Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 03:20

L'AIDE AMERICAINE AUX SOVIETIQUES PENDANT LA GUERRE

Il existe un livre remarquable qui nous permet de comprendre ce qui s'est passé pendant la

guerre. Ce livre est mis complètement à l'écart par les médias, les producteurs de films et la

plupart des bibliothèques. Son titre : "From Major Jordan's Diaries" (Extraits du journal de

bord du commandant Jordan).

JORDAN était un vétéran de la Première Guerre mondiale et son expérience militaire le fit

accéder au poste d'expéditionnaire "Lend Lease" (prêt et location) et d'officier de liaison

avec les Russes. Il servit les deux premières années à Newark, en Montana et à partir du

10 mai 1942 à "United Nations Depot No 8, Lend Lease Division, Newark Airport, Newark,

New Jersey, International Section, Air Service Command ; Air Corps ; US Army".

Le COMMANDANT RACEY JORDAN était l'homme de liaison entre les Etats-Unis et les

Russes. Il fut très surpris de l'influence que le colonel russe ANTOLI KOTIKOV exercait sur

l'assistant de Roosevelt HARRY HOPKINS. Les soviétiques manifestaient-ils le besoin de

fournitures spéciales ou autres, un coup de fil de Kolikov à Hopkins suffisait, et la

marchandise était aussitôt livrée. Plus lard, Jordan remarqua des valises noires à chaque

livraison et ne put s'empêcher de céder à sa curiosité. C'est alors qu'il fit une trouvaille. Il

découvrit des papiers sur la fusion nucléaire, une liste des matériaux transportés par avion

en URSS, deux livres d'uranium 92 et du deutérium. Il ne pouvait imaginer, à ce moment-là,

la portée de sa découverte. Dans son journal de bord, il note, plus tard, avec force détails

ces incidents et d'autres. Un avion s'était, entre autres, écrasé en Sibérie et contenait le

matériel nécessaire pour imprimer des billets de banque. Il y avait des plaques, du papier

et d'autres ustensiles d'imprimerie. Ainsi, les Russes pouvaient de même que les

Etats-Unis, imprimer pour l'Allemagne les billets qui avaient cours pendant l'occupation !

L'accord "Lend Lease" permit à Staline de recevoir des Etats-Unis 20.000 avions, presque

400.000 camions, deux fois plus de chars qu'il n'y en avait au début de la guerre, des

locomotives, des voitures, de la nourriture, du matériel secret, etc.

Pour quelle raison les Etats-Unis ont-ils apporté une aide aussi massive aux Russes

pendant la Deuxième Guerre mondiale ? Nous sommes en droit de nous poser cette

question, car je ne vous ai cité, jusqu'à présent, que quelques exemples.

Les Illuminati étaient les auteurs du régime rouge. Il savaient très bien ce qu'ils faisaient. Il

est facile de se rendre compte que I'URSS était un instrument servant leur plan (celui des

Protocoles) pour soumettre de force la Terre entière à leur Nouvel Ordre mondial. (96)

 

LES PROTOCOLES DOIVENT SE REALISER

L'Allemagne n'eut pas la posibilité de se rendre, le Japon se vit refusé la même requête.

Les Japonais capitulèrent sans condition en mars 1945. Durant ce même mois, le haut

commandement japonais fit connaître à l'ambassade américaine à Moscou, à l'ambassade

russe à Tokyo et au Pentagone a Washington que le gouvernement royal Japonais

souhaitait une capitulation sans condition.

Les Américains l'ignoraient ! Pourquoi ? Ils prétendirent après coup, que le message n'avait

pu être décodé. Mais alors, comment avaient-ils fait auparavant pour décoder les codes

militaires et diplomatiques ? Nous connaissons la réponse : les iles japonaises n'avaient

pas encore été détruites. Le spectacle allait seulement commencer. Les B29 accomplirent

au Japon le grand "assainissement" voulu par les banquiers internationaux. D'abord

détruire Tokyo, puis lancer les bombes sur Nagasaki et Hiroshima.

On dit que beaucoup de généraux japonais étaient des membres d'une société secrète

mystique portant le nom de "DRAGON NOIR". Je n'en sais pas plus sur ce sujet.

La reconstruction de l'Allemagne et du Japon a rapporté des sommes astronomiques aux

banquiers internationaux. Les Allemands et les Japonais comptent parmi eux les

travailleurs et les cadres les plus appliqués. Mais leurs gouvernements sont choisis aussi

par les Illuminati qui les manipulent comme des marionnettes. Vous vous en rendrez mieux

compte quand vous prendrez connaissance des listes demembres des différentes

organisations. Beaucoup de politiciens du gouvernement allemand sont des pions sur

l'échiquier comme les Américains ou les Russes. (97)

QU'A RAPPORTE LA DEUXIEME GUERRE MONDIALE ?

Du point de vue humain ce fut un désastre sans circonstances atténuantes.

Du point de vue des Illuminati, ce fut un succès sans conteste. Cette guerre,avec ses 30

millions de morts estimés (Soljenitsyne parle de 100 millions), représente, à l'évidence, une

partie du programme d'assainissement mondial des Illuminati dont le but suprême est la

création du "Novus Ordo Seclorum", du "Nouvel Ordre mondial" de Weishaupt.

Pour les Illuminmi, Lenine était en Russie la personne parfaite. Le communisme a joué le

rôle du fleuret le déroulement politique et psychologique des événements c.-à-d. que les

conspirateurs ont utilisé le communisme comme la "bête noire" pour contraindre les nations

occidentales à faire des concessions et à assumer des obligations qui s'opposaient à leurs

propres intérêts. Au début des années vingt, Lénine a annoncé au monde les projets futurs

des Illuminati :

"Nous occuperons d'abord l'Europe de l'Est, puis tous les pays d'Asie".

Leur but fut atteint gràce à la Deuxième Guerre mondiale. Quelques années plus tard, ce

fut le tour de la majeure partue de l'Asie. La débàcle du Viêtnam est un élément de cette

action de déblayage.

La Deuxième Guerre mondiale a rapporté encore plus aux Illuminati. Les grandes fissures

de l'ancien ordre du monde éclatèrent et les fondements financiers et sociaux de la morale

traditionnelle furent balayés. L'Amérique, dont la sécurité ne fut jamais mise en cause, ni

avant ni pendant la guerre, se vit alors prise dans l'engrenage de la politique mondiale,

contrainte à renoncer à sa propre politique.

Cette guerre coûta aux Etats-Unis 400 milliards de dollars et lit monter la dette de l'Etat à

220 milliards de dollars. Cela rendait les Etats-Unis prisonniers des griffes des banquiers

internationaux. La guerre aplanit le chemin pour l'éveil du socialisme qui se répandit

comme une maladie en Angleterre et aux Etats-Unis. Elle prépara aussi la voie pour la

création de l'ONU en 1945, dont le siège principal se trouvait sur un terrain donné par

ROCKEFELLER à New York.

Parmi les membres fondateurs de l'ONU, 47 au moins faisaient partie du CFR.

L'ONU est la plus grande loge franc-maçonnique internationale du monde, comme l'indique

déjà clairement son emblème. C'est un symbole franc-maçonnique tout comme le "grand

sceau", sur les "billets d'un dollar" américains (voir à la fin du livre). (98)

QU'ADVINT-IL DU SERVICE SECRET NAZI DE LA GESTAPO ?

William Bramley nous informe que la CIA accepta l'offre de REINHART GEHLEN, chef des

opérations du service secret du Reich allemand en Russie, de participer à la construction

du réseau du service d'information américain en Europe. Beaucoup d'ex-membres des SS

appartenaient à l'organisation de "Gehlen". Celle-ci devint une partie importante de la CIA

en Europe de l'Ouest et fut à la base de l'appareil des services secrets de la RFA. La CIA

tira aussi des informations il partir des documents concernant les procès des criminels de

guerre à Nuremberg sur les méthodes psychiatriques des nazis ; celles-ci allaient être

utilisées des décennies plus tard lors d'expériences douteuses qui visaient à obtenir le

contrôle de la conscience. (99)

INTERPOL, organisation policière internationale privée qui lutte contre les criminels et les

trafiquants de drogues opérant à l'échelle mondiale, fut dirigée, jusqu'en 1972, à plusieurs

reprises par d'ex-officiers SS. Quand on sait qu'Interpol fut contrôlée par les nazis pendant

la Deuxième Guerre mondiale, on ne s'étonne plus de rien. (100)

 

LA FONDATION DE L'ETAT D'ISRAEL

La guerre ouvrit la voie pour la fondation de l'Etat d'Israël, comme cela avait été programmé

depuis 1871. Les plaies se cicatrisaient lentement en Europe, et l'attention du monde se

tourna vers le Proche-Orient où les sionistes étaient en train d'établir l'Etat d'Israël en

Palestine. Le meurtre de lord Moyne par deux sionistes suscita une vive réaction en

Angleterre. Lors du congrès sioniste en 1946 à Genève, il fut décidé de recourir au

terrorisme pour édifier l'Etat sioniste. C'est ainsi que naquirent nombre d'organisations

terroristes un Palestine dont le but était de créer de force l'Etat d'Israël.

Les deux plus importantes furent l' "IRGUN ZVAI LEUMI" deMenahem Begin et le

"GROUPE STERN" de Yitzhak Shamir. Quand les Arabes firent couler de plus en plus de

sang en s'attaquant aux Anglais en Palestine, on fit appel à l'ONU qui décida, le 29

novembre 1947, le partage de la Palestine en deux Etats indépendants : l'un arabe, l'autre

juif. Ce principe du partage d'un Etat pour gouverner nous est bien connu du temps de

Rome : Divide et empera", "diviser pour mieux régner". Il est le garant de discordes qui n'en

finissent plus. Et ce fut le cas. La séparation suscita des troubles encore plus sanglants

obligeant l'ONU à se retirer. Les sionistes en profitèrent pour se partager arbitrairement la

Palestine. Le "groupe Stern" et l' "Irgun Zvai Leumi" (sous la direction de Begin) assaillirent

le village Deir Yasin et égorgèrent tous les gens en signe d'avertissement pour le cas ou

les Arabes continueraient à résister.

Ceux-ci s'enfuirent dans les pays voisins, sauf quelques-uns qui se rassemblèrent sous la

direction de Yasser Arafat et de l'OLP.

La déclaration d'indépendance d'Israël le 14 mai 1948 causa de nombreux désordres.

Depuis lors, le Proche-Orient est un foyer fomentant haines et meurtres.

Mais cela correspondait parfaitement aux bruts recherchés par les Illuminati (voir le plan

d'Albert Pike, n°3). (101)

 

LE CFR SE CONSOLIDE

Ce fut la période ou le CFR commença à avoir une réelle influence aux Etats-Unis. De

vieilles institutions souveraines furent remplacées par des nouvelles au niveau

international, telles que l'ONU issue du CFR. D'autres en naquirent plus tard, telles que l'

'INSTITUTE OF THE PACIFIC RIM" (IPR) et la "FOREIGN POLICY ASSOCIATION" (FPA).

Sur l'ordre de l'IPR, la Chine fut remise par George Marshall aux communistes. Le contrôle

exercé par les Illuminati sur l'Union soviétique fut nettement amplifiée par la guerre. Des

projets, tels que celui de "Lend Lease", et les décisions prises à Yalta par Staline,

Roosevelt et Churchill consolidèrent à leur tour, le système soviétique. La "guerre froide",

bien mise en scène, qui s'en suivit entre l'empire soviétique et les nations occidentales

renforça la position dés Illuminati dans le reste du monde. Les guerres de Corée et du

Viêt-nam ont été manigancées pour éviter une confrontation directe entre Américains et

Russes. En même temps, cela permit de justifier l'existence de "services de sécurité

nationale" tel que la CIA (Central Intelligence Agency), la NSA (National Security Agency)

et le NSC.

Les opérations cachées de la CIA commencèrent au début des années cinquante. Les

dirigeants des gouvernements des autres pays qui n'étaient pas encore sous le contrôle

des Illuminati devaient être renversés et remplacés par ceux que les Illuminati

choisissaient. Quelques sénateurs américains s'en doutèrent et s'étonnèrent, comme le

sénateur McCARTHY de ce qu'il y ait autant de communistes dans les postes élevés du

gouvernement des Etats-Unis. McCarthy fonda la "House Hearing on Unamerican

Activities" (audition dans la "Hiuse" sur des activités non am&ricaines)et put découvrir

quelques activités communistes mais les médias lui jetèrent le discrédit. Voila une méthode

qui assure le succès et qui a fait ses preuves : celle qui met à l'écart les trouble-fête. Plus

tard, McCarty se mit à enquêter sur la CIA. S'il avait poussé un peu plus avant, peut-être

qu'il aurait pu éviter l'attentat contre J. F. Kennedy.

le "Comité des 300" fut très inquiet lorsque McCarthy décida de faire paraître William

Bundy devant le comité d'enquête. Son assignation aurait permis de découvrir les bonnes

relations existant entre la CIA et le service secret britannique. Le "RIIA" choisit Allen Dulles

pour mettre à l'écart McCarthy. Dulles donna à Richard Helms et Patrick Lyman la mission

de s'occuper de McCarthy.

Eisenhower donna la même mission au général Mark Clark, membre du CFR, pour que

McCarty ne s'occupa plus de la CIA. Clark persuada McCarthy qu'il exitait une commission

de surveillance spéciale qui veillait sur la CIA. McCarty stoppa alors ses investigations. Lui,

qui était connu pour faire la chasse aux sorcières et qui, en tant qu'avocat, défendait de

nombreuses familles de la mafia de New York, avait une amitié profonde avec le chef

homosexuel du FBI, J. Edgar Hoover. Il organisait, d'ailleurs, pour lui des rencontres avec

des travestis dans des hôtels de New York.

Richard Helms et Allen Dulles prirent en charge, plus tard, la direction de la CIA. (102)

 

L'ATTENTAT CONTRE KENNEDY

Les motifs de l'attentat contre J. F. KENNEDY sont l'objet de violentes spéculiations depuis

novembre 1963. Nous savons que le jeune président se préparait à choisir sa propre

orientation concernant des questions d'une grande importance stratégique, ce qui

l'opposait fortement aux puissants intérêts politiques et financiers de l'ESTABLASHMENT.

Il n'était pas un bon "partenaire" et l'une des causes de son assassinat fut qu'il renvoya,

peu après sa prise de fonction en 1961, le chef tout-puissant de la CIA, ALLEN DULLES,

qui venait de subir un échec dans l' "opération de la Baie des Cochons" (il s'agissait

d'exilés cubains qui ne purent pas atterir dans la "Baie des Cochons" à Cuba en avril

1961). De plus, il envisageait le retrait de quelques conseillers américains (Advisors) du

Viêt-nam. Il leur donna l'ordre, en effet, de se retirer en octobre 1963. Ce qui gènait aussi

énormément les Illuminati fut le fait que Kennedy voulait nettement diminuer les activités

militaires de la CIA dans l'Asie du Sud-Est. Il fit savoir, en outre, au Congrès, le 18 juillet

1963, qu'il avait l'intention de mettre en application toute une série de dispositions pour

renverser le déficit des paiements des Etats-Unis. Il voulait relancer l'exportation de

marchandises industielles et prélever des impôts sur les avoirs des citoyens américains à

l'étranger. Les impôts à payer sur le capital investi à l'étranger se seraient élevés jusqu'à

15% Par an. Cela représentait, évidemment, un handicap de plus pour les banquiers

internationaux. Kennedy aurait été - ô combien - l'homme qu'il fallait pour défendre les

droits du peuple. (103)

Si nous voulons prendre en compte un autre motif beaucoup plus important, quittons, une

fois encore, mais brièvement, le sectreur de la politique. Cela se rapporte a la découverte

de la soucoupe volante qui s'était écrasée le 2 juillet 1947 à ROSEWELL, au Nouveau

Mexique. On découvrit dans cette soucoupe quatre petits humanoïdes. Il y eut 92 témoins,

35 témoignages de première main (du personnel de l'Air Force). Le 13 février, on trouva un

autre vaisseau spatial dans les environs d'Aztec, au Nouveau Mexique. La deuxième chute

d'un autre vaisseau dans cette même région eut lieu le 25 mars 1948 dans le Heart

Canyon. Le disque avait 33m de diamètre, il était fabriqué avec un métal qu'on n'avait

jamais vu et l'on y trouva seize morts qui mesuraient environ 1.20m. En 1949, une autre

soucoupe fut trouvée à Rosewell, et l'un des passagers survécut. Un officier d'aviation reçut

l'ordre de l'emmener a Los Alamos où se trouvaient, à cette époque, les installations les

plus sûres des forces armées des Etats-Unis. On décrivit le passager comme un

humanoïde reptiloïde avec certaines caractéristiques propres aux insectes. On le nomma

simplement "EBE" (Extraterrestrial Biological Entity). EBE relata que ceux de sa race

rendaient visite à la Terre depuis 25.000 ans, qu'il venait d'un système d'une étoile double,

que leur planète était désertique et que leur soleil menaçait de disparaître. Il dit aussi qu'ils

disposaient de bases souterraines dans différents pays de la Terre. EBE enseigna au jeune

colonel qui lui tenait compagnie l'existence de la réincarnation et la survie de l'àme qui

corresmondent aux lois de l'Univers. Tout fut noté et rassemblé sous le code "Yellow Book".

On essaya de pendre contact avec la race d'EBE mais sans succès. Ce projet portait le

nom de SIGMA. Fin 1951, EBE tomba gravement malade. Comme les fonctions biologiques

de son corps dépendaient de l'apport de chlorophylle, on fii appel à un botaniste, le Dr

Guillermo Mendoza, pour le traiter. EBE resta à Los Alamos jusqu'à ce qu'il y mourut le 18

juin 1952 "pour un motif inconnu". Le colonel qui s'occupait de lui aurait pleuré à sa mort. il

l'aurait aimé comme un enfant. Plus tard, sous le projet ROBERTSON-PANEL, on adapta

cet événement à l'écran ; le film porta le titre "E.T.". Ce film de science-fiction avait pour but

de familiariser le public avec cette réalité-là.

Le 6 décembre 1950, une autre soucoupe (de 30m) tomba près de Laredo, au Texas. On

trouva dans les débris un passager calciné d'1m30 avec une tête extrèmement grosse. Cel

incident suscita une vive émotion lors de la parution des photos. Le 20 mai 1953, on

récupéra à Kingman, en Arizona, une autre soucoupe qui ne mesurait, cette fois, que 10m

de diamètre. Il y avait quatre morts qui, eux aussi, furent emmenés, comme les autres, à la

"Wright Patterson Air Force Base" (Hangar 18) (Comme le disent si justement les

Américains : "Reality is sometime stranger then fiction !" = La réalité dépasse parfois la

fiction).

Dès la première chute, plusieurs organisations secrètes furent créées, elles s'occupaient de

tout ce qui concernait les OVNIs : La plus importante fut l'opération MAJESTIC 12, fondée

le 12 septembre 1947 par le président Truman et dont dépendaient tous les autres projets

(MAJESTY est le nom de code pour le président). Parmi les membres, il y avait le Dr

Vannevar Bush, conseiller scientifique du président ; le ministre de la Défense Forrestal et

aussi, plus tard, Nelson Rockefeller, Allen Dulles, chef de la CIA et J. Edgar Hoover, chef

du FBI. Les autres faisaient partie du CFR. Tous les douze étaient aussi membres de la

"JASON SOCIETY" ou JASON-SCHOLARS, de l'élite de l'ordre "SKULL & BONES". Le

siège du groupe situé à Maryland, accessible seulement par les airs, est connu sous le

nom de "Country Club" par les cercles d'initiés.

Les projets conçus sous la direction du Majestic 12 étaient, entre autres, les suivants :

le projet MAJI, c.-à-d. "Majority Agency for Joint Intelligence". Ce service réunit toutes les

informations concernant les services secrets. MAJIC signifie contrôlé par Maji. Toutes les

informations et désinformations à propos des OVNIs et des extra-terrestres sont exploitées

par MAJI, en collaboration avec la CIA, la NSA, le DiA (service de renseignements de la

défense du pays) et le Naval Intelligence (service secret de la marine) :

le projet SIGN : concerne l'étude des phénomènes OVNIs. Plus tard, ce projet prit le nom

de :

projet GRUDGE (peut-être à cause des nombreuses parties de corps humains qui furent

trouvées dans deux des vaisseaux) ;

le projet BLUE BOOK : se rapporte au sauvetage d'objets volants tombés à terre, et, de

concert avec le projet ROBERTSON-PANEL, il vise à désinformer intentionnellement le

public ;

le projet SIGMA : concerne la communication avec la race d'EBE

le projet SNOWBIRD : se rapporte à la technologie d'objets volants extra-terrestres pour

tenter de piloter un de ces objets ;

le projet AOUARIUS : sert de couverture pour coordonner les programmes de recherche et

de contacts avec les extra-terrestres ;

le projct GARNET : étudie l'influence des extra-terrestres sur l'évolution humaine ;

le projet POUNCE : concerne le dépouillement des vaisseaux spatiaux qui ont chuté et les

examens biologiques faits sur les corps des passagers ;

le projet REDLIGHT : décide des essais à faire en vol avec des vaiseaux spatiaux qui ont

été trouvés ou été mis à disposition par des extra-terrestres. Ce projet est mené, en ce

moment, dans le domaine de AREA 51/GROOM LAKE, au Nevada ;

le projet LUNA : nom de code pour la base extra-terrestre sur la lune qui fut observée et

filmée par les astronautes d'Apollo. On y exploite une mine, et on y gare tes grands

astronefs en forme de cigare ;

les DELTA FORCES : ce sont des unités spécialement formées pour ces projets.

Selon le rapport de William Cooper et George Segal, la CIA aurait été créé spécialement

pour dissimuler l'existence des extra-terrestres. D'après W. Cooper et G. Segal, le groupe

d'élite secret international "Die Bilderberger", que nous étudierons de plus pès au cours de

ce livre, a été créé aussi pour cacher les contacts établis avec les extra-terrestres. Je ne

traiterai, cependant, des Bilderberger que d'un point de vue politique.

Qu'attendent-ils donc, de nous, les extra-terrestres ?

Pourquoi ne s'adressent-ils pas aux dirigeants ou au président d'un pays ? Ils l'ont fait ! Et

ils ont été plusieurs à le faire !

Il n'y a pas que George Washington et Abraham Lincoln qui ont affirmé avoir été contacés

par des extra-terrestres. Le président Roosevelt aurai eut, en 1934, lors d'une croisière sur

le Pennsylvania dans le Pacifique, une rencontre arrangée par Nikola Tesla avec les

passagers d'une soucoupe. Le président Truman, lui aussi, aurait eu une entrevue

personnelle avec des extra-terrestres le 4 juillet 1945.

Quelques enfants Rothschild prétendirent au début de ce siècle que leurs parents auraient

rencontré les passagers d'un OVNI. Mais les rapports que nous avons n'émanent que de

personnes isolées qui ont bien voulu les raconter ou les mettre par écrit.

Il y a, cependant, des preuves concrètes des rencontres du président DWIGHT D.

EISENHOWER. Michael Hesemann écrit à ce sujet ("UFOs - Die Kontakte", p.55 et

suivantes) :

"Ainsi qu'il ressort des rapports établis par les personnes en contact avec les

extra-terrestres, ceux-ci, depuis leur apparition massive au-dessus de Washington l'été

1952, ont pris contact avec le gouvernement américain. (...) De plus, ils chargèrent

différentes personnes, entre autres George van Tassel, d'envoyer des messages au

président. Après les présidentielles de l'automne 1952, ce fut le général Dwight D.

Eisenhower qui occupa le poste de président. Auparavant, pendant sa carrière militaire, il

avait déjà été informé des chutes d'OVNI à Rosewell, Aztec et Laredo qui se produisirent

entre 1947 el 1950. Après son élection le 18 novembre 1952, il reçut un rapport sur la

situation de la commission gouvernementale "Majestic 12" qui avait été chargée par son

prédécesseur Truman d'examiner les épaves d'OVNIs récupérées. La commission

recommanda au président le secret absolu pour raison "de sûreté nationale". (...)

Le lieu choisi pour qu'Eisenhoiver établisse son contact fut la base de l'armée de l'air

Edwards (MUROC) en Californie. Des démonstrations d'OVNIs s'étaient déjà déroulées à

cet endroit-là depuis des mois, voire nième des années :

le 8 juillet 1947 : quatre différents objets non identifiés en forme de disque sont aperçus

au-dessus de MUROC AFB et du terrain d'essais secret de Rogers Dry Lake ;

le 31 août 1948 : un grand objet avec une traînée de flammes bleues, longue de plus d'1

km ; passe au dessus de MUROC à 17.000m d'altitude ;

le 14 juin 1950 : un pilote de la marine et différents pilotes civils observent un astronef en

forme de cigare à 40m à l'est de MUROC ;

le 10 août 1950 : Robert C. Wykoff, physicien dans la marine, observe dans son télescope

un grand objet en forme de disque qui manoeuvre près d'Edwards ;

le 30 septembre 1952 : le photographe spécialisé Dick Beemer et deux autres témoins

observent deux objets en forme de boule, légèrement aplatis, manoeuvrant au-dessus

d'Edwards".

Le 20 février 1954 fut le jour J. cet évennement est confirmé par des prises de vues

cinématographiques et par différents témoins, dont Geralt Light du puissant groupe

médiatique CBS, comte de Clancerty, membre de la Chambre haute des lords en

Angleterre, William Cooper, ex-agent secret, Paul Salomon, membre du personnel de

l'armée de l'air et beaucoup d'autres qui étaient stationnés, à cette époque-là, à

MUROC/Edwards.

Ce jour-là, tous les officiers, y compris le commandant, accoururent à la tour de contrôle

pour y observer un grand disque de 60m à 100m de diamètre qui planait au-dessus de la

piste de décollage. Ils l'observèrent pendant des heures jusqu'à ce que tous ceux de la

base, jusqu'au dernier, soient au courant. Le disque faisait des manoeuvres en vol défiant

toutes les règles de la physique. Il se déplaçait de bas en haut, d'un côté à l'autre, en angle

droit, etc.

Un peu plus tard, il y eut, au total, cinq objet volants, trois en forme de disque et deux en

forme de cigare. Eisenhower arriva en avion à base, il faisait, à ce moment-là, une cure à

côté de Palm Springs. Lui-même ainsi que tout le personnel de la base furent témoins de la

descente d'un petit groupe d'occupants qui s'approchèrent d'eux. Ils avaient un aspect

humanoïde, leur taille était à peu près celle des êtres humains, ils étaient blonds et

parlaient anglais. Ils proposèrent leur aide pour le développement spirituel de l'humanité à

la condition, dirent-ils, que nous acceptions de détruire nos armes atomiques. Ils n'étaient

pas prêts à mettre à notre disposition leur technologie puisque nous n'étions pas capables

d'utiliser la notre en humains responsables. Ils pensaient que n'importe quelle technologie

nouvelle ne servait qu'à nous entre-tuer. Cette race expliqua que nous étions sur une voie

d'autodestruction, que nous devions cesser de nous détruire, de polluer la Terre, d'en

exploiter les richesses minières. Nous avions mis à vivre en harmonie avec la création. Il

était capital pour nous d'apprendre à nous considérer comme les citoyens d'une famille

planétaire et nous avions le devoir de nous comporter comme tels. Nous devions

abandonner au plus vite notre croyance de pouvoi agir à noue guise. Nous ne pouvions

entrer en contact avec eux si nous commencions à nous conduire comme citoyens d'un

système planétaire. ILS étaient, eux aussi, une partie de cette famille planétaire, et nous

devions les traiter ainsi, eux et tous nos semblables sur cette Terre. Dès que nous aurions

appris à avoir des rapports de paix avec les autres nations nous pourrions accéder à des

rapports interplanétaires.

Toutes les personnes présentes étais des plus sceptiques face à ce langage surtout en ce

qui concernait l'exigence impérative du démantèlement nucléaire. Personne ne pouvait

imaginer qu'un désarmement pût être dans l'intérêt des Etats-Unis. Tous craignaient de se

trouver sans défense face aux extra-terrestres. L'offre fut refusée ! Les étrangers

déclarèrent alors qu'ils continueraient à avoir des contacts seulement avec des individus

tant que les humains ne les accepteraient pas. C'est alors que les extra-terrestres firent

une démonstration de leurs possibilités techniques qui imposèrent le respect au président,

qui se tenait là, paralysé, et à son entourage. Ils montrèrent leurs vaisseaux spatiaux au

président et prouvèrent même leur capacité à se rendre invisibles. Eisenhower en éprouva

un malaise ! Personne ne pouvait les voir mais tous savaient qu'ils étaient là. Les étrangers

montèrent ensuite dans leurs vaisseaux et décollèrent.

L'astronaute américain Gorden Cooper confirme cet événement en racontant qu'il vit un film

pendant son service montrant un atterrissage d'OVNIs dans une base de l'armée de l'air en

Californie dans les années cinquante.

(Vous trouverez dans les livres de Michael Hesemann "UFOs - Die Beweise" (OVNIs - Les

preuves) et "UFOs - Die Kontakte" (OVNIs - Les contacts) toute l'histoire dans les moindres

détails ainsi que les réponses à tous les comment et pourquoi. Il s'est donné la peine de

faire un condensé de plus de 50 livres et spécialement de livres américains et de les

documenter avec de nombreuses et excellentes photos. "UFOs - Die Beweise" contient les

documents secrets de la CIA qui ont été rendus accessibles au public gràce au "Freedom

of Information Act" au bout de trente ans de secret. Il y eut d'autres contacts avec des

gouvernements mais il faudrait prendre connaissance de tous ces contacts pour avoir un

aperçu de la diversité des thèmes touchant aux OVNIs. Il y a, en outre, des vidéos qui

contiennent en particulier l'atterrissage d'une soucoupe en 1964, dans la base de l'armée

de l'air Holloman. Ces vidéos sont consignées dans la littérature complémentaire).

Revenons-en maintenant à KENNEDY. Après avoir été élu président et avoir été informé

des OVNIs récupérés et des projets secrets qui incluaient l'étude des survivants, il voulut

rendre ces informations publiques. Forestal, le ministre de la Défense et membre de

Majestic 12, avait déjà essayé d'en faire autant, il fut jeté par la fenêtre de ]'hôpital avec un

drap de lit autour du cou le 22 mai 1949.

Kennedy eut droit à un traitement similaire. Il fut assassiné le 22 novembre 1963 à Dallas.

(103 A)

Le premier coup de fuil vint effectivement du toit de l'entrepôt mais il n'était pas mortel. Le

coup mortel fut donné par le conducteur de sa propre voiture, l'agent de la CIA William

Greer qui visa la tête de Kennedy avec une arme propre à la CIA. Quand on regarde au

ralenti le film original de l'attentat et qu'on prête attention au chauffeur, il est clair que

celui-ci se retourne, l'arme à la main, tire et c'est alors que l'arrière de la tête de Kennedy

éclate.

Dans les films projetés dans la plupart des pays occidentaux, le chauffeur n'apparaît pas.

Dans une émission de l'ARD (première chaîne de télévision allemande), le "Spiegel TV", on

essaya, le 21 novembre 93, de convaincre les spectateurs que l'ttentat n'avait rien à voir

avec la CIA alors que la RTL diffusait, presqu'au même moment, un avis contraire. Sans

parler des commentaires, on ne montra sur les deux chaînes qu'une seule fois le film en

entier ; dans les films suivants, il n'y avait pas le chauffeur. Mais celui qui savait où il devait

porter son attention pouvait dans le film original reconnaître le chauffeur tirant avec son

arme.

John Lear, fils de Lear Aircraft (aujourd'hui propriétaire) et autrefois désigné comme le

meilleur pilote de l'US Air Force (avec 17 records du monde), trouva trois films originaux,

entre autres au Japon. Il les fit analyser par un ordinateur pour prouver leur véracité.

Lui-même et William Cooper, ex-membre de la Navan Intelligence (service secret de la

NAVY) et auteur de "Behold a Pale Horse", font, de nos jours, des conférences aux

Etats-Unis où l'on peut obtenir les films originaux par leur intremédiaire (voir adresse dans

la bibliographie). William Cooper perdit sa jambe droite à casue de ce film : il fut victime

d'un ettentat en 1973. La télévision japonaise a, par la suite, diffusé plusieurs fois ces films

originaux dans les actualités télévisées aux heures de grande écoute. L'analyse par

ordinateur permit d'identifier l'arme et la décrivit comme étant d'un calibre spécial employé

par la CIA. Quant à la bal1e, il s'agissait également d'un projectile spécialement conçu par

la CIA qui exposa dans le cerveau de Kennedy et provoqua sa désintégration.

Avaient participé à la préparation de l'attentat les membres de la Orlando Bosch, E. Howard

Hunt, Frank Sturgis et Jack Rubenstein (alias Jack Ruby). La CIA épongea, en

remerciement, les énormes dettes de jeu de Ruby.

Lee Harvey Oswald, qui aviait aussi été membre de la CIA, travaillait au moment de

l'attentat pour Jack Ruby. Sa mort fut programmée. Jack Ruby le tua avant qu'il ne pût

prouver son innocence. Le coupable était trouvé ; il ne pouvait plus prouver le contraire.

(104)

La CIA haïssait Kennedy. Il éiait, d'après elle, responsable de la mauvaise tournure que

prenaient leurs projets concernant le Viêt-nam, Cuba et les OVNIs. Un collaborateur de la

CIA, qui avait participé à l'opération de la "Baie des Cochons", dit que toutes les personnes

travaillant dans son secteur se levèrent et applaudirent lorsqu'ils apprirent la nouvelle de la

mort de Kennedy. Aux auditions devant le comité spécial pour attentats, nombre de ces

faits furent dévoilés mais selon la loi de sûreté de l'Etat américain, les archives sont closes

jusqu'en 2029. Après ces auditions, la CIA se vit défendre toute opération secrète à

l'intérieur des Etats-Unis. (Qui peut croire qu'elle s'y est tenue ?)

Tous les témoins de la conspiration furent tués ou moururent d'un cancer foudroyant qui

leur avait été injecté (le chauffeur qui avait tiré, mourut, par ex., trois semaines après

l'attentat).

D'après le "Warren-Commission-Report", rapport officiel de l'attentat contre Kennedy, LEE

HARVEY OSWALD aurait été l'unique tueur. C'st ce qu'on pouvait lire déjà neuf heures

plus tard dans tous les journaux américains. La conspiration de la CIA et du Comité des

300 fut passée sous silence. Pour une bonne raison : Les Illuminati avaient été très

efficaces en contrôlant les agences de presse.

Ceci ce un exemple parmi d'autres qui prouve que des nations entières reçoivent pendant

des décennies des informations erronées, jusqu au jour ou un chercheur courageux se

donne la peine de faire des investigations.

ROBERT F. KENNEDY, le frère de J. F. KENNEDY, qui faisait aussi obstacle aux Illuminati

dut mourir le 5 juin 1968, juste avant de gagner les élections présidentielles. Dans ce

cas-là, le tueur unique était SIRHAN SIRHAN. Celui-ci était sous l'effet d'une drogue

préparée par la CIA pour cette circonstance spéciale. Pour être sûr que Sirhan Sirhan ne

manquerait pas sa cible, le garde du corps de Howard Hughes avait tiré avec la "balle

supplémentaire" que l'on trouva, plus tard, dans la tête de Kennedy. Selon les dires du juge

d'instruction s'appuyant sur les preuves balistiques, la bouche de l'arme a dû être éloignée

de 5 à 8cm de la tête de Kennedy ; quant à l'arme de Sirhan, elle était éloignée d'au moins

30cm. Ceci fut aussi dissimulé au public. Les publications internes du CFR et de l'ordre

"Skull & Bones" contiennent, cependant, ces informations. D'après le § 12 des "Protocoles",

il faut supprimer les personnes qui sont une entrave au "plan". (105)

(Vous trouverez en particulier dans le livre de Will iam Cooper "Behold a Pale Horse"

l'histoire complète de l'attentat avec les noms, les données et des faits concrets ainsi que

les relations entretenues par les Etats-Unis avec les extra-terrestres).

 

LES CHEVALIERS DE JERUSALEM

La famille royale anglaise entetient de très étroites relations avec le "VENERABLE ORDRE

DES CHEVALIERS DE JERUSALEM", un ordre très ancien. Son dirigeant est choisi par la

Couronne anglaise sur ses capacités à diriger le "Comité des 300". Le cercle le plus intime

se nomme "ORDER OF THE GARTER" (l'ordre de la Jarretière). Cet ordre est aujourd'hui

encore très puissant, la preuve nous en est donnée par le fait que LORD CARRINGTON,

chevalier d' l'ordre de la Jarrietière, fut autrefois chef de l'OTAN et qu'il est aujourd'hui

président des Lord Carrington, aussi membre du "Comité des 300", était, avec LAWRENCE

BILDERBERGER, une des personnes de liaison qui représentaient les KISSINGER

ASSOCIATES et firent en sorte que Belgrade ait les mains libres, en 1993, pour procéder

aux épurations ethniques et accomplir le génocide. LOUIS M. BLOOMFIELD, chef du

MERMINDEX est aussi membre des "Chevaliers de Jérusalem". (...) (106)

ET LE VATICAN ?

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, la plupart des monarchies avaient "sauté". Les

Illuminati avaient accompli une parie de leur plan. Mais qu'en était-il du catholicisme ?

Un bref coup d'oeil fait croire que 17 siècles de stabilité sont immuables mais à y regarder

de plus près, il en va tout autrement.

Le service secret du Vatican était, depuis toujours, l'ORDRE DES JESUITES. Je vais

décevoir ceux qui croient que les Jésuites n'ont été qu'une simple organisation religieuse

de plus. Le serment d'initiation du 2ème degré exige la mort de tous les protestants et

francs-maçons. Les Jésuites ont été, par exemple, l'instance qui a organisé les massacres

des Huguenots et à qui on doit d'innombrables têtes décapitées chez les protestants et

francs-maçons en Angleterre aux 16ème et 17ème siècles. L'ordre des Jésuites fut fondé

en 1534 par Ignace de Loyola, qui était d'origine JUIVE, comme le furent les trois premiers

généraux de l'ordre.

Le général des Jésuites (le chef) est si puissant qu'il est appelé le "PAPE NOIR".

D'autres loges secrètes infiltrèrent en force l'Eglise catholique pendant la Deuxième Guerre

mondiale. Ce fut le cas, entre autres, de l'OSS (le précurseur de la CIA), du MI6, des

membres du "BLACK NOBILITY" italien, des francs-maçons et de la loge P2 (Propaganda

Due) ; toutes ces loges étaient sous la protection du "Comité des 300". La loge "P2" est la

loge franc-maçonnique la plus influente en Italie. La "GRANDE LOGE DU VATICAN" y est

annexée, c'est elle qui fut a l'origine du "Scandale P2" en 1976 lorsqu'une liste des

membres de la loge fut produite au Vatican avec les noms et les dates d'entrée de 121

grands dignitaires ecclésiastiques avec, parmi eux, des cardinaux de la curie, des

achevêques, des évêques, des prélats et des laïques. On fit une vraie chasse aux sorcières

pour trouver ceux qui avaient publié cette liste au lieu de demander des comptes aux

personnes citées sur cette liste. Tout commentaire est superflu.

Entre autres noms, celui du secrétaire d'Etat du cardinal Jean Villot, du ministre des

Affaires étrangères du Vatican Agostino Casaroli, du cardinal Sebastiano Baggio, du

cardinal Ugo Poletti et du chef de la banque du Vatican, l'évêque Paul Marcinkus.

Les Illuminati soutiennent, comme nous avons pu le constater, les deux camps des nations

en guerre. Ce fut de plus en plus évident à la fin de la Deuxième Guerre. Allen Dulles (chef

de la CIA), par exemple, avait des rencontres secrètes avec le chef des SS Gehlen.

On s'arrangea pour faire passer des officiers SS en Suisse sous le couvert de l'Eglise

catholique. Quelques officiers SS prirent le titre de prêtres et furent conduits dans d'autres

pays, surtout en Argentine, au Paraguay et aux Etats-Unis. Après la guerre, Gehlen reçut la

mission de prendre en charge la "RADIO DE L'EUROPE LIBRE". Beaucoup de SS furent

intégrés dans la CIA à cette même époque.

Un autre membre intéressant du "Comité des 300" fut Joseph Retinger (Ratzinger ?). La

CIA lui apporta son soutien après la guerre afin qu'il puisse conclure des contrats avec le

Vatican. Il gagna, entre autres, à sa cause la Dr Luigi Gedda, conseiller médical du pape

Pie VII et dirigeant des activités catholiques. Gràce à lui, il réussit a consolider ses

relations avec le pape Paul VI qui avait déjà collaboré auparavant avec l'OSS (Office of

Strategic Services = Bureau des services stratégiques), organisation qui allait devenir, plus

tard, la CIA.

Retinger rencontra aussi le prince Bernhard des Pays-Bas, le Premier ministre italien, Sir

Collin Grubbin, directeur de la SOE (Special Operations Executive, service secret

britannique) et le directeur de la CIA, le général Walter Bedell.

Le PRINCE BERNHARD était chez les SS avant la guerre et obtint, ensuite, un emploi à la

I. G. Farben. Par la suite, son mariage le lia à la maison Orange-Nassau et il occupa un

poste dans la compagnie Shell Oil. Le petit groupe de de personnes citées ci-dessous se

rencontra en mai 1954 à l'hôtel "De Bilderberg" à Oosterbeek, en Hollande, ce fut le noyau

du groupe qui devait être connu, plus tard, sous le nom de "Bilderberger". Le prince

Bernhard des Pays-Bas, membre du Comité des 300, fut le premier directeur des

"Bilderberger" (voir ci-après).

Le cardinal Spellman fut une des personnes de la CIA qui eut une influence importante

dans l'Eglise catholique. Spellman soutint, entre autres, la CIA lorsque celle-ci renversa la

démocratie au Guatemala en 1954. Ce fut lui aussi qui introduisit le père Paul Marcinkus de

Chicago auprès du pape. En 1971, Marcinkus devint archevêque et chef de la BANQUE DU

VATICAN. Il développa aussi d'étroites relations avec Michele Sindona, membre de la loge

franc-maçonnique P2, et avec Roberto Calvi. Le grand maître de la loge P2 était Licio Gelli.

Calvi, chef de la BANQUE D'AMBROSIANO, aida le Vatican à transférer plus de 100

millions de dollars au mouvement "Solidarité" en Pologne. Il fut mêlé, plus tard, au grand

scandale de cette banque. En 1982, on trouva son corps suspendu au pont Blackfriars à

Londres. Dans chacune de ses poches se trouvaient deux briques et ses jambes étaient

garrottées en angle droit. C'était un meurtre rituel chez les francs-maçons. Mais les

journaux passèrent outre ces détails. Sindona devint conseiller a la Banque du Vatican. La

loge P2 avait de nombreuses relations avec le Vatican, l'Opus Dei et la CIA, et de ses

membres occupèrent des postes élevés dans le gouvernement italien.

En janvier 1966, le magazine "Look" publiait cet article :

"Comment les Juifs réussirent à modifier la pensée de l'Eglise catholique". On y décrit avec

force détails les négociations secrètes entre la loge juive B'NAI B'RITH et le cardinal Bea,

représentant de l'Eglise catholique. Le Vatican est probablement la plus riche organisation

du monde. Une grande partie de son capital se trouve dans les banques Rothschild. Il ne

fait aucun doute que le Vatican fut repris au cours des années par le "Comité des 300", ce

qui explique les fréquentes visites de Bush, Gorbatchev et d'autres chefs d'Etat chez le

pape. (108)

Et ces exemples ne montrent que la pointe de l' "iceberg-Vatican".

Un autre exemple : celui de l'assassinat du pape Jean XXIII. L'annonce de sa mort parue

par erreur un jour trop tôt dans le quotidien mexicain "El Informador", publié par la grande

loge des francs-maçons de l'ouest du Mexique (l'annonce fut publiée le 3 juin 1963, pape

Jean mourut le 3 juin 1963 à 19h49). (109)

Un livre interressant à ce sujet : "Im Namen Golles" (Au nom de Dieu) de David A. Yallop.

Le PAPE JEAN PAUL II (le pape actuel) a, lui aussi, un passé interressant et digne d'être

mentionné. William Cooper qui a travaillé douze ans pour la "Naval Intelligence" (service

secret de la Navy) écrit dans son livre "Behold a Pale Horse" qu'il aurait travaillé pendant la

Deuxième Guerre en Allemagne pour I. G. Farben à la production du gaz pour les

chambres à gaz des camps de concentration. A la fin de la guerre, de peur d'être exécuté

pour avoir collaboré à des crimes de guerre, il se serait enfui en Pologne sous la protection

de l'Eglise catholique. Il y serait resté et aurait eu une carrière semblable à celle

d'Eisenhower, si ce n'est que cela dura un peu plus longtemps avant qu'il ne soit élu

cardinal Wojtyla et qu'il ne devienne pape. (110)

Il remercia aussitôt ses amis en levant le 27 novembre 1983 l'excommunication de tous les

francs-maçons, notifiée dans le "Codex luris Canonici". Le pape actuel connaît intimement

le langage secret franc-maçonnique, la "poignée de main des francs-maçons" (une

pression de la main particulière qui permet aux initiés de se reconnaître entre eux) mais

aussi son discours lors d'une audience le 15 septembre 1982 en sont des preuves

"manifestes" : A propos de la mort du président libanais Gemayel, il parlait de Jérusalem, la

ville de Dieu. Il dit mot à mot : "Jérusalem peut devenir aussi "la cité de l'homme" (City of

man)". La "cite de l'homme" est un mot-clé des Illuminati pour la dictature mondiale.

Le 18 avril 1983, le pape reçut toute la "COMMISSION TRILATERALE" c.-à-d. environ 200

personnes, pour une audience. (111)

Cette organisation secrète fut fondée en juin 1973 par David Rockefekker et Zbigniew

Brzezinski puisque les organisations établies, comme l'ONU ou d'autres, mettaient trop de

temps à instaurer le "gouvernement mondial". La commission trilatérale, organisation

élitaire, a pour but de réunir en un seul groupement les géants les plus éminents de

l'industrie et de l'économie, donc des nations trilatérales - des Etats-Unis, du Japon et de

l'Europe de l'Ouest - pour créer de force et une fois pour toutes le "Nouvel Ordre Mondial".

Elle offre à l'élite venant d'horizons divers de la franc-maçonnerie la possibilité d'une

collaboration secrète à l'échelle mondiale. Elle doit aussi permettre aux "Bilderberger"

d'élargir leur influence en leur donnant une base politique plus large. La plupart des

membres européens ont, depuis longtemps, des contacts avec les Rockefeller. La

Commission trilatérale se compose de 200 membres environ qui sont, contrairement aux

membres de Bilderberger, permanants.

Vous pouvez bien imaginer que le PAPE JEAN PAUL II n'a pas invité tous ces gens pour

une tasse de thé.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Découvrir et apprendre
  • Découvrir et apprendre
  • : Vidéos et articles sur l' islam, les musulmans, le Portugal, l' histoire, le Pouvoir, les secrets...et un peu d' humour. Ps: aidez moi en me signalant des vidéos qui ne sont plus visibles. Salam
  • Contact

Une ambiance pour lire...

 

Recherche

Pages