bank" de New York

6. la "Khun Loeb Bank" de New York

7. la "Chase Manhattan Bank" de Rockefeller de New York

8. la "Goldman Sachs Bank" de New York

Le membre du Congrès CHARLES LINDBERGH disait déjà a ce moment-là en parlant de la

nouvelle Federal Reserve Bank que sa puissance financière faisait d'elle le "gouvernement

invisible".

Comment fonctionne, à vrai dire, cette banque ?

Le "Comité du marché libre" de la Fed produit des "billets de la Federal reserve" (des

dollars). Ces billets sont prêtés au gouvernement des Etats-Unis en échange d'obligations

qui servent de sécurité à la Fed. Ces obligations sont entre les mains des douze banques

Fed qui en touchent annuellement des intérêts.

Remarque sur la situation actuelle :

En 1982, le fisc des Etats-Unis accusait une sette d'environ 1.070.241 millions de $. La Fed

récolta donc environ 115.800 millions de $ d'intérêts sur une seule année, payés par les

contribuables américains. Le capital de ces intérêts va tout droit dans les poches de la Fed,

donc dans celles des banquiers privés internationaux.

En 1992, les obligations possédées par la Fed étaient d'une valeur d'environ 5.000.000

millions de $ et les intérêts à payer par les contribuables montent constamment. C'est la

Fed qui a créé tout ce capital en prêtant de l'argent au gouvernement américain et en

touchant des intérêts élevés, elle n'a eu qu'à payer les frais d'impression. C'est la plus

grande duperie de l'histoire des Etats-Unis et personne ne l'a remarquée. En plus, la Fed,

gràce aux obligations du gouvernement américain, à le droit de gage sur les propriétés

publiques et privées de tous les Etats-Unis. D'innombrables procédures juridiques sont

restées jusqu'ici sans effet et n'ont pu annuler la loi de la "Federal Reserve". Juridiquement,

il n'y a aucune possibilité pour les citoyens de récupérer leur argent puisque la Fed n'st pas

un département du gouvernement américain mais une institution privée. D'après le droit

constitutionnel, Fed n'aurait même pas le droit d'éxister.

C'est pourquoi neuf Etats des Etats-Unis ont déjà entamé une "procédure d'Etat" pour

annuler la Fed. (55)

 

LE SYNDIC DE SAISIE ROTHSCHILD

A toutes les époques de l'histoire, il y a eu des rois et des dictateurs qui avaient la

réputation de dépenser plus d'argent qu'ils ne pouvaient en soustraire à leur peuple en lui

faisant payer des impôts. Les nations et les gouvernements empruntaient alors l'argent

nécessaire aux banques Mais comment les banques récupéraient-elles cet argent si le

gouvernement ne pouvait ou ne voulait pas payer ? La seule solution était la guerre !

La manière dont les banques financèrent les gouvernements fait penser à une institution de

crédit qui prête de l'argent à un client pour qu'il puisse s'acheter une voiture. Si le client ne

peut plus payer ses traites, la voiture est saisie. Le même système ce appliqué pour le

financement des gouvernements. Il ne faut pas prêter de l'argent à un seul pays. Il faut agir

de même avec le pays adverse. Le prêteur doit s'assurer que les deux pays sont d'égale

puisance pour qu'en cas de conflit, le financement soit le facxteur déterminant. Si un pays

ne paie pas, le prêteur menacera ce pays de guerre par l'intermédiaire d'un autre pays. Si

le premier pays refuse toujours de payer, le prêteur mettra la mainmise sur lui en se servant

de l'autre pays qui qui fera du premier pays son butin de guerre (voir Machiavel).

La maison Rothschild travaille depuis environ 160 années d'après ce concept (voir § 9 des

Protocoles).

Nathan et ses frères commencèrent à jouer ce jeu au siècle dernier en Europe, apès leur

succès remporté lors des gueues napoléoniennes. A cette époque-là se développa en

Europe l' "équilibre des forces". Pour renforcer sa position de "dominateur invisible" en

Europe la maison Rothschild dut édifier deux puissances de force presque égale pour

assurer l' "équilibre des forces". Les Rothschild devaient s'assurer que tous les rois du

camp A pouvaient être menacés par tous les rois du camp B. Ils financaient bien sûr les

deux camps. Mais il fallait alors une troisième puissance qui pourrait servir de police

d'assurance au cas ou l'un des pays quitterait les rangs. Ce pays était l'Angleterre de

Nathan qui avait, désormais, la suprématie en Europe. C'était facile de prévoir la fin d'une

guerre : il suffisait d'observer vers quel côté penchait l'Angleterre car elle se trouvait, en fin

de compte, toujours aux côtés du gagnant. L'Angleterre, ou disons plus justement la

Couronne, fournissait un "syndic de saisie royal" si efficace que la maison Rothschild finit

par contrôler, en ce début de siècle, la moitié des biens de ce monde. (55A)

 

CECIL RHODES ET SES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE (THE ROUND

TABLE)

Gary Allen écrit à ce sujet dans son livre "Die Insider" :

"L'organisation "THE ROUND TABLE" est issue du rêve de toute une vie de CECIL

RHODES, magna de diamants et d'or qui aspirait à un "Nouvel Ordre mondial". Sa

biographe Sarah Millin disait plus concrètement qu'il avait "le simple souhait de régir le

monde". Le professeur Quigley ajoute : "Vers le milieu des années 1890, Rhodes avait un

revenu personnel qui atteignait au moins un million de livres sterling par an et qu'il

dépensait si généreusement que son compte était le plus souvent à découvert". (...)

Que Rhodes air pris parti à une conspiration visant à la réalisation d'un gouvernement

mondial, une suite de testaments en témoignent. Frank Aydelotte écrit dans son livre

"American Rhodes Sholarship" : "(...)Dans son premier testament, Rhodes explique son but

en détail : l'extension de la domination britannique au monde entier (avec l'anglais comme

langue mondiale, note de l'auteur) (...), la création d'une si grande puissance que toute

guerre deviendrait impossible et le soutien des intérêts humanitaires. Le "credo" (partie du

testament, note de l'auteur) relate ces idées. Le modèle de sa société secrète était la

Société de Jésus (les Jésuites), bien qu'il mentionnât aussi les francs-maçons." (...)

Gary Allen poursuit :

"Notons que l'auteur de ce genre de sociétés secrètes était Adam Weishaupt, ce

philosophe douteux qui avait fondé, le 1 mai 1776, l'ordre des Illuminés de Bavière visant à

une conspiration pour contrôler le monde. Les Illuminés de Bavière de Weishaupt

défendent, incontestablement, les thèses du régime de la terreur. Pendant longtemps, les

techniques des Illuminés (de Bavière) servirent de modèle aux communistes. Weishaupt

prit également exemple sur l'organisation de la Compagnie de Jésus et transcrivit son code

en termes franc-maçonniques. Aydelotte continue : "En 1888, Rhodes écrivit son troisième

testament (...), il léguait tout à LORD ROTHSCHILD (son financier dans ses entreprises

d'exploitation minière). Une lettre y était jointe, contenant "la substance de tout ce qui a été

discuté entre nous". On pense qu'il s'agissait de son premier testament et de son "credo"

puisqu'un post-scriptum de Rhodes dit : "Quant aux questions auxquelles il est fait allusion,

prenez la constitution des Jésuites si vous pouvez l'obtenir".

"Pour des motifs apparement stratégiques, lord Rothschild fut, plus tard, écarté du devant

de la scène. Le professeur Quigley révèle que lord Rothschild "fut accepté dans le cercle

secret de Rhodes à la place de son beau-père, le lord Rothschild, et qu'il fut désigné dans

le prochain (et dernier) testament de Rhodes comme agent fiduciaire". La société secrète

fut érigée selon le modèle de conspiration qui part de petits cercles pour aller vers les plus

grands. Professeur Quigley nous informe que le noyau central fut fondé en mars 1891 avec

les deniers de Rhodes. L'opération fut menée "pour Rothschild" par lors Alfred Milner. (...)

THE ROUND TABLE travaillait dans les coulisses du gouvernement britannique. Elle

exercait son influence sur la politique extérieure et sur la conduite de l'Angleterre durant la

première guerre mondiale".

William Bramley écrit au sujet de la "Round Table" :

"Rhodes était, sans aucun doute, sur la bonne voie. S'il avait atteint son but, il aurait

contrebalancé beaucoup de conséquences négatives (...) émanant du réseau de la

"Confrérie du serpent". Les effets désastreux dont on parle dans l'histoire de la tour de

Babel et qui sont dus aux différentes langues des hommes auraient pu être effacés grâce à

l'introduction d'une langue universelle. Si on encourageait les hommes à devenir des

citoyens du monde, il serait plus facile de dépasser toutes les formes de

national-socialisme qui contribuent à déclencher des guerres. Mais quelque chose tourna

mal. Rhodes croyait réaliser ses buts grâce au réseau de la "Confrérie du serpent" qui était,

en fait, corrompue. C'est pourquoi les institutions créées par Rhodes tombèrent très vite

aux mains de ceux qui allaient s'en servir avec succès pour opprimer les hommes". (56)

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Découvrir et apprendre
  • Découvrir et apprendre
  • : Vidéos et articles sur l' islam, les musulmans, le Portugal, l' histoire, le Pouvoir, les secrets...et un peu d' humour. Ps: aidez moi en me signalant des vidéos qui ne sont plus visibles. Salam
  • Contact

Une ambiance pour lire...

 

Recherche

Pages