Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 11:39

http://47.mgl.skyrock.net/big.49466753.jpg?20567147

10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 04:40

Selon les sources provenant des guides sur le Japon, l’Islam a été connu réellement en 1877. En effet, elle fut introduite dans un premier temps, comme une pensée religieuse occidentale. C’est d’ailleurs à ce moment précis que la vie du prophète Muhammad a été traduite en japonais. Cette traduction a permis à l’Islam d’être intégrée dans l’image intellectuelle japonaise, mais seulement comme l’histoire des cultures. Il est nécessaire de rappeler qu’avant le 19 ème siècle, les gouverneurs japonais avaient peur que les chrétiens conquièrent leur Terre, du fait des envois de missionnaires qui prêchaient la Chrétienté. Ainsi, le Japon s’est protégé de toute influence extérieure. Cette interdiction a débuté dès la fin du 16ème siècle jusqu’à la dernière moitié de la 19ème. Par conséquent, peu d’informations sur l’Islam ont atteint le Japon pendant ces siècles.



15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 03:49
La cité fortifiée de l'Alhambra de Grenade
L
a ville de Grenade fût certainement fondée au Xe siècle avant l'ère chrétienne par les phéniciens qui la dotèrent d'une fortification. Les romains s'y installèrent au IIIe siècle av.l'EC. Après la conquête musulmane (VIIIe siècle de l'EC), Grenade dépendra de l'Emirat de Cordoue.
Sept siècles plus tard, Grenade sera l'un des derniers bastions musulmans d'Espagne conquis par les rois chrétiens. En 1492, Mouhammad XII signe la capitulation et remet la ville aux rois chrétiens sans combats. De nombreux musulmans resteront encore quelques années dans la ville qui fût louée par les poètes. Après plusieurs révoltes populaires réprimées, ils seront forcés à la conversion ou à l'exile.


 La cité fortifiée...



Crédit photo : N. Ruscon (2001)

L'Alhambra se dresse sur un éperon rocheux, premier contrefort de la chaîne montagneuse de la Sierra-nevada. Ses remparts surplombent les vieux quartiers de la ville de Grenade : l'Albayçin et le Sacramonte. Si dans ces quartiers les habitations de l'époque ne furent que très rarement conservées, on y rencontre l'héritage de la présence musulmane, la madrasa Youssouf Ier, des mosquées transformées en église, les hammam, les patios ombragés et leur petit jardin, les ornementations décoratives de céramique (azulejos) et décorations d'arabesques, et quelques vestiges de palais et des portes de la ville.

L'Alhambra s'étend sur une plate-forme étroite d'environ 720 mètres de long sur 220 mètres de large. Cette colline est surnommée la "Sabîka".
La première mention de la ville rouge, en langue arabe "al-hamra" remonte à l'an 860 de l'ère chrétienne (cette première ville n'a pas été conservée jusqu'à nos jours). C'est de ce nom arabe que provient le nom de l'"Alhambra". Le Citadelle rouge des rois Nasrides, "al-qal'a al-hamrâ'", deviendra célèbre pour la pierre de pisé de ses murailles qui rougoient dans le soleil couchant.

Partie la plus ancienne de l'Alhambra, l'Alcazaba, forteresse remontant au XIe siècle de l'ére chrétienne, fût fondée sous la dynastie des rois Zirides. Construite à la pointe occidentale de la colline de l'Alhambra (Sabîka), elle est de forme triangulaire et domine la ville de Grenade sur deux de ses côtés. Elle bénéficie donc d'une protection naturelle decisive et fût dotée de plusieurs tours de défense massives.


A l'intérieur des remparts de l'Alcazaba, qui constitue la partie la plus ancienne de l'Alhambra, seules subsistent les fondations de ce qui fût les habitations de la garnison militaire. L'étude des vestiges du quartier militaire a révélé la présence de dix-sept appartements, d'un bain, d'une cuisine collective, de divers dépôts, de casernes et d'écuries, ainsi que d'une citerne.

L'Alcazaba possèdait également un ensemble de cachos souterrains, les mazmorras, de triste réputation à l'époque chrétienne, accessible par un système de cordages.

Quelques dates de l'Espagne musulmane
711
Début de la conquête de l'Espagne, menée par Tariq Ibn Ziyad et pour le compte du gouverneur omeyyade Moussa Ibn Nassir,
720
Prise de Barcelone et de Narbonne (frontière nord de la province d'Andalousie),
732
Défaite des armées musulmanes à Tours et Poitiers,
751
Perte de Narbonne les pyrénées marquent la frontière nord,
756
Abd al-Rahman fonde l'Emirat de Cordoue, fuyant la chute de la dynastie omeyyade renversée par les Abbassides (750),
1031
Eclatement de l'Andalousie en petits royaumes (Taïfas),
1237
Grenade devient capitale du royaume Nasrides (sultan Mouhammad Ibn Youssouf Ibn Nasr),
1333-1391
Apogée culturel du royaume des Nasrides,
1492

Capitulation de Mouhammad XII qui cède Grenade aux Rois Catholiques.

Quelques dates de la vie de l'Alhambra de Grenade
860
Première mention de l'existence de la ville rouge, "al-hamra", qui donnera son nom à l'Alhambra. Cette ville n'a pas été conservée jusqu'à nos jours.
10XX
Fondation de la partie fortifiée (l'Alcazaba) de la futur cité par la dynastie des Zirides,
122X
Fondation de la cité palatine par les Nasrides avec ses premiers remparts et tours. Grenade devient capitale du royaume Nasrides en 1237
1302-1309
Règne de Muhammad III, développement du centre-ville de l'Alhambra, la "Medina",
1333-1354
Règne de Youssouf Ier, construction du palais des "Comarès" des grandes portes de la ville et de la tour de la "Cautiva".
1362-1399
Règne de Muhammad V, construction de la cour des lions.
1408-1417
Règne de Youssouf III, construction du palais du Partal
1492
Capitulation de Mouhammad XII, invasion des chrétiens. Renforcement des murs de la ville et ajout de bastion circulaires permettant de soutenir le feu de l'artillerie.
1526
Lancement de la construction du palais "renaissance" de Charles Quint au milieu de l'Alhambra, certainement à l'emplacement de la nécropole royale. Ce palais ne sera jamais utilisé et la toiture terminée au 20ème siècle (!).


Les palais Nasrides de l'Alhambra de Grenade

 Les palais de la dynastie Nasrides (1232-1492) ont fait la réputation mondiale de l'Alhambra. Ils inspirérent de nombreux poètes, en commençant par les poètes arabes, et même après la conquête chrétienne, les nouveaux maîtres des lieux "conservèrent" ces palais pour en faire leurs appartements privés, charmés par la beauté de ces lieux.

Malgré les modifications qui fûrent malgré tout apportées, la négligeance, les pillages et les assaults du temps, nous sont parvenus l'essentiel de leur structure et surtout des décors. Si leur aménagement peut paraitre sobre, il faut savoir que cela constitue l'une des caractéristiques majeures de l'architecture et de l'art de vivre musulman : Grande sobriété des formes et de l'aménagement, foisonnement des détails quant à la décoration.


La cour des myrtes ou cour de l'Alberca


Crédit photo : N. Ruscon (2001)

Cette cour précède la tour des "Comares", la plus haute tour de l'Alhambra, qui abrite la célèbre grande salle des ambassadeurs, salle du trône de Youssouf Ier (1333-1354).
Elle tient son nom arabe d'"alberca" de son large bassin qui reflète harmonieusement l'architecture des bâtiments qui l'entourent. Ce bassin de forme rectangulaire, de presque 35m de long sur plus de 7m de large et qui occupe une grande partie de la surface de la cour, confère à celle-ci une dimension supérieure. Le système d'alimentation en eau a été étudié afin de composer une surface d'eau lisse comme un miroir, à tel point que les poètes arabes l'évoquèrent comme "la mer".
Son nom de "cour des myrtes" provient des deux haies qui bordent actuellement le bassin. Autrefois, à la place des haies de myrte, l'eau du bassin abreuvait des parterres de fleurs... L 'Alhambra n'est maintenant plus qu'un musée et la beauté certainement supérieure encore des lieux d'autrefois est perdue...

Sur les deux côtés de la cour, le long des haies, des portes richement décorées d'atauriques donnent accès aux appartements du palais. Sur la photo ci-dessus, on constate la présence de mousharabieh à l'étage. Cette partie du palais, orientée vers le Sud, est présentée comme étant l'un des appartements royaux.
Cette cour est donc tout à fait typique du style Nasrides, avec sa cour rectangulaire autour de laquelle se répartissent les appartements, la pièce d'eau centrale, la présence d'un jardin paysagé: formes très sobres, intimismes, mélant les différents éléments naturels et architecturaux.

Sobriété, enchaînement de formes simples et extrême richesse des détails décoratifs confèrent toujours à ces lieux un charme incomparable. La grande qualité de la réalisation, aussi bien au niveau architecturale (pûreté des formes, perfection des voûtes et des systèmes de piliers, etc.) qu'au niveau décoratif (sculpture, composition géométrique, etc.) illustre la maîtrise des techniques de construction des artisans musulmans.


La lumière vient jouer sous ces enchaînements de voutes, au creux de mouqarnas (formes décoratives en nid d'abeille), sur la dentelle de pierre et au travers des mousharabiehs. Les portiques de la cour de l'alberca sont d'ailleurs un exemple de l'architecture des Nasrides : des piliers de marbre d'une grande finesse portant d'élégants chapiteaux à mouqarnas et des décors pûrement décoratifs de stuc finement ciselés.

A une des extrémités de la cour, se trouve la salle des Comares ou salle des ambassadeurs. Cette salle cubique dans laquelle le souverain recevait peut-être les ambassadeurs occupe presque tout le volume de la tour des comares, la plus haute tour de l'Alhambra. Elle possède de riches décorations et notamment un magnifique plafond de bois ouvragé, évocation des septs cieux de la création. Cette tour volumineuse qui apparait très menacante depuis le pied des remparts est en fait un palais et cela représente parfaitement le paradoxe de l'Alhambra : De l'extérieur elle apparait comme une forteresse austère mais elle est en fait une cité élégante.


 La cour des lions


Le palais des lions remonte certainement à la deuxième moitié du XIVe siècle de l'ère chrétienne. Il semble qu'il ait été conçu comme un édifice indépendant et ce n'est qu'à l'époque chrétienne qu'un passage fût ouvert vers les autres palais et notamment celui des Comares.

La cour des lions en constitue le joyau et représente l'apogée de l'art architectural musulman d'Espagne.
Les appartements du palais sont répartis autour de ce large patio bordé d'une véritable forêt de colonnes dont l'agencement et les portiques, répartis de manière très étudiée, créent un espace ombragé entourant la cour et les dissimulants.


La cour des lions tient son nom de sa fontaine centrale. Il s'agit d'une large vasque portée par douze lions stylisés. Un système hydraulique extrêmement ingénieux a été mis en oeuvre par les artisans musulmans afin de garantir un débit constant de la fontaine. Ce système a intrigué durant de nombreuses années les architectes chrétiens qui, semble-t-il, démontèrent la fontaine pour en connaître le mécanisme.

De la gueule des lions, sous la vasque décorée de vers poétiques, s'écoule l'eau vers quatres canaux symbolisant les quatres rivières du paradis et les quatres points cardinaux.
Il semble qu'à l'époque musulmane la cour n'était pas couverte de gravier comme de nos jours mais d'un jardin.


Des piliers de marbre d'une grande finesse élèvent les portiques extrêment ouvragés. Seuls, ou regroupés par deux, trois ou quatres, ces piliers supportent d'élégantes voutes à mouqarnas dont les pleins sont découpés comme de la dentelle fine.

Deux pavillons à portiques s'avancent dans la cour, se faisant face, donnant un forme de H à la cour et jouant dans la lumière d'une manière très esthétique...

 Le palais du Partal



Le palais du Partal est certainement l'un des plus anciens palais de l'Alhambra. On estime qu'il pourrait avoir été édifié au début du XIVe siècle de l'ère chrétienne.
Il ne subsiste de ce palais que ce corps de bâtiment très élégant, intégré dans le mur de la cité et surplombant les vieux quartiers de Grenade, la partie antérieure d'une demeure et la tour surnommée "tour des dames". Il ne reste ici que des vestiges de cet ensemble palatial et des fouilles archéologiques permettent d'imaginer le plan originel du quartier.
Ce palais qui possède un plafond de bois ouvragé se refléte dans un grand bassin rectangulaire entouré de jardins ombragés.


Les jardins de l'Alhambra de Grenade


C'est par ce mot symbolique, "Jannah", dont le sens littéral en langue Arabe est "jardin", que Dieu évoque à de multiples reprises dans le Coran le Paradis promis aux vertueux :

"Voilà ceux qui seront les plus proches de Dieu,
dans les jardins du délice :
Il y aura une multitude parmi les premiers
et un petit nombre parmi les derniers arrivés;"
Coran, Sourate 56, versets 11 à 14

Jardin ombragé, étendu, où coulent les ruisseaux, où l'on ne ressent nulle fatigue, nulle lassitude, jardin des délices où les fruits sont offerts :

"Les compagnons de la droite
- Quels seront les compagnons de la droite ? -
Ils se tiendront au milieu de jujubiers sans épines,
et d'acacias bien alignés.
Ils jouiront de spacieux ombrages,
d'une eau courante,
de fruits abondants
non cueillis à l'avance, ni interdits.
Ils se reposeront sur des lits élevés.
"
Coran, Sourate 56, versets 27 à 34

Dans la civilisation musulmane, le jardin revêt une dimension symbolique forte d'harmonie Universelle. Le Jardin, image d'un Paradis que l'homme ne peut imaginer, semble comme un point de rencontre métaphorique entre le matériel et le spirituel.

Détail d'une fontaine d'un des jardins de l'Alhambra
Copyrights 2001 -"Fleurs d'Islam"

 Jardins de l'Alhambra

Les jardins de l'Alhambra, même s'ils ont été complètement modifiés ou composés après l'époque islamique, sont encore de nos jours emprunts de cette poésie de la nature célébrée par le Coran, symbole de la paix suprême. Les jardins luxuriants, agrémentés de fontaines, recouvrent désormais pratiquement toute la moitié Sud-Est de la cité, et donc une grande partie de l'ancienne médina.

Grâce à de savants systèmes hydrauliques, les architectes musulmans ont acheminé l'eau des sources naturelles de la Sierra Nevada jusqu'au coeur de la cité fortifiée de l'Alhambra pour la répartir dans la médina, les quartiers d'habitations, et les ensembles palatins en fontaines rafraichissantes et bassins d'ornement où se reflètent encore bâtiments et verdure.

Si les habitations de l'époque islamique n'ont pour la plupart pas subsistées jusqu'à nos jours, on imagine aisément qu'elles devaient posséder leur fontaine entourée d'un patio ombragé et fleuri savamment décoré, à l'image de la tradition perpetuée jusqu'à nos jours dans les demeures grenadines.


 Les jardins du Generalife


Copyrights 2001 -"Fleurs d'Islam"

Les souverains Nasrides possédaient, en dehors des murailles de la cité fortifiée de l'Alhambra, de nombreuses propriétés. L'une d'entre-elles, certainement la mieux conservée, est le palais d'été du "Generalife", dont le nom proviendrait du nom Arabe de l'ensemble : "Jannat al-arifa".

Situé sur un flanc de colline, à quelques centaines de mètres à l'Est des murailles de la cité de l'Alhambra, cet ensemble se compose de plusieurs corps de bâtiments entourés de jardins d'agrément et de jardins potagers, cultivés jusqu'à nos jours.

Le palais du Generalife, que l'on découvre sur la photo ci-contre, possède un patio alongé pourvu d'un canal autour duquel se répartissent de petits jardins. Ici aussi un système hydraulique agrémente ce patio, lui conférant un charme particulier. Depuis les fenêtres du palais on découvre une vue légèrement plongeante sur la cité de l'Alhambra et une magnifique vue sur la ville de Grenade.


15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 02:49
Toute la surface de la terre sert de lieu de prière. Quel que soit l’endroit où se trouve le Musulman, il peut s’acquitter de son obligation.
 Interrogé par Abû Dharr, l’Envoyé de Dieu désigna la mosquée sacrée comme le lieu privilégié de la prière et ensuite la mosquée de Jérusalem (al-masjid l-aqçâ). Ensuite, il a dit: “Là où vous surprend l’heure de la prière, priez car toute la terre est une mosquée”.

1. Le mérite de se rendre à la mosquée:
 De nombreux hadîths mettent en exergue les mérites obtenus par ceux qui prient dans les mosquées. En voici quelques exemples:
* Celui qui va à la mosquée et en revient, Dieu prépare son entrée au Paradis”.
*Lorsque vous voyez un homme s’habituer à aller à la mosquée, témoignez qu’il a la foi.
* Dieu a dit: “Remplissent les mosquées ceux qui croient en Dieu et en la vie dernière.
* Celui qui se purifie chez lui et ensuite se rend à l’une des Maisons de Dieu pour accomplir l’une des obligations prescrites par Dieu, celui-là, quant à ses pas, les uns effacent ses fautes et les autres l’élèvent d’un degré.

2. Les invocations en se rendant à la mosquée:
 Il a été déjà signalé ce genre d’invocations dans le chapitre relatif à l’appel à la prière. Revenons sur le sujet pour en mentionner d’autres et apporter un complément d’information. Ainsi, en quittant la maison pour se diriger vers la mosquée, la Sunna recommande de faire des invocations. En voici deux d’entre elles :
 Bismi Allâhi, tawakkaltu ‘alâl Llâhi. Allâhumma innî a‘adhu bika an adilla, aw udilla, aw azilla aw uzilla, aw azlima aw uzlima, aw ajhala aw yujhalu ‘alayya”.
 “Au nom de Dieu ! j’ai une confiance absolue en Dieu. Ô mon Dieu ! je me réfugie auprès de Toi afin que je ne m’égare pas et que je n’égare personne, que je ne trébuche pas et tombe dans le péché ou que je pousse quelqu’un dans le péché, que je commette une injustice ou que je fasse commettre à d’autres des iniquités, que je sois au nombre des ignorants ou que je me laisse conduire dans l’ignorane”.
Allâhumma innî as’alu-ka bi haqqi s-sâ’ilîna ‘alayka wa bi haqqi mamshâya hadhâ, fa innî lam akhruj asharan wa lâ bataran wa lâ riyâ’an wa lâ sum‘atan, kharajtu ittiqâ’a sakhtika, wa btighâ’a mardâtika, as’aluka an tunqidhânî mina n-nâr, wa an taghfira lî dhunûbî, innahu lâ yaghfiru dh-dunûba illâ anta.
 “Ô mon Dieu ! Je t’implore en faisant usage du droit de ceux qui T’invoquent et du droit de ceux qui effectuent cette marche (vers la mosquée): je ne sors (de ma maison) ni par effronterie, ni par impertinenece, ni par duplicité, ni par désir d’une réputation. Au contraire, j’en sors afin de me prémunir envers Ton courroux et par désir d’obtenir Ton agrément. Je t’implore afin que Tu me délivres du Feu et me pardonnes mes fautes car il n’y a personne en dehors de Toi qui pardonne les fautes”.

3. L’invocation à l’entrée et à la sortie de la mosquée:
 La Sunna recommande à l’orant d’entrer à la mosquée, le pied droit en avant, et d’en sortir, le pied gauche en avant.
 En entrant, il dit:
 “Je cherche refuge auprès de Dieu le sublime, de Sa face généreuse et de Son pouvoir illimité contre Satan le lapidé. Au nom de Dieu ! ô mon Dieu ! prie sur Muhammad. Ô mon Dieu ! pardonne-moi mes fautes et ouvre-moi les portes de Ta miséricorde”.
 A‘ûdhu bi Llâhi l-‘azîm wa bi wajhihi l-karîm wa sultâni-hi l-qadîm, mina sh-shaytâni r-rajîm, bismi Llâhi, allâhumma çalli ‘alâ Muhammadin allâhumma aghfir lî dhunûbî waftah lî abwâba rahmati-ka.
 En quittant la mosquée, il dit:
 “Au Nom de Dieu ! Ô mon Dieu ! prie sur notre seigneur Muhammad. Ô mon Dieu ! pardone-moi mes fautes, ouvre-moi les portes de Ta grâce. Ô mon Dieu ! préserve-moi de Satan le lapidé”.
 “A‘ûdhu bi Llâhi l-‘azîm; wa bi wajhihi l-karîm, wa soltânihi l-qadîm, mina sh-shaytâni r-rajîm. Bismi Llâhi, allâhumma çalli ‘alâ sayyidinâ Muhammad. Allâhumma aghfir lî dhunûbi waftah lî abwâba rahmatik”.

4. La prière de salutation à la mosquée:
 Le Prophète r a dit: “Si l’un de vous entre à la Mosquée, qu’il effectue deux rak‘a avant même de s’asseoir”.
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 19:28
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 03:44
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 03:28



25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 03:13

Inauguration de la grande mosquée de Taif



Mosquée de Touba

25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 02:45

La mosquée de Santiago capitale du chili

La mosquée de coquimbo, au nord du Chili



La mosquée de Iquique, à l' extreme nord du Chili



La mosquée deVina del Mar

25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 02:28

Présentation

  • : Découvrir et apprendre
  • Découvrir et apprendre
  • : Vidéos et articles sur l' islam, les musulmans, le Portugal, l' histoire, le Pouvoir, les secrets...et un peu d' humour. Ps: aidez moi en me signalant des vidéos qui ne sont plus visibles. Salam
  • Contact

Une ambiance pour lire...

 

Recherche

Pages