Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 20:05
Le plus illustre des poètes, HUGO, était musulman.
Campagne mondiale pour la sauvegarde de l’intégralité de son œuvre


S’agissant du livre d’Henri GUILLEMIN « HUGO », il commence par une citation du poète qui revêt toute sa signification aujourd’hui :

« je m’ignore ; je suis pour moi-même voilé, DIEU seul sait qui je suis et comment je me nomme ».

Voici quelques extraits de poèmes islamistes de la Légende des siècles affichés tardivement sur INTERNET. Rien ne permet de se prononcer sur leur exhaustivité. Pire encore, des vers qui ne sont pas de HUGO y ont été rajoutés. Ces pratiques d’un autre âge ne peuvent s’expliquer que par la volonté toujours entretenue de faire baigner le monde dans l’ignorance sur les écrits islamistes de HUGO plus d’un siècle après sa mort…

Extrait du poème l’An neuf de l’Hégire dédié au prophète MOHAMED (psl)

Le lendemain matin voyant l'aube arriver:
"Aboubèkre, dit-il, je ne puis me lever,
Tu vas prendre le livre et faire la prière.
Et sa femme Aïsha se tenait en arrière;
Il écoutait pendant qu'aboubèkre lisait,
Et souvent à voix basse achevait le verset;
Et l'on pleurait pendant qu'il priait de la sorte.
Et l'ange de la mort vers le soir à la porte
Apparut, demandant qu'on lui permit d'entrer.
"Qu'il entre."On vit alors son regard s'éclairer
De la même clarté qu'au jour de sa naissance;
Et l'ange lui dit:"Dieu désire ta présence.
Bien", dit-il Un frisson sur ses tempes courut,
Un souffle ouvrit sa lèvre, et Mahomet mourut »

L’auteur de ce poèmes inimitables, HUGO, prononça la profession de foi (chahada) attestant que DIEU est unique et sans associé et MOHAMED est son serviteur et son envoyé le 6 septembre 1881 dans son appartement à PARIS en présence du Scheik Ibrahim de TLEMCEN d’ALGERIE et adopta en conséquence le nom d’Abou Bekr HUGO. Il mourut donc musulman en 1885. Mais les francs-maçons dirigeants de la Troisième République lui organisèrent des funérailles maçonniques grandioses à l’occasion desquelles ils décidèrent de laïciser le PANTHEON de PARIS uniquement pour pouvoir l’y enterrer et cacher ainsi sa religion musulmane au monde qui est donc toujours dans l’ignorance plus d’un siècle après puisque la loi sur la séparation entre l’Etat et l’Eglise en France ne fut adoptée que près de vingt ans après sa mort. C’est du reste ce que dissimule ignoblement Henri GUILLEMIN dans ce passage de son livre (p 77-78) : « ses funérailles menées par Lockroy et l’équipe gouvernementale ont tout recouvert, tout racheté, tout sauvé. Le cadavre offrait l’occasion d’un grand coup au bénéfice du sectarisme athée. On lui en fut reconnaissant ». Cette attitude inhumaine d’intolérance de GUILLEMIN peut trouver une réponse adéquate dans ce proverbe africain : « celui qui ressent du dégoût pour un arbre, ne doit pas profiter de son ombre » L’affluence de la population, plus d’un million de personnes, lors des funérailles de HUGO est un record inégalé à ce jour en France. C’est HUGO qui attire huit visiteurs sur dix au Panthéon de Paris et il génère donc aujourd’hui 80 % du chiffre d’affaires de ce temple dont il est le produit phare depuis plus d’un siècle. Les francs-maçons espéraient, par leur stratagème, recouvrir définitivement de leur voile pudique, l’œuvre islamique de HUGO. La vérité éclatera inéluctablement au grand jour, sur l’islamité du poète qu’ils ont cachée au monde. Bien avant GUILLEMIN,.le journal La Croix, organe quasi-officiel du parti catholique français déclarait le 23 mai 1885, lendemain du décès de HUGO en guise d’oraison funèbre :« il était fou depuis trente ans ».. Au-delà de cette position de l’église, on ne peut plus, franchement hostile à l’œuvre islamiste de HUGO, DIEU seul sait, si on ne pourrait pas affirmer que le poète avait adopté l’Islam bien avant de prononcer sa profession de foi du 06 septembre 1881 lorsqu ‘on se réfère à ses poèmes sur l’Islam. Dans l’ouvrage d’Alain DECAUX aussi « HUGO » éditions Hachette, il est écrit à propos de ses dispositions testamentaires p 1019 ce qui suit : « je refuse l'oraison de toutes les églises, je demande une prière à toutes les âmes. Je crois en DIEU ». Une analyse élémentaire de ces propos insensés montre leur incohérence absurde qui exclue qu'ils puissent provenir du plus grand des poètes. En effet, on ne peut pas refuser l'oraison de toutes les églises et demander en même temps une prière à toutes les âmes. C'est comme si ceux qui ont une âme ne fréquentaient pas du tout les églises. Manifestement ces propos aberrants prêtés à ce poète résultent de substitutions postérieures à son décès par des francs-maçons ou par ceux qui ont pris fait et cause pour eux qui n'ont pas intérêt à ce que la vérité soit connue du monde. Pour reconstituer les véritables propos du poète afin de donner à l’expression un sens, il faut remplacer « âmes » par « musulmans » et l’expression devient: « je refuse l'oraison de toutes les églises. Je demande une prière à tous les musulmans. Je crois au DIEU (unique et sans associé) », ce qui est entre parenthèses a aussi été probablement supprimé postérieurement. Alain DECAUX, ancien ministre de la francophonie, affirme dans son ouvrage de plus de mille pages de contre-vérités et de mensonges que le poète n’avait pas fermé l’enveloppe contenant ses ultimes dispositions testamentaires (p 1018) remise à Vacquerie quelques semaines après le décès de Juliette DROUET, deuxième épouse de HUGO, intervenu le 11 mai 1883 là où Guillemin affirme que ce testament a été rédigé par HUGO dès le 26 juillet 1860 (p65) et confirmé le 02 avril 1883 donc bien avant la mort de Juliette DROUET. En fait tous ces deux auteurs ont menti de façon éhontée car ils savent que ce testament exhibé est bien une vile fabrication de francs-maçons, l’islamité de HUGO se retrouve en toile de fond dans ses œuvres. Il est particulièrement édifiant que la plupart des ouvrages sur le poète soient titrés « HUGO » uniquement, sans indication de son prénom comme si un cas de conscience se posait aux auteurs.

L’histoire de HUGO dans sa vie comme dans son œuvre est à réécrire Nous avons même été amené à expurger ces deux vers du poème dédié au prophète MOHAMED (psl) l’An neuf de l’Hégire en raison de la répétition qu’ils recèlent qui n’est pas du style de HUGO. Ils y ont été post-insérés probablement par des francs-maçons cherchant à avilir l’œuvre islamiste de HUGO qui est décidément inimitable.

Par moments, il faisait mettre une femme nue
Et la regardait, puis il contemplait la nue,

HUGO a aussi composé des poèmes sur JESUS (psl) à partir des Evangiles en se gardant d’évoquer dans ses oeuvres la crucifixion qui est pourtant un moment capital dans la foi chrétienne alors qu’il a peint les dernières heures du prophète MOHAMED (psl) dans des vers sublimes. C’est comme s’il se conformait aux enseignements du Coran qui rejette la thèse de la crucifixion. Par ailleurs, HUGO s’est inspiré d’une des plus importantes sourates du Coran (Secousse sourate99) pour en extraire un poème intitulé Verset du Koran dans la Légende des siècles :

La terre tremblera d'un profond tremblement,
Et les hommes diront : Qu'a-t-elle ? En ce moment,
Sortant de l'ombre en foule ainsi que des couleuvres,
Pâles, les morts viendront pour regarder leurs œuvres.
Ceux qui firent le mal le poids d'une fourmi
Le verront, et pour eux Dieu sera moins ami ;
Ceux qui firent le bien ce que pèse une mouche
Le verront, et Satan leur sera moins farouche.

Comment aurait-il pu composer ces poèmes islamistes s’il n’était pas musulman ou s’il ne croyait pas aux enseignements coraniques? Etait-il inconséquent à ce point, ce poète qui a donné au lyrisme ses lettres de noblesse ? Dans le monothéisme, c’est seulement aux musulmans qu’est accordé le privilège de chanter les gloires de tous les prophètes de DIEU sans distinction comme HUGO l’a fait dans ses œuvres conformément à la sourate 2 verset 137 du Coran « Dites : nous croyons en DIEU et à ce qui nous a été révélé, et à ce qui a été révélé à ABRAHAM, à ISMAEL, à ISSAC, à JACOB et à ses enfants, et à ce que Le Seigneur a accordé à tous les autres prophètes. Nous ne faisons aucune distinction entre eux ; et c’est à lui que nous nous soumettons ». Ni HUGO, ni ses deux fils et petit fils morts avant lui n’ont été baptisés ou inhumés chrétiennement, ce que reconnaît Henri GUILLEMIN (p 65) qui n’a pas pu s’empêcher de mentionner aussi, en de nombreux passages de son livre que HUGO chassait ces esprits et ces créatures impalpables qui assiégeaient souvent sa personne par des prières fréquentes (p65 ; 74). Nous savons maintenant que ses familiers l’entendaient souvent prononcer dans la journée son invocation favorite de la Fatiha (préambule du Coran) : « ihdina-sirà-ta-l-mustaqim » (que DIEU nous guide dans le bon chemin) et qu’il passait de longs moments en invocations aux cours desquelles les larmes inondaient son visage au point d’inquiéter ses proches.

Son tapis de prière (sajjada) probablement offert par le Sheik Ibrahim de Tlemcen d’Algérie comportant un motif de la Kaaba est aujourd’hui bien conservé d’après les assurances qui nous ont été faites. Que DIEU bénisse cet homme grand de piété, resté dans l’anonymat et qui, en réaction à un article que nous avions publié sur INTERNET (Le Président Bush, le Boeing volé en Angola et l’Islam), nous a permis d’accéder à ces informations insoupçonnées sur HUGO qu’on cachait au monde. Le lecteur pourra aussi profitablement consulter notre article « Le Président Bush contre l’Islam, le plus grand des poètes HUGO était musulman » sur le site « stcom.net » cliquer sur archives juillet.

Vis à vis de l’histoire, RIMBAUD, LAMARTINE, GOETHE et bien d’autres grandes personnalités ont subi probablement le même traitement discriminatoire que HUGO en raison de leur foi en l’Islam. De nombreuses contradictions, incohérences et zones d’ombre figurent dans la chronologie du poète sur lesquelles nous reviendrons sous peu insh Allah.

En attendant que le transfert de ses restes à la Mosquée de Paris soit posé pour le respect de sa dernière volonté occultée par des francs maçons, une mention de son islamité sur le caveau de HUGO au Panthéon de Paris ou une reconnaissance publique de sa religion musulmane ne constitueraient pas seulement un premier pas dans le rétablissement de la justice mais garantiraient aussi la conservation d‘une mémoire collective véridique. HUGO a écrit des milliers de vers sur l’ISLAM dont la plupart n’ont jamais été publiés du fait de francs-maçons et aussi du fait du vandalisme de pseudo intellectuels qui ont commis des crimes contre la culture universelle en empêchant l’intégralité de l’œuvre de ce poète d’être gravée dans la mémoire collective. Ses dispositions testamentaires du 31 août 1881 prescrivaient la remise de tous ses manuscrits à la Bibliothèque Nationale de Paris, future bibliothèque des Etats-Unis d’Europe comme il aimait à le rappeler. Tous les manuscrits sur l’ISLAM non publiés de ce poète doivent être d’ores et déjà considérés comme des biens appartenant au patrimoine mondial de l’humanité et doivent être mis à la disposition de l’UNESCO et de son pendant islamique l’ISESCO qui doivent conjointement lancer une campagne mondiale pour la sauvegarde de l’intégralité de son œuvre afin que le monde entier soit édifié sur la vérité cachée depuis plus d’un siècle et qu’il puisse bénéficier enfin de l’apport de la partie non publiée dans l’œuvre monumentale de ce poète.

L’objectif de ce poète hors pair était de bâtir la genèse et l’histoire des quatre premiers califes les bien guidés de l’ISLAM. Dans les dernières années de sa vie, cet illustre poète dont les qualités majeures étaient la bonté et la charité envers les misérables aurait été gratifié selon les traditions, de plusieurs visions du prophète MOHAMED (psl). La dernière parole de ce poète aurait été « en DIEU, tout, hors de DIEU rien, je viens cher compagnon ».

Pour faire prévaloir la justice et l’équité sur tout autre considération, le monde compte sur Le Président de la République Française M Jacques CHIRAC qui avait bien accepté de signer le décret d’admission d’Alexandre DUMAS au Panthéon de Paris en novembre 2002, après plus d’un siècle d’injustice. Alexandre DUMAS, grand écrivain et ami intime de HUGO qui lui avait rendu un vibrant hommage à sa mort dans une lettre restée célèbre adressée au fils du défunt, était en fait un descendant de l’esclavage africain.(consulter notre article Histoire du jugement de l’Assemblée Nationale du Sénégal sur SENGHOR et CHEIKH ANTA DIOP dans l’érection du Mémorial Gorée- Almadies en panthéon dans INFO 7 des 16 et 20 mai 2003) La communauté scientifique mondiale prie Le Président Jacques CHIRAC et le brave et vaillant peuple français connus pour leur attachement légendaire à la défense des causes justes dans le monde, de faire ouvrir au grand jour les archives de La France, cinquième puissance scientifique du monde, où sont conservés en accès interdit probablement, les manuscrits sur l’ISLAM non publiés de cet illustre poète.

Le Président du Sénégal aussi, se doit de faire impulser au sein de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI), tout au moins dans sa composante francophone, une dynamique d’ouverture d’établissements d’enseignement « Abou Bekr HUGO alias Victor HUGO » et d’introduction de l’œuvre du plus auguste des poètes dès le cycle primaire. L’intégralité de l’œuvre de Abou Bekr HUGO constitue un bien inaliénable du patrimoine mondial de l’humanité qui doit par conséquent en bénéficier effectivement.

Hommes de justice et de paix de quelque confession que ce soit et musulmans du monde entier, unissons-nous pour que son œuvre intégrale profite à l’humanité tout entière et prions pour cet illustre poète de l’ISLAM, né le vendredi 26 février 1802, tombé malade le vendredi 15 mai et rappelé à DIEU le vendredi suivant 22 mai 1885, vendredi étant un grand jour de culte du DIEU unique et sans associé pour les musulmans. Le poète avait adopté le nom d’Abou Bekr HUGO comme le premier calife de l’ISLAM à qui il avait voulu s’identifier en écrivant en Octobre 1883 vers la fin de ses jours : « je ne connais rien de plus sublime et de plus grand dans l’histoire de l’humanité que ces paroles d’Abou Bekr s’adressant aux croyants : « peuple, quiconque adorait MAHOMET, qu’il sache qu’il est mort vraiment. Mais quiconque adorait DIEU, qu’il sache que DIEU est vivant et ne meurt jamais ». JESUS (psl) avait dit : « rendez à César ce qui est à César et à DIEU ce qui est à DIEU ». Rendez donc Abou Bekr HUGO aux musulmans.

M.HANE Ibrahim Institut Supérieur de Gestion ex ENSUT
Université CAD DAKAR

Partager cet article

commentaires

karim 16/07/2015 11:14

le poète Hugo était bien musulman. Son poème l'AN 9 de l'Hégire e 150 vers a été composé en un seul jour, le 14 janvier 1858, un vendredi encore donc avant même la proclamation de sa profession de foi islamique en sept encore, 1881 Ce poème sublime est un vibrant hommage au prophète Mohamed(psl/
Donc seul Dieu sait si le poète n'était pas musulman avant même sa profession de foi. Une seule certitude demeure: Hugo, né un vendredi, tombé malade un vendredi, est mort musulman, le vendredi suivant 22 mai 1885. IL témoignera un vendredi, de son islamité dans ce bas monde, par la Volonté du Dieu unique et sans associé Allahou Akbar

Présentation

  • : Découvrir et apprendre
  • Découvrir et apprendre
  • : Vidéos et articles sur l' islam, les musulmans, le Portugal, l' histoire, le Pouvoir, les secrets...et un peu d' humour. Ps: aidez moi en me signalant des vidéos qui ne sont plus visibles. Salam
  • Contact

Une ambiance pour lire...

 

Recherche

Pages